Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Algérie : Mecque de la xénophobie et du racisme !


Alwihda Info | Par Abbas Kayangar - 4 Novembre 2013 modifié le 4 Novembre 2013 - 22:38

L’Algérie mérite-t-elle de jouir l’espace solidaire africain? À mon avis, l’arrestation massive des subsahariens pourtant en situation régulière et leur expulsion de ce pays démontre suffisamment que les autorités algériennes profondément engluée dans des incertitudes politiques, incapables de répondre aux attentes de leur population, tirent de tous feux sur les ressortissants de l’Afrique noire pour détourner l’attention. Personne n’est dupe, l’Algérie est l’un des pays les plus intolérants au monde.


Crédit photo : Sources
Crédit photo : Sources
Pendant que toute l’Afrique se débat avec frénésie pour tisser une véritable solidarité africaine, celle-là même qui avait permis à la Libye de Kadhafi de s’en sortir de l’embargo imposé par les occidentaux, l’Algérien bafoue les droits des africains subsahariens en affichant une xénophobie et un racisme sans précédant.

Il n’ya pas de jours où les organes de presse algérienne arabophone et francophone mettent en valeur dans leur édition des lignes des articles incendiaires à caractères xénophobe orientés vers les ressortissants de l’Afrique subsaharienne qu’ils soient en situation régulière ou irrégulière. Tout ce qui est noir est bon pour subir les foudres de la xénophobie et du racisme innés des Algériens.

Avec le déclenchement de l’opération Serval au Mali, plusieurs ressortissants de l’Afrique noire ont été sauvagement passés à tabac à Marseille en France. Un nigérian avait perdu sa vie, un tchadien(bras fracturé) et plusieurs autres personnes de race noire prises comme cibles par des jeunes délinquants d’origine algérienne qui voulaient faire des représailles contre la mort des algériens dans le nord malien. Mais ce qu’ils oublient, ces algériens tués au Mali étaient des terroristes que le monde ne doit avoir aucun remord à leur endroit. Un terroriste ne doit récolter que les fruits de ses actes.

En faisant la lecture des campagnes barbares de la presse algérienne qui endoctrine la population, en qualifiant les Africains noirs se trouvant en situation illégale comme des d’escrocs, de faussaires, de trafiquant de drogue, de porteur de sida menaçant la santé publique algérienne, de proxénètes, de violeurs, etc., avec un silence complice des autorités qui cautionnement ces débordements et ce manque de savoir vivre.

L’Algérie mérite-t-elle de jouir l’espace solidaire africain? À mon avis, l’arrestation massive des subsahariens pourtant en situation régulière et leur expulsion de ce pays démontre suffisamment que les autorités algériennes profondément engluée dans des incertitudes politiques, incapables de répondre aux attentes de leur population, tirent de tous feux sur les ressortissants de l’Afrique noire pour détourner l’attention. Personne n’est dupe, l’Algérie est l’un des pays les plus intolérants au monde.

Le lot quotidien des noirs dans ce pays est un chapelet de mépris, d’insultes, d’agressions physiques et verbales, humiliations de toute sorte. ‘‘El kahloucha’’, ‘‘El kahlouch’’, quel noir africain qui a vécu en Algérie n’a pas appris à connaitre le sens de mot? Pour les migrants noirs, l’Algérie affiche une image agressive, désagréable, méprisante et malintentionnée à l’égard de tout ressortissant du sud du continent noir, qu’on soit musulman, chrétien ou autre. Où est la place de l’Algérie raciste et xénophobe dans le concert des nations africaines? L’Algérien est aussi intolérance vis-à-vis de l’étranger que le Français. Il talonne de près les champions mondiaux du refus d’accepter l’autre, que sont la Jordanie, l’Inde, Hong Kong et le Bangladesh qui ne tolèrent pas avoir pour voisin une personne étrangère à leur race. Face aux multiples campagnes ouvertement racistes et xénophobes dirigés contre les noirs africains et orchestrés par la presse algérienne, le temps n’est-il pas venu à la moribonde Union Africain de sortir de son silence pour condamner les multiples attaques humiliantes, deshumanisantes et dégradantes dirigées contre les africains de peau noire ? Incontestablement, Houari Boumediène, président algérien (1965-1978) est mort avec le panafricanisme qu’il prônait avec ferveur. Vive l’Algérie tolérante et ouverte! À mort l’Algérie terroriste, xénophobe et raciste pour que triomphent la paix, la sécurité et la solidarité africaine.

Abbas Kayangar



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements