Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

4ème Sommet afro-arabe à Malabo : Obiang Nguema s'insurge contre l'occident sur la manipulation de la jeunesse africaine


Alwihda Info | Par Claude Dinard Vimond - 23 Novembre 2016 modifié le 23 Novembre 2016 - 18:58

Le 4ème sommet Afrique-Monde arabe s’est ouvert au centre de conférence internationale de Sipopo ce 23 novembre 2016 à 11 heures, heure locale par une prestation d’un groupe de jeune guinéen. A l'ouverture des travaux, le président Obiang Nguema a dressé un véritable réquisitoire contre l'Occident qui manipule à son gré la jeunesse africaine.


Le président Téodoro Obiang Nguema Mbasogo a été le premier à prendre la parole pour son allocution de bienvenue. Le chef de l’Etat équato-guinéen a insisté sur la nécessité de promouvoir le partenariat entre les deux parties dans les domaines d’intérêt commun.

Il a par ailleurs axé son message, entre autres, sur la nécessité de mettre en œuvre la feuille de route définie au Koweït en 2013, la bonne gouvernance, la promotion d’une coopération Sud-Sud et gagnant-gagnant, ainsi que sur le rejet de l’ingérence occidentale dans les problèmes africains, avant de s’insurger contre la manipulation de la jeunesse africaine par les pays occidentaux tout en a appelant ses et ses partenaires à trouver des mécanismes pour freiner l’exode rural des africains vers les pays du Nord.

Le président Obiang Nguéma a plaidé pour un développement de l’esprit nationaliste de la jeunesse africaine qui doit, selon lui, repousser les cultures exogènes à l’Afrique parce que pour lui, il est temps de réorienter la jeunesse africaine vers les pays arabes. La solidarité entre l’Afrique et le Monde arabe est pour chef d’Etat équato-guinéen, la seule possibilité pour ces deux partenaires d’imposer leurs voix dans le concert des nations, dominé par les pays occidentaux.

Dans discours de passation de service, Son Altesse l’Emir du Koweit a réitéré l’engagement de son pays dans son appui au partenariat Afrique-Monde arabe par le financement dans les domaines stratégiques de la santé et de la sécurité alimentaire. Il a également appelé à la création d’un environnement propice aux investissements.

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz a emboité le pas à l’Emir du Koweit, en rappelant que le terrorisme constitue un des grands défis auxquels sont confrontés l’Afrique et le Monde arabe. La stabilité et la paix sont, a-t-il dit, les facteurs de développement durable. Il a, en outre, appelé les deux parties au soutien de la cause palestinienne.

Le président tchadien, Idriss Deby Itno, président en exercice de l’Union africaine, qui a relevé l’insuffisance des résultats dans la mise en œuvre du partenariat afro-arabe, a aussi insisté sur la nécessité d’agir. Il a exhorté ses pairs à sortir des sentiers des promesses et de bonnes intentions pour des actions concrètes.

L’égyptien Ahmed Aboul Gheit, secrétaire général de la ligue arabe, cinquième personnalité à prendre la parole a reconnu l’insuffisance des résultats et loué les efforts consentis par les parties dans le cadre du partenariat entre elles. Il a, par ailleurs, souligné la nécessité de coordonner le partenariat au niveau des ministres des finances et de l’économie.

La présidente de la commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma qui a clos la série de discours avant les travaux à huit-clos des chefs d’Etat et de délégation . Elle a axé son allocution essentiellement sur la place de la jeunesse dans le développement de l’Afrique. Il faudra centrer le développement sur la personne, en renforçant la place des citoyens, a-t-elle souligné.

La promotion du secteur privé, des énergies renouvelables et de l’économie bleue en Afrique, ainsi que la promotion des échanges culturels entre les deux pôles ont également suscité l’intérêt des chefs d’Etat et de délégation au sommet de Malabo.

En marge du sommet, le président de la République, Denis Sassou N’Guesso a eu un tête à tête avec son homologue Alpha Condé de Guinée. La coopération bilatérale et l’actualité africaine ainsi que celle du monde ont, à n’en point douter, meublé leurs discussions entre les deux hommes d’Etat.



Dans la même rubrique :
< >