Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

47ème Assemblée Générale de l'AFRAA : Les compagnies aériennes invitées à un engagement ferme pour l'action


Alwihda Info | Par Jonas Mvouanzi - 9 Novembre 2015 modifié le 9 Novembre 2015 - 19:54

La 47ème Assemblée générale de l'Association générale des compagnies aériennes d'Afrique s'est ouverte ce lundi 9 novembre 2015, à Kintélé, en banlieue Brazzavilloise. Le Chef de l'Etat du pays hôte, Denis Sassou N'Guesso qui a ouvert les travaux a exhorté les délégués à ces assises à l’innovation et à la créativité, afin d'aboutir à des conclusions utiles à la navigation aérienne en Afrique.


Ils sont en moyenne 400 participants, des dirigeants de compagnies aériennes, des chefs d'entreprises et décideurs, à l'échelle mondiale qui vont pendant 48 heures, formuler des recommandations traduisant en acte les ambitions et les objectifs de l'Union Africaine, en matière de navigation aérienne. Des conclusions qui s’inscriront dans le droit fil de celles issues de la dernière assemblée générale de l’Association.

Cette assemblée générale, la 46ème du genre, tenue à Alger, en novembre de l'année dernière avait pour problématique la victoire commune par l’innovation, sous le thème : « Gagnons ensemble par l'innovation et la collaboration ». A Brazzaville, par contre, les intelligences africaines en aéronautique discuteront de la croissance par la compétence et la collaboration, le thème de la 47ème assemblée générale étant « Cieux ouverts : Croissance par la compétition et la collaboration ».

Pendant leurs réflexions, ils auront à cœur, l’invite de Denis Sassou N’Guesso qui les appelés à inventer une Afrique à la dimension des défis du 21ème siècle. Pour le président congolais, « l'un des grands mérites de cette association, c'est d'avoir compris que l'union fait la force et que de votre secteur d'activité le salut réside dans la nécessaire solidarité, dans l'indispensable mutualisation et l'incontournable synergie ». Il est question pour ces experts en aviation, notamment, d'accorder les vues dans la perspective de l'ouverture davantage du marché aérien africain.

C’est ainsi que le président congolais a rappelé d’une part, « qu'il ya 15 ans, un accord dit décision de Yamoussoukro engageait 44 Etats africains signataires à réglementer les services aériens et à ouvrir les marchés aériens régionaux à une concurrence transnationale » et, d’autre part qu’ « au terme de leur sommet tenu en janvier dernier à Addis-Abeba les chefs d'Etat de l'Union Africaine se sont prononcés en faveur des solutions d'un marché unique de l'Afrique »

Aussi a-t-il invité l'association des compagnies aériennes africaines à s'affirmer davantage comme une véritable force de propositions en direction des Etats, aux fins de rendre possible la mise en œuvre de la décision de Yamoussoukro, ainsi que la politique exprimée par les chefs d'Etat de l'Union Africaine ».

Les délégués présents dans la capitale congolaise devront « opérer des choix stratégiques et efficaces reposant entre autres sur la nécessité de se pencher sur les modèles de développement qui permettent d'affronter le marché du transport aérien, avec ce qu'il comporte de concret, en terme de capacité et d'atouts inégaux, d'innover et de s'élever au rang des concurrents, de créer la valeur ajoutée aux taches quotidiennes, tout en veillant de partager les lourdes charges d'exploitations », a précisé le chef de l'Etat Congolais.

Les questions de sureté et de sécurité aériennes doivent être au cœur des discussions, avec pour référentiel l’engagement de l'organisation sur des défis contenus dans la déclaration d'Abuja.

Dans cette perspective, Denis Sassou N'Guesso s’est soucié de l'arrimage des compagnies aériennes africaines à la modernité : « certes, les gouvernements des Etats de l'Union Africaine, à travers la Commission africaine d'aviation civile et les communautés économiques régionales mettent tout en œuvre pour vous accompagner. Certes, la déclaration d'Abuja sur la sécurité aérienne en Afrique a tracé la voie à suivre pour un ciel plus sûr, mais nous ne le dirons jamais assez, a martelé Denis Sassou N’Guesso, « ce ne sont pas les Etats qui vont protéger les compagnies aériennes africaines, plutôt leur modernité et leur performance, quand bien même le soutien et l'appui des Etats leur sont garantis », a-t-il relevé.

Brazzaville a saisi l’occasion de ces assises, pour affirmer la volonté du Congo d’être un hub de transbordement des compagnies aériennes en Afrique Centrale, en jouant un rôle transversal, dans la mise en place du marché unique aérien en Afrique, d'ici à 2017.

Avec la tenue de cette assemblée générale de l’AFRAA, Brazzaville est sur la voie tracée par la réussite des 11èmes Jeux Africains, en créant les conditions de l'encrage d'une Afrique unie et solidaire, une Afrique dynamique et pleine de promesse, bref une Afrique qui se bat et gagne.

En rappel, l’AFRAA, créée en 1964, regroupe 45 compagnies aériennes africaines membres, ainsi qu’une centaine de partenaires industriels, dont des constructeurs-avionneurs et des motoristes, des consultants et prestataires de haute technologie, ainsi que des représentants gouvernementaux et des organisations internationales. Elle a pour mission d’encourager et d’accompagner les compagnies africaines dans le développement de leurs services de transport aérien.



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements