Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

BAD: «l'Afrique ne peut s'en sortir que par l'intégration régionale »


Alwihda Info | Par - ҖЭBIЯ - - 26 Avril 2008 modifié le 26 Avril 2008 - 01:40

«Il faut agir vite pour que cette croissance démographique s’appuie sur des perspectives de développement. Pour moi, la seule façon de s’en sortir c’est d’aller vers une unification de l’Afrique », a-t-il ajouté, en donnant l’exemple de l’Inde et de la Chine. 80% de la richesse mondiale se trouve aujourd’hui concentrer entre les mains des pays de l’OCDE qui représente à peine 20% de la population mondiale. Cette situation ne peut pas perdurer.» J. Wolfenshon


BAD: «l'Afrique ne peut s'en sortir que par l'intégration régionale »
James Wolfensohn : «L’Afrique ne peut s’en sortir que par l’intégration régionale »

Tunis : 25 avril 2008, L’Afrique ne peut espérer réaliser son développement et peser dans les échanges économiques mondiaux que par son unification, a déclaré vendredi à Tunis, l’ancien président de la Banque mondiale (BM), James Wolfenshon, invité du cycle des conférenciers émérites de la Banque africaine de développement (BAD).

«Vous avez aujourd’hui 53 Etats, 53 présidents, 53 ministres des Finances. Les pays ont des différences économiques, géographiques et historiques importantes. Vous devez modifier cette architecture trop lourde», a-t-il dit, en introduisant sa conférence intitulée «La place de l’Afrique dans un monde globalisé : Partenariats pour réussir».

M. Wolfenshon a également souligné le faible poids des 53 pays africains dans l’économie internationale tout en rappelant que le continent représente 1/5 de la population mondiale. « Alors qu’elle accueille actuellement le cinquième de la population du monde, l’Afrique pèse entre 2 et 2,5% du produit intérieur brut (PIB) mondial. La population de l’Afrique devrait même doubler dans les 40 prochaines années», a affirmé le conférencier.

«Il faut agir vite pour que cette croissance démographique s’appuie sur des perspectives de développement. Pour moi, la seule façon de s’en sortir c’est d’aller vers une unification de l’Afrique », a-t-il ajouté, en donnant l’exemple de l’Inde et de la Chine.

«80% de la richesse mondiale se trouve aujourd’hui concentrer entre les mains des pays de l’OCDE qui représente à peine 20% de la population mondiale. Cette situation ne peut pas perdurer», a prévenu le directeur général de Wolfenshon & Company.
Il a par ailleurs rendu un vibrant hommage au travail accompli par la BAD pour accélérer l’intégration régionale en Afrique.

«J’ai conscience qu’on ne peut pas passer du jour au lendemain de 53 présidents à un seul. C’est impossible, mais il faut commencer comme l’a fait l’Europe dans les années 50 avec la communauté économique du charbon et de l’acier. Cela leur a pris 50 ans», a souligné l’ancien président de la BM.

«Je constate que vous avez déjà commencé avec des initiatives comme la mise en place de la BAD. C’est un premier pays. Mais franchement, l’intérêt de l’Afrique commande que vous alliez encore plus loin», a-t-il assuré.

Prenant la parole en premier lors de la conférence, le président de la BAD Dr. Dr. Kaberuka a rendu hommage à M. Wolfenshon qui a, a-t-il rappelé, compris dès son arrivée à la tête de la BM qu’il fallait trouver une solution au problème de la dette multilatérale des pays pauvres.

«Jusqu’à votre arrivée à la présidence de la BM mondiale, il n’existait que le Club de Paris pour s’occuper de la dette bilatérale et le Club de Londres pour la dette commerciale. Personne ne s’intéressait alors à la dette multilatérale. Vous avez comblé le vide en lançant l’initiative PPTE», a dit Dr. Kaberuka.

Il a salué la qualité de la conférence animée par l’ancien président de la BM, assurant que ses suggestions seront dûment prises en compte dans le processus régulier d’élaboration et de revue des politiques.

«M. Wolfenshon nous a montré, une fois encore, qu’il était bien la personne indiquée pour nous entretenir, dans le cadre de ce Programme des éminents orateurs. Je voudrais le remercier pour l’excellente qualité de son exposé qui, j’en suis persuadé, nous a interpellés et édifiés», a ajouté le président de la BAD.

Initié par le Bureau de l’Economiste en Chef, le cycle d’éminents orateurs donne à des personnalités réputées l’opportunité d’exposer leurs points de vue sur les problématiques de développement en Afrique.

CONTACT : Seidik Abba – Tél. : +216 71 10 3568 – E-mail : s.abba@afdb.org
4 Unité des relations extérieures et de la communication – Tél. : +216 71 10 29 16 – Fax : +216 71 83 16 51 – E-mail : comuadb@afdb.org 3
LES COMMUNIQUES DE PRESSE SONT EGALEMENT DISPONIBLES DANS LE SITE WEB DE LA BAD : WWW.AFDB.ORG


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements