Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Affaire Habré: la justice tchadienne n'est pas compétente pour juger qui que ce soit, pas Hisseine Habré en tout cas


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 18 Août 2008 modifié le 18 Août 2008 - 14:35

"Si Hissène Habré a été jugé pour les mêmes faits, il ne pourra plus comparaître devant aucune autre juridiction au monde", a déclaré le Garde des Sceaux, ministre de la justice, Me Madické Niang, invité sur la Rfm


Affaire Habré: la justice tchadienne n'est pas compétente pour juger qui que ce soit, pas Hisseine Habré en tout cas

Grioo

Le Tchad a jugé son ancien président. Le tribunal de N'Djamena a condamné par contumace Hissène Habré, prédécesseur d'Idriss Déby Itno, à la peine de mort. La sanction ne devrait toutefois pas être appliquée, car aucun mandat d'arrêt n'a été émis par la justice tchadienne.

Hissène Habré restera donc dans son exil sénégalais à Dakar. D'autant qu'un procès l'y attend. Celui qui a été président pendant huit ans, devra répondre des crimes contre l'humanité dont il est accusé. Par cette peine capitale, son pays vient, lui, de prendre position. Mais l’annonce de la condamnation par contumace à mort de l’ancien président du Tchad a tout de suite suscitées de vives réactions des autorités sénégalaises.

"Si Hissène Habré a été jugé pour les mêmes faits, il ne pourra plus comparaître devant aucune autre juridiction au monde", a déclaré le Garde des Sceaux, ministre de la justice, Me Madické Niang, invité sur la Rfm.

Me Madické s’est aussi interrogé sur la pertinence à engager une telle procédure alors que le Sénégal était en train de poser des actes pour faire juger l’ancien président Tchadien en exil à Dakar.

Le ministre sénégalais de la Justice trouve la décision d’autant plus « surprenante » qu’il aurait récemment reçu son homologue Tchadien, mais que ce dernier ne l’a « pas informé de cette procédure ». Pour la garde des sceaux, « Si le Tchad avait engagé une procédure, il fallait simplement le faire savoir à l’Union africaine », qui, si elle était au courant de cette procédure, ajoute- elle « n’en aurait pas fait engager une autre parallèlement ».

Le ministre de la Justice Me Madické Niang, par ailleurs ancien avocat d’Hissène Habré, a cependant annoncé que l’Etat du Sénégal va interpeller officiellement le gouvernement Tchadien sur cette question. Et qu’il attend des explications. « A partir de ce moment, nous en tirerons toutes les conséquences » a-t-il ajouté.

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements