Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Arrestations extrajudiciaires et les allégations de l’exécution extrajudiciaire au Cameroun: La lettre du CODE à la commission Européenne


Alwihda Info | Par Cellule de Communication du CODE - 4 Octobre 2014 modifié le 4 Octobre 2014 - 11:43

Après avoir interpellé le président Blaise Compaoré du Burkina sur le sort reservé au Capitaine Guerandi,refugié au Burkina depuis 30 ans et porté depuis lors disparu, le Collectif des organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la diaspora, s'est adressé également à la présidence de la république du Cameroun sur le même sujet. Dans cette autre nouvelle correspondance, le CODE interpelle le président de la commission européenne sur les arrestations extrajudiciaires et les allégations de l’exécution extrajudiciaire au Cameroun.Lisez plutôt


À cause de ce non-respect des droits des réfugiés politiques par les autorités camerounaises, nous sommes contraints de porter à votre connaissance que la peur s'est installée depuis lors dans le cœur de tous les activistes camerounais, réfugiés et vivant sur le territoire européen.

A son excellence
Monsieur Jean Claude Juncker,
Président de la Commission Européenne

Rue de la loi, 200 1049 Brussels, Belgique

Bruxelles le 25 septembre 2014

Nos réfs : 23/CODE-Cameroun19/09-14-CC

Objet :Kidnapping de Réfugiés Camerounais sur le sol européen et leur transfèrement au Cameroun par les autorités du Cameroun.

Excellence, Monsieur le Président,

Le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora (CODE) a l’insigne honneur, d’attirer votre Haute Attention sur le danger d’enlèvement qui pèse sur plusieurs réfugiés d'origines camerounaises séjournant sur le territoire européen et de solliciter votre soutien pour faire la lumière sur le kidnapping et l’assassinat du Dr. Guerandi Mbara, opposant camerounais disparu depuis bientôt deux ans.

Dans son édition n°2801 du 14 au 20 septembre 2014, le Journal Jeune Afrique consacre quatre pages d’une enquête menée au Cameroun et intitulée «enquête sur une Affaire d’Etat».

Sous la plume de Georges Dougueli, le journal nous apprend que le Capitaine Guerandi Mbara Goulongo a été enlevé le 25 janvier 2013 à Sofia en Bulgarie après qu'on lui ait administré à son insu un puissant sédatif dans l'avion où il se trouvait avec ses bourreaux. Ces derniers vont le ramener de force au Cameroun, vers Douala notamment.

D’après Jeune Afrique, le «colis» est livré aux services spéciaux camerounais le 25 janvier 2013 entre les localités de Puma et d’Édéa et par la suite exécuté et inhumé à son arrivée.

Dès lors, nul n’a plus eu de nouvelles de Guerandi Mbara. A-t-il été tué sur-le-champ ou a-t-il été jeté dans un des souterrains de la DGRE à Yaoundé ?

Ce cas constitue une violation grave et inacceptable de la souveraineté des pays membres de l’Union européenne et une atteinte flagrante aux droits élémentaires à la sécurité de personnes vivant légalement dans ces pays.

À cause de ce non-respect des droits des réfugiés politiques par les autorités camerounaises, nous sommes contraints de porter à votre connaissance que la peur s'est installée depuis lors dans le cœur de tous les activistes camerounais, réfugiés et vivant sur le territoire européen.

Excellence, Monsieur le Président,

Le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques de la Diaspora Camerounaise (CODE) a dû constater avec regret votre silence face aux multiples interpellations faites par les organisations de la société civile camerounaise et même internationales sur les cas récurrents de violation flagrantes des droits humains au Cameroun

Considérant la gravité de la situation du Cameroun, le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora (CODE) appelle votre haute institution à:

1) Faire pression sur les autorités camerounaises pour qu’elles se prononcent sur le cas de l'enlèvement du capitaine Guerandi Mbara. Le CODE pense que si M. Guerandi Mbara est détenu quelque part au Cameroun, il doit être confié à la Justice pour répondre des faits qui lui sont reprochés. Par contre, s'il s'avère qu'il a été exécuté par les autorités de Yaoundé, les responsables de ce crime d’Etat doivent être traduits devant les tribunaux du pays

2) Prendre des mesures énergiques telles le gel des avoirs dans les Banques Européennes de toute autorité camerounaise impliquée dans l’enlèvement de Mr. Guerandi ainsi que dans tout autre crime grave avéré de violation de Droits Humains

3) De rappeler publiquement que l’Union Européenne ne tolérera pas la violation de sa souveraineté, pas plus que la violation de la protection accordée à tout réfugié politique dans chacun de ses Etats membres.

4) De prendre toute mesure appropriée pour renforcer la protection des citoyens camerounais vivant en Europe et qui sont en lutte pour l’instauration de la Démocraitie et de l’Etat de Droit au Cameroun.

Dans l’espoir que vous accorderez une suite favorable à notre demande, veuillez agréer, Excellence, Monsieur le Président, notre très haute considération.

Pour le CODE

KADJI Elie, Président
ROUFAOU OUMAROU, Responsable de la Cellule de Communication

Ampliations :

· Président du Parlement Européen, Présidents de Commissions (Affaires Etrangères, Droits humains, Commission du Développement et de la Coopération)
· Présidence de la Commission de l’Union Africaine
· Comité des médiateurs de l’Union Africaine
· Commissaire européen à la Coopération et au Développement
· Députés Européens
· Presse Nationale et Internationale

Adresse du siège: CODE Asbl, Chaussée d'Alsemberg n° 95 à 1630 Bruxelles
Courriel: comitedecoordinationcode@yahoo.fr
http://lecode.canalblog.com/



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements