Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Bassin du Congo : Denis Sassou N’Guesso appelle les partenaires au développement à soutenir le fonds bleu


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 18 Novembre 2016 modifié le 18 Novembre 2016 - 10:42

Après avoir tiré les leçons de l’échec du fonds de partenariat pour les bassins du Congo, Denis Sassou N’Guesso innove à Marrakech au Maroc, à la 22ème conférence des parties à la convention des Nations unies sur les changements climatiques (COP 22) en proposant la création d’un fonds bleu pour le bassin du Congo. Au cours de la conférence de presse animée, ce 16 novembre 2016, le président congolais a lancé un appel pressant aux partenaires au développement pour soutenir techniquement et financière cette initiative.


Dans son mot liminaire, Denis Sassou N’Guesso a salué, en passant, l’accord de Paris, conclu en décembre 2015, qu’il juge « ambitieux et historique » visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre, dont l’objectif est de « limiter le réchauffement climatique à 2° Celsius maximum.

Pour le président congolais, après l’entrée en vigueur de cet accord, le 4 novembre dernier, les pays signataires doivent doubler résolument des efforts pour passer à la phase pratique. « C’est dans cette perspective que mon pays, la République du Congo, a décidé de lancer la mise en place du Fonds Bleu, qui appuiera la réalisation des projets visant la valorisation durable des ressources en eau du Bassin du Congo » indique-t-il avant de préciser « la proposition de mise en place de ce mécanisme financier s’inscrit dans le cadre de la promotion de l’économie bleue, une initiative de la Commission Economique pour l’Afrique. »

Ne voulant plus retomber dans les erreurs du passé, Denis Sassou N’Guesso met les garde-fous en précisant « le ressourcement et le fonctionnement du Fonds Bleu doivent s’inscrire dans une dynamique de durabilité, en tirant les leçons du Fonds de Partenariat qui n’a pas comblé nos attentes. Ainsi propose-t-il « une stratégie sera élaborée pour capter les fonds des mécanismes de financement internationaux, dédiés à soutenir les programmes et projets en matière d’environnement et de forêts, notamment le Fonds pour l’Environnement Mondial, le Fonds Vert pour le Climat. »

Tout en remerciant de vive voix les Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays du Bassin du Congo qui ont adhéré à cette initiative, le chef de l’Etat congolais lance un appel « à l’endroit des partenaires au développement, pour apporter leur soutien technique et financier à cette initiative, l’opportunité d’un nouveau partenariat pour une gestion et une valorisation durables des ressources en eau du Bassin du Congo. »

Pour cela, il soutient que « un plan d’action régional cohérent devra être élaboré pour constituer le cadre de la mise en œuvre des différents projets, qui seront identifiés, dans une approche participative, impliquant notamment les communautés locales. »
S’agissant de l’opérationnalisation du Fonds Bleu, un groupe de travail, constitué des experts de la sous-région, sera mis en place, selon lui, pour préparer les termes de référence relatifs à l’élaboration des projets de textes portant sur la création et le fonctionnement de ce mécanisme, y compris le plan d’action régional.

Denis Sassou N’Guesso a conclu que « un cabinet sera recruté pour réaliser ce travail, qui sera soumis à une réunion des Chefs d’Etat. Cette réunion se tiendra à Brazzaville en 2017 » et il n’a pas caché son optimisme car « le Fonds Bleu traduit, une fois de plus, l’engagement ferme des pays du Bassin du Congo à gérer, dans l’objectif de développement durable, des écosystèmes forestiers de notre sous-région, ceci dans l’esprit de l’Accord de Paris sur le climat. »
Admirez.