Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Au Tchad, plus que jamais la terreur !


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 21 Février 2008 modifié le 21 Février 2008 - 10:41

"Les représailles menées en toute illégalité par les sbires d’Idriss Déby contre de nombreux responsables de la société civile n’ayant jamais pris les armes. Ainsi, le professeur Facho Balam, en charge d’un groupe de réflexion au sein de la société civile, a failli être enlevé dans la nuit du 16 au 17 février 2008 par une unité des forces de police. Il a pu fuir à temps mais doit maintenant vivre dans la clandestinité pour échapper à la vindicte du dictateur de N’Djaména. Que restera-t-il de l’opposition au Tchad systématiquement démantelée ? Quel avenir pouvons-nous actuellement espérer alors que nous constatons dans notre pays la détérioration systématique de nos institutions et les violations constantes des droits de l’homme ?" Antoine Bangui


 Au Tchad, plus que jamais la terreur !
Au Tchad, plus que jamais la terreur !

La chasse aux opposants se poursuit.

· Rappelons que depuis le 2 février dernier, date à laquelle ils ont été enlevés à leur domicile, nous n'avons toujours aucune nouvelle ni aucun signe de vie des leaders politiques Ibni Oumar Saleh, de Yorongar Ngarléjy et de combien d'autres plus anonymes » ?…

· Rappelons également que Lol Mahamat Choua, ancien président de la République du Tchad est toujours illégalement détenu dans les locaux de la police à N'Djaména.

· Rappelons aussi les représailles menées en toute illégalité par les sbires d'Idriss Déby contre de nombreux responsables de la société civile n'ayant jamais pris les armes.
Ainsi, le professeur Facho Balam, en charge d'un groupe de réflexion au sein de la société civile, a failli être enlevé dans la nuit du 16 au 17 février 2008 par une unité des forces de police. Il a pu fuir à temps mais doit maintenant vivre dans la clandestinité pour échapper à la vindicte du dictateur de N'Djaména.

Que restera-t-il de l'opposition au Tchad systématiquement démantelée ? Quel avenir pouvons-nous actuellement espérer alors que nous constatons dans notre pays la détérioration systématique de nos institutions et les violations constantes des droits de l'homme ?

Nous en appelons à la conscience internationale pour que le Tchad ne soit plus un territoire abandonnée à la violence et au bon vouloir du dictateur Idriss Déby Itno, un pays où les dénis de justice sont constants, où d'inadmissibles chasses à l'homme se perpétuent sous couvert de « pouvoir légal », où les vies deviennent chaque jour plus précaires et menacées.

Fait le 20 février 2007.

Antoine Bangui,

Responsable politique, secrétaire du Fer
( Front extérieur de Rénovation)
Auteur de « Prisonnier de Tombalbaye » (Hatier Monde-noir poche »,
« Tchad : élections sous contrôle », 1999 Editions de l'Harmattan.