Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

BAD : Les pronostics en faveur du candidat tchadien, Bedoumra Kordjé ?


Alwihda Info | Par Djimet Wiché Wahili - 27 Mai 2015 modifié le 28 Mai 2015 - 00:06

L'Afrique à elle seule, compte 59,723% des voix. En comptant sur les pays de l'Afrique centrale (CEMAC, CEEAC) qui totalisent 4,4% de droit de vote, de l'Egypte avec 5,3%, de l'Algérie et de la Libye avec 4,22%, et du Maroc avec 3,505%, le Tchad totalise au moins 17,425% des voix sur le continent africain, sans compter sur les pays de l'Afrique de l'Ouest qui engrangent 20% des voix. Le Nigeria détient 9% de droit de vote tandis que l'Afrique du Nord en a 18,987%, des soutiens qui peuvent s'avérer déterminant au dernier moment.


BAD : Les pronostics en faveur du candidat tchadien, Bedoumra Kordjé ?
Le candidat tchadien à la présidence de la Banque Africaine de Développement, Bedoumra Kordjé présente plusieurs atouts importants qui lui permettent de présider la BAD pour les dix prochaines années.

On peut d'abord compter sur la valeur professionnelle de ce grand commis de l'Etat tchadien et de certaines institutions internationales qu'il a mise au service de la Banque Africaine de Développement pendant 29 ans, sans oublier les postes stratégiques occupés dans son pays.

Le candidat Bedoumra Kordjé a occupé plusieurs postes, entre autres secrétaire général de la Banque Africaine de Développement qui lui a permis d'être un acteur incontournable dans l'instauration du dialogue politique permanent et stratégique et a notamment assuré la vice-présidence de ladite institution en charge des services institutionnels, avant d'être rappelé dans son pays pour assumer d'autres fonctions stratégiques. C'est une opportunité que ne disposent pas forcément les 7 (sept) autres candidats à la présidence de la BAD.

Contrairement à d'autres candidats, celui du Zimbabwe M. Thomaso Zondo Sekela, certes, jouit d'une grande expérience professionnelle au sein de la BAD mais a été récemment admis à la retraite avant de faire son retour en tant que candidat, ce qui ne le favorise pas en terme d'image.

Bedoumra Kordjé bénéficie aussi du soutien de tous les pays de l'Afrique centrale, que ce soit de la Communauté Economique et de l'Afrique Centrale (CEMAC) et de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale qui font bloc derrière le Tchad avec 4,4 % de droit de vote. Depuis la création de la Banque Africaine de Développement en 1964, l'Afrique centrale n'a jamais présidé, une seul fois, la destinée de cette institution bancaire à vocation internationale, pourtant, l'Afrique de l'Ouest et du Nord ont présidé à deux reprises, ce qui conduit les pays de l'Afrique centrale à soutenir leur candidat unique pour le propulser à la tête de la BAD.

L'Afrique de l'ouest engrange plus de 20% des voix mais la sous-région ne parle pas d'une seule voie sachant qu'elle est divisée sur les six candidats, y compris le tchadien qui bénéficierait du soutien de certains pays membres de ladite sous-région. Cette fissure à l'intérieur de l'Afrique de l'Ouest permet au candidat du Tchad d'engranger des voix et de mettre en difficulté le Nigeria qui à lui seul totalise 9% de droit de vote.

Au cas où le Nigeria serait repêché au premier tour, le Tchad pourrait en bénéficier pour avoir intervenu militairement afin de lutter contre la secte Boko Haram et permis à l'actuel président nigérian d'être élu par une bonne partie des habitants des régions menacés par Boko Haram, tout en comptant sur la quiétude ramenée dans les territoires libérés par les forces tchadiennes.

Le Tchad pourrait se targuer aussi d'avoir le soutien de quelques pays de l'Afrique du Nord comme faiseurs de roi dans cette élection, avec 18,987%, même si la Tunisie présente déjà un candidat, en la personne de Jalloul Ayed.

Les autorités tchadiennes semblent être rassurées par le soutien quasi certain de l'Egypte avec 5,3%, lors du dernier séjour du président Idriss Deby Itno au Caire, mais aussi de l'Algérie et de la Libye, en totalisant un droit de vote de 4,22%.

Sur ce point, Le candidat tchadien M. Bedoumra Kordje aurait pu aisément gagner en Afrique du Nord sachant que le candidat tunisien n'aurait pas eu dès le départ l'aval des autorités tunisiennes pour postuler à la Présidence de la BAD. Les tchadiens s'attèleraient également à gagner la confiance du Maroc dont sa voix compte énormément avec 3,505%.

L'Afrique à elle seule, compte 59,723% des voix. L'Afrique jouera un rôle déterminant dans cette élection qui semble être serré pour tout le monde même si l'Afrique de l'Est ne pèse pas tellement avec 3,067% de droit de vote.

Le Tchad peut espérer avoir le soutien de ses alliés stratégiques, dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme, la France et les Etats-Unis. Le président tchadien Idriss Deby Itno est directement impliqué dans cette campagne, pour preuve, il s'est rendu en Egypte et dernièrement en France pour plaider la cause de son candidat. Par ailleurs, le Tchad a sollicité le soutien des grandes puissances occidentales auprès d'émissaires français et américains en déplacement à N'Djamena, pour l'élection du candidat Bedoumra Kordje.

Le président tchadien Idriss Deby Itno apparaît comme un acteur majeur de la paix et de la stabilité sur le continent et son implication personnelle pourrait être déterminante pour le candidat Bedoumra Kordjé. De plus, le projet défendu par le candidat tchadien est très ambitieux et répond actuellement aux aspirations légitimes du continent africain. Son programme s'articule autour de cinq priorités stratégiques à savoir entre autres d'accélérer l'intégration économique régionale pour créer un marché africain dynamique et compétitif dans un monde en pleine mutation et caractérisé par des regroupements économiques plus performants, de faire de l'emploi des jeunes et l'autonomisation des femmes une priorité absolue pour un développement durable et inclusif du continent.

Le candidat tchadien M. Bedoumra Kordje pourrait faire la différence compte tenu de ces différentes potentialités dans le domaine, de l'expérience, de sa compétence avérée et du soutien actif de son pays. Dans cette optique, tous les diplomates tchadiens chevronnés et réputés être efficaces sont présentement à l'œuvre à Abidjan et multiplient les tractions pour gagner plus de voix pour le candidat.

Le ministre des Affaires Etrangères et de l'Intégration Africaine M. Moussa Faki Mahamat est arrivé, hier, à Abidjan, en provenance de N'Djamena afin de soutenir et épauler le comité du soutien de Bedoumra Kordjé qui séjourne depuis quelques jours dans la capitale ivoirienne. Le nouveau locataire de la Banque Africaine de Développement sera connu demain, dans l'après-midi, à la suite d'élections.



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements