Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

"Au Tchad, on a connu des guerres...Mais ce genre de réaction, on n'a jamais connu" selon Djimet Clément Bagaou


Alwihda Info | Par Djimet W / Adil Abu - 19 Juin 2015 modifié le 19 Juin 2015 - 18:44

"Habituellement, les forces de l'ordre et les services de renseignement ne trouvent pas de quoi à se justifier devant le président de la république. Ils vont tenter de faire un montage pour dire effectivement qu'ils font leur travail. A ce point, le chef de l'État doit être très vigilant et regardant pour faire la différence de tout ce qu'on va lui colporter. Chacun se dit qu'il faut amener 5 à 10 fiches au président de la république pour justifier sa présence sur le terrain" (interview avec le président de la coalition de l'opposition politique appelée Cadre de Concertation de Formation Politique, et par ailleurs président du Cadre National de Concertation Politique (CNDP) M. Djimet Clément Bagaou)


​- Alwihda: Mr. le président qu'elle est votre impression par rapport à l'attaque terroriste qui a entraîné la mort d'hommes?

- Djimet Clément Bagaou: Entant que Tchadien, c'est d'abord un grand regret et une grande tristesse pour tout un chacun. Pour quel qu'un de conscient, la vie de Tchadien doit être préservée. On ne permet pas à n'importe quel diable de porter atteinte à la vie d'un être humain. Des innocents qui ont péri dans ces attaques. C'est difficile pour dire exactement ce qui est arrivé. Quelque soit notre divergence, nous devrions lutter contre ce comportement déviant contraire à notre culture. Au Tchad, on a connu des guerres et on a tout vécu. Mais ce genre de réaction, on n'a jamais connu avant mais nous ne voulons pas que cela devienne habitude.

-Alwihda: Pourquoi nous n'avons pas entendu les chefs de partis politiques condamner les attentats?

-Djimet Clément Bagaou: Je crois que beaucoup de chefs de partis politiques ont réagi pour condamner ces attentats. Peut-être, vous n'avez pas eu la chance de tomber sur les réactions. Au niveau de l'opposition, on a dépêché un communiqué pour condamner les attentats. Vous n'êtes pas informé ou une copie ne vous a pas été donnée. Moi même, j'ai suivi beaucoup de réactions de chefs politiques sur le média.

- Alwihda: Peut-on dire que qu'il ya eu de faille dans le dispositif sécuritaire? Cette attaque terroriste aurait-elle pu être évité?

-Djimet Clément Bagaou: Cette attaque aurait pu être évitée en étant plus regardant. Notre intervention militaire au Mali, récemment au Niger, au Nigeria et au Cameroun doit nous amener à prendre plus de précaution et d'être sur nos gardes à tout moment. Nos forces de l'ordre doivent redoubler de vigilance et mettre la population à l'abri de ces genres d'attaque. Notre grande surprise, cette attaque n'a jamais été revendiquée. On se dit que ce qui se passe au Tchad, ça nous amène à nous interroger sur l'origine de ces attaques. Est-ce qu'il n'y a pas une autre formule de Boko Haram au Tchad?

"Au Tchad, on a connu  des guerres...Mais ce genre de réaction, on n'a jamais connu" selon Djimet Clément Bagaou
- Alwihda: Ces attentats terroristes n'auront-ils pas de conséquences négatives comme des arrestations arbitraires de paisibles avec des fouilles opérées ça et là?

- Djimet Clément Bagao: Au Tchad, il yaura toujours des arrestations arbitraires. On a toujours l'habitude de fomenter de conspiration. Habituellement, les forces de l'ordre et les services de renseignement ne trouvent pas de quoi à se justifier devant le président de la république. Ils vont tenter de faire un montage pour dire effectivement qu'ils font leur travail. A ce point, le chef de l'État doit être très vigilant et regardant pour faire la différence de tout ce qu'on va lui colporter. Chacun se dit qu'il faut amener 5 à 10 fiches au président de la république pour justifier sa présence sur le terrain. S'il ne fait pas attention, ça va envenimer les choses au lieu que ça résolve. Il faut que les fouilles se fassent dans le respect et dans la règle pour protéger la population. Les fouilles sont normales mais il ne faut pas qu'on les fassent avec beaucoup de zèle. Ce n'est pas normal qu'on crée un embouteillage de 200 à 300 véhicules pour créer d'autres problèmes.

- Alwihda: Faut-il songer à maintenir ou retirer les troupes Tchadiennes sur les théâtres d'opération contre le teroriste de Boko Haram?

-Djimet Clément Bagaou: Nous avons le pieds dans la boue. On ne peut pas se retirer comme ça. Cela donnera l'occasion à Boko Haram de venir créer de trouble au Tchad. Notre présence là-bas est préventive. On est contraint de maintenir nos troupes pour sécuriser nos frontières. Il faut faire un travail ici à l'intérieur à conscientiser et sensibiliser la population pour éviter de tomber dans le piège du terrorisme.

- Alwihda: Cette attaque terroriste ne pourra t-elle pas avoir de répercussions négatives sur les prochaines échéances électorales ?

- Djimet Clément Bagaou: Un acte qui est déjà passé sauf s'il ya une mauvaise foi du gouvernement de se cacher derrière cette action pour faire obstruction à la bonne marche du processus électoral. On dit que c'est un acte isolé et que toutes les précautions seront prises pour qu'il n'y ait pas de trouble au cours de ce processus électoral. Je pense que le gouvernement doit prendre toutes les précautions pour protéger et encadrer le processus électoral qui déjà par la faute du gouvernement est déjà biaisé. Il ya déjà de violations flagrantes qui se sont déjà passées à travers le choix d'aborder l'expert, de l'opérateur de la biométrie. Aujourd'hui, on est en train de forger un nouveau code électoral sans chercher à connaître le fond et les raisons. On assiste toujours à un passage en force.

L'opérateur de la biométrie a été choisi d'une façon unilaterale par le MPS sans les autres composantes de la societe civile et de l'opposition politique. On se dit qu'il ya une mauvaise foi de pouvoir de tripatouiller les prochaines élections. Maintenant, on craint la gestion de la crise éventuelle au cours de ce processus électoral. Étant donné qu'on a de problème. Ce risque que le pouvoir est entrain de prendre, est-ce que cela ne nous conduirait pas à d'autres cieux.

- Alwihda: Le pouvoir dit que le processus électoral suit son chemin et vous dites que cela piétine?

- Djimet Clément Bagaou: Le processus électoral ne piétine pas mais il est biaisé. Le pouvoir est entrain d'opérer un passage en force.

-Alwihda: Votre mot de la fin?

- Djimet Clément Bagao: J'appelle le peuple Tchadien à demeurer vigilant et qu'on doit faire de notre sécurité l'affaire de tous. Personne ne doit hésiter un seul instant de dénoncer ou d'agir quand il s'agit de notre nation. Pour notre existence, il faut absolument qu'on soit en sécurité. La lutte contre la déviance doit être la lutte de tous. Quand il ya des attaques, les terroristes n'épargnent personne. Le gouvernement doit instaurer un véritable dialogue entre les Tchadiens pour assurer leur sécurité.

Interview réalisée par Djimet Wiche Wahili pour Alwihda.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements