Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

500 rebelles soudanais tués, le nombre revu à la hausse


Alwihda Info | Par Adil Abou - 24 Mai 2017 modifié le 16 Juin 2017 - 19:34

Les rebelles soudanais dans un communiqué publié hier soir, ont enfin reconnu que leurs forces ont essuyé une défaite et une centaine de leurs combattants auraient été faits prisonniers.


Le nombre des rebelles tués revu à la hausse, selon l'armée soudanaise qui avance désormais le nombre de 500 rebelles tués en 48 heures d'affrontements avec les forces gouvernementales.

Une centaine de rebelles capturés parmi lesquels figurent le commandant Ahmat Hissen Moustapha dit ADROB et le chef d'état major du mouvement de Mini Arkawi. Interrogé par l'armée, ADROB fait des révélations sur les plans de guerre des mouvements rebelles et les sponsors. A la fin de l'interrogatoire, il remercie vivement l'armée soudanaise pour l'avoir bien traité.

Les rebelles soudanais dans un communiqué publié lundi ont enfin reconnu que leurs forces ont essuyé une défaite et une centaine de leurs combattants auraient été faits prisonniers. Ils justifient la défaite par l'épuisement des cartouches en position de leurs combattants qui ont fait face aux forces gouvernementales pendant deux jours (samedi et dimanche). Les dirigeant rebelles coalisés de Mini Arkawi et Abdelwahit MAHAMAT Nour accusent dans leur communiqué les forces gouvernementales soudanaises d'avoir sommairement exécuté plusieurs de leurs combattants.

500 rebelles soudanais tués, le nombre revu à la hausse
Les relations entre l'Égypte et le Soudan ne cessent de se détériorer surtout après la grande offensive militaire lancée samedi par les mouvements politico-militaires soudanais dans le Darfour et après la saisie par les forces soudanaises des armes dont six véhicules blindés de fabrication égyptienne. Le Président soudanais a dans une déclaration à la télévision arabe Aljazeera accusé nommément l'Égypte d'avoir apporté un soutien militaire aux rebelles. Il dit regretter que les armes saisies sont de fabrication égyptienne. Quelques heures après sa déclaration, l'ambassadeur d'Égypte au Soudan a été convoqué par le ministère soudanais des affaires étrangères. Il s'agit bien de protester semble t-il auprès d'Égypte concernant la saisie d'armes et six véhicules blindés de marque égyptienne lors des affrontements de weekend avec les rebelles soudanais. Mardi, le président égyptiens est sorti de son silence et a apporté un démenti formel à l'accusation soudanaise. "nous n'intervenons jamais dans les affaires intérieures des pays voisins", a tenu à souligner le Président Abdelfatah Alsissi, sans toutefois condamné l'offensive des rebelles soudanais.
A. Adil