Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Arrestation du vice président de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains


Alwihda Info | Par - 22 Février 2013 modifié le 22 Février 2013 - 13:16

Arrestation du vice président de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) le 21 février , transféré à la gendarmerie où il risque d'être torturé. Depuis son arrestation, il est au secret.
ORDHD


Observatoire pour le Respect des Droits Humains à Djibouti
ORDHD ordhd@hotmail.com
17, rue Hoche – 93100 Montreuil sous Bois
Arrestation d’Abdi Osman défenseur des droits humains
L’ORDHD dénonce l’arrestation d’Abdi Osman dit Indabuur, militant actif des droits de l’Homme et actuel vice-président de la LDDH, survenue le 21 février 2013 à 17 H, incarcéré à la brigade de la gendarmerie, parce qu’il a dénoncé lors du meeting de l’opposition de 20 février 2013 les tortures infligés aux prisonniers politiques et leurs conditions de détention. Crainte sérieuse pour l’intégrité physique d’Abdi Osman.
Il a notamment évoqué le cas scandaleux de Mohamed Ahmed dit Jabha (militant du FRUD), plusieurs fois torturé et détenu depuis mai 2010 sans soins et sans jugement.
Abdi Osman a été déjà arrêté et torturé à plusieurs reprises. Il attend depuis 9 mois d’être jugé en appel.
Il fait en effet partie de cinq prisonniers politiques qui ont bénéficié de relaxe le 05/05/2012, après avoir été subi des tortues et détenu arbitrairement depuis le 1er août 2011 sous le chef d’inculpation de « participation à un mouvement insurrectionnel » :
- Hassan Amine Ahmed, défenseur des droits de l’Homme et membre de la direction du Parti djiboutien pour le développement (PDD), et actuel membre de la direction de la LDDH ;
- Ismaël Abdillahi Doualeh dit Sitiin, -Ismaël Hassan Aden dit Madheedh militants du Parti national démocratique (PND) qui furent torturés;
- et Idriss Mohamed Hamadou, simple citoyen.
Ils sont en attente de jugement de la Cour d’Appel du Tribunal de Djibouti, plusieurs fois reporté. Le jugement prévu le 20 février a été encore reporté pour la mi-avril 2013, il s’agit de pressions et de harcèlements judiciaires inadmissibles.
L’ORDHD demande
La libération immédiate d’Abdi Osman Indhabuur et la fin des harcèlements judiciaires et policières des défenseurs des droits humains.

ORDHD : A. COLOMBA Paris, le 21 février 2013


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements