Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Informations

Affrontements entre les troupes djiboutiennes et le FRUD à Yegger et à Margoïta au Nord Ouest du district de Tadjourah


Alwihda Info | Par Radiio Libre - 17 Août 2016 modifié le 17 Août 2016 - 23:00

Après l'Ethiopie, Djibouti à son tour dans la tourmente
Affrontements entre les troupes djiboutiennes et le FRUD
à Yegger et à Margoïta au Nord Ouest du district de Tadjourah
L’armée djiboutienne démoralisée!



Djibouti à son tour dans la tourmente
Affrontements entre les troupes djiboutiennes et le FRUD
à Yegger et à Margoïta au Nord Ouest du district de Tadjourah
L’armée djiboutienne démoralisée!
Le 15 août 2016 de 6h à midi, des soldats ont attaqué durant plusieurs heures, les positions du FRUD sur le mont Yegger, les assaillants ont été repoussés violemment malgré le renfort venu par Garab et qui est passé par le territoire éthiopien. Le lendemain, les soldats très démoralisés ont refusé de combattre. La présence du Frud dans cette zone très proche de l’axe routier Djibouti Ethiopie et de Galafi inquiète non seulement les autorités djiboutiennes mais éthiopiennes, qui par l’intermédiaire des notables de la région avaient demandé au FRUD de s’installer plus loin, lequel aurait répondu que Yegger faisait partie intégrante du territoire djiboutien jusqu’à nouvel ordre. Le FRUD qui s’inquiète du passage des soldats djiboutiens par le territoire éthiopien, aurait aussi fait savoir qu’il n’avait aucune intention d’attaquer les intérêts éthiopiens.
Alors que l’armée Djiboutienne avait les yeux braqués sur l’évènement de Yegger, dans la nuit du 15 au 16 août, les combattants du FRUD ont mené une attaque contre le camp de Margoïta (situé prés du Mont Moussa Ali, à quelques km de la frontière éthiopienne). Le FRUD, profitant de l’effet de surprise, a crée la panique au sein des soldats, qui se sont tirés dessus et se sont dispersés en désordre, laissant le camp vide, ce qui a permis au FRUD de récupérer plusieurs armes. Plusieurs soldats seraient encore dans la nature Cette action a permis aussi de libérer plusieurs familles de la région qui sont maintenues de force depuis des années comme bouclier humain autour du camp de Margoïta, certaines d’entre elles ont pu franchir la frontière et se réfugier en Ethiopie.
Margoïta n’est pas le seul endroit où les civils sont maintenus contre leur gré autour du camp militaire pour servir de bouclier humain : il en est ainsi de Garabtissan (près de Lac Assal) et à Gal Ela dans les Mablas où les habitants des environs sont regroupés et sont à la merci des soldats.
De source sanitaire, on signale qu’il ya eu plusieurs soldats blessés qui sont soignés dans les hôpitaux de la capitale. Le FRUD ne déplore aucune perte.


 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements