Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

1er conseil des ministres au Congo : La rigueur, la rupture et l'abnégation avec obligation de résultats vivement recommandées


Alwihda Info | Par Proust William Cisse - 5 Mai 2016 modifié le 5 Mai 2016 - 18:31

Chaque membre du gouvernement de la nouvelle République a reçu ce mercredi 4 mai 2016, au palais du peuple de Brazzaville, du Chef de l’Etat Congolais, Denis Sassou N’Guesso sa feuille route servant de boussole et tableau de bord pour son administration. Des orientations étaient claires et précises : rigueur, rupture et abnégation avec obligation de résultats.


Les membres du gouvernement de la Nouvelle République
Les membres du gouvernement de la Nouvelle République
Nommés par décret le samedi 30 avril dernier, les 38 ministres, conduits par le 1er ministre Clément Mouamba sont rentrés officiellement, ce 4 mai 2016, dans leurs fonctions. Le Chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, qui présidait, personnellement ce conseil des ministres, a placé chaque membre du gouvernement devant ses responsabilités, en le voyant accompagner de la feuille de route, comme tableau de bord des actions à entreprendre et du travail à faire.

Le travail a commencé. Les orientations sont claires et précises pour chaque Ministre, convertir le projet de société du président de la République en programme de gouvernement. Axe de travail qui doit s’appuyer sur le discours d’investiture du président de la République, avec pour fondement juridique, la constitution votée par voie référendaire, le 25 avril 2015.

Des orientations basées sur la rigueur, la rupture et abnégation avec obligations de résultats, dans les 100 prochains jours. Une responsabilité lourdement perçue par chaque ministre.

Des réactions à chaud

Leonidas Carel Mottom Mamoni, Ministre de la Culture et des Arts : « C’est une responsabilité. Il faut le dire au moment où le fait le chef de l’Etat décide de faire confiance aux jeunes, c’est un signal fort que président de la République a envoyé à l’endroit de tout une génération. Il est donc important que nous puissions prendre la mesure de cette confiance mais aussi faire preuve de cette responsabilité... Si nous ne faisons pas preuve d’ardeur au travail, de rigueur, il sera difficile que les générations qui viennent après nous croient au Congo de demain.Je crois dans l’unité du travail, je crois dans l’unité des générations parce que le but est commun. L’objectif est de réaliser le projet de société pour lequel les congolais nous ont fait confiance. »

Léon Juste Ibombo, Ministre des Postes et Télécommunications : « Nous avons un challenge à relever. Ce challenge est encadré par une vision à savoir la marche pour le développement, le programme de l’actuel gouvernement. Pour notre part, il s’agit de moderniser les télécoms de notre pays. Nous devons faire en sorte que la nouvelle république s’arrime également au niveau des postes et télécommunications. Notre défi est que notre pays à travers ce département puisse réellement diversifier son économie. »

Ange Aime BININGA, Ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat : « c’est un sentiment de continuité par rapport à la vocation que nous nous sommes donnés de servir notre pays. Hier nous avions servi notre pays à l’hémicycle, aujourd’hui grâce à la confiance du chef de l’état, nous le servons à l’exécutif. Il s’agit d’un jeu de rôle qui nous permet tantôt de légiférer tantôt de gouverner. si tous les congolais espèrent entrer à la fonction publique, c’est parce que jusqu’à une date récente, la fonction publique est restée pour le pays l’unique source d’emplois des devant le déficit du secteur privé. Mais avec la marche vers le développement, le président de la république offre beaucoup plus d’opportunités à la diversification de l’économie, qui devrait à terme créer beaucoup d’emplois..."

Charles Nganfouomo, Ministre délégué auprès du Ministre de l'intérieur, de la décentralisation et du développement local, chargé de la décentralisation et du développement local : « C’est une tâche ardue mais on peut dire qu’au niveau du ministère de l’intérieur nous avons quand même quelques près requis. Car depuis plus d’une année sous l’impulsion du ministre de la Décentralisation, nous avons travaillé sur les différents thèmes ayant trait à la décentralisation. Ce n’est pas quelque chose de nouveau, mais avec la nouvelle constitution, la décentralisation devrait s’approfondir..."

Léon Alfred Opimbat, Ministre des sports et de l'éducation physique : « Il s’agit aujourd’hui d’œuvrer pour l’opérationnalisation de la politique nationale des sports. Nous avons d’autres chantiers sur le plan stratégique dans le cadre des jeux de l’ONSSU, du sport d’élite et du sport pour tous. Nous allons continuer d’imprimer une dynamique qui se fonde sur les bases qui ont été posés. En 2017 le Congo va abriter des compétitions majeures, l’Afro basket, la CAN U20, cela intègre les priorités des rendez-vous sportifs du calendrier. Il va falloir sur les 4 ans à venir que nous puissions avoir des fondements indéniables pour développer les Sports au Congo. »

Nicéphore Antoine Thomas Fila Saint Eudes, Ministre de l'enseignement Techniques et professionnelles, de la formation qualifiante et de l'emploi : « La fonction à laquelle j’accède constitue l’élément fondamental du programme de société du président de la république à savoir l’emploi. Des attentes sont tellement importantes. La tâche est énorme. Membre de l’opposition, c’est cela s’illustre l’ouverture au sein de cette équipe gouvernementale. En ouvrant, aussi, les portes de la primature à quelqu’un qui n’est pas du bord de la majorité c’est déjà une rupture..."


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements