Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Boda : Une ville divisée, les cicatrices de la guerre en Centrafrique


Alwihda Info | Par GMC - 11 Août 2014 modifié le 11 Août 2014 - 00:35


Malgré une trêve, une profonde méfiance demeure entre musulmans et chrétiens dans la ville minière de Boda en République centrafricaine.
 
Vous la sentez immédiatement. Cette tension inquiète lorsque vous conduisez dans la ville minière de Boda en République centrafricaine (RCA).
 
C'est un sentiment qui est difficile à décrire. Ce n'est pas comme vous êtes dans une zone de guerre où les armes crepitent et vos instincts vous disent de trouver un endroit pour se cacher.
 
C'est un autre type de tension. Vous savez, il n'y a pas de danger immédiat pour vous, mais vous ne pouvez pas tourner le dos à tout le monde. Vous ne savez jamais qui va prendre le premier coup.
 
Des rangées et des rangées de maisons de briques ont été réduites en ruines, les quelques personnes que vous croisez dans la rue regardent juste vous, et vous savez qu'ils sont entrain d'essayer de comprendre si vous êtes ami ou ennemi.
 
Boda est l'une des villes de l'ouest de la RCA où il existe encore un peu de Musulmans.
 
Nous nous dirigeons vers la mosquée. C'est tout simplement logique d'essayer de parler à l'imam ou à un aîné dans la communauté. Nous avions besoin d'amener les gens d'ici à nous faire confiance, afin que nous puissions les interroger et entendre leur version de l'histoire.
 
Nous nous sommes également inquiétés de la lumière. Il commence à faire sombre, nous ne serons pas en mesure de filmer la nuit, et nous avons été mis en garde que beaucoup d'armes circulent dans la ville. La seule façon pour les chrétiens et les musulmans rivaux de se protéger.
 
Nous avions besoin de se dépêcher.
 
L'imam avait l'air fatigué. Il a dit que c'est parce qu'il est stressé. Il est resté dans la ville où des combats ont éclaté entre les combattants, majoritairement musulmans, Séléka et un groupe armé anti-Balaka chrétien, parce qu'il voulait "protéger" son peuple "le seul moyen" qu'il savait: c'est la prière. En dirigeant la prière pour les musulmans pris au piège dans le quartier.
 
L'imam ne veut pas être interviewé à la caméra, mais l'un des anciens a dit oui. Il est en colère, furieux, parce qu'il dit qu'il est pris au piège ici.
 
Son nom est Yousouf Baraka. Il a vu des gens tuer et être tués en dehors de la mosquée. Il a déclaré que certains de ceux qui ont tenté de quitter la ville et de rejoindre le Tchad n'ont jamais pu le faire.
 
"C'est pourquoi nous ne pouvons pas partir,» at-il crié. "Nous allons tous être tués. Ils vont nous attaquer le long de la route et nous couper en morceaux. C'est arrivé à d'autres personnes avant."
 
La peur, la colère et l'incertitude
 
Il parle des chrétiens, qui vivent de l'autre côté de la ville. Entre eux les troupes Françaises et l'Union africaine (UA) ont formé une zone tampon, en gardant les deux groupes religieux en dehors.
 
Quand nous allons sur le côté maintenant majoritairement chrétienne, l'ambiance est la même.
 
La peur, la colère, l'incertitude flotte dans l'air.
 
Des milliers de chrétiens vivent dans l'enceinte de l'église. Leurs maisons ont également été détruites au cours des mois des combats basés sur la religion. Ils ont aussi vu des gens tuer et être tués. Ils disent qu'ils ne peuvent pas non plus quitter parce qu'ils ont peur de mourir si ils tombent sur un groupe en colère.
 
J'ai convaincu Sœur Marguerite à me parler. Elle ne voulait pas la première fois parce qu'elle ne veut pas mettre les autres religieuses et les familles déplacées en danger en disant quelque chose de mal.
 
Elle est triste, déçue et inquiete pour les enfants pris au piège dans son église. Elle est venue des îles des Caraïbes à Boda pour aider les gens. Elle n'a jamais imaginé que les choses vont devenir si mauvais.
 
«La priorité pour les gens est de retourner chez eux pour vivre dans la paix», a déclaré Sœur Marguerite. "Quand je vois les petits enfants qui étaient nés ici, qui vivent dans ces tentes, ça me brise le cœur. Ils essaient de faire face, mais c'est inacceptable. Les gens ne devraient pas avoir à vivre comme ça dans Boda."
 
Cette ville semble plus divisée que n'importe quel autre endroit en RCA, que j'ai visité. Ce qui fait peur, c'est le niveau de la haine véhiculée entre les gens.
 
Vous pouvez la sentir dans les deux côtés de musulmans et chrétiens de la ville. Elle ne vas pas tout simplement disparaître parce que les deux parties au conflit ont signé un cessez-le-feu; certaines personnes croient qu'elle ne durera pas longtemps.
 
Dans un coin, une jeune fille griffonne dans un cahier. Je regarde par-dessus son épaule pour voir ce qu'elle écrit. Ce n'est ni en anglais ou français et je le lui demande.
 
Elle parle la langue locale Sango et j'avais besoin d'un interprète. Le vieil homme lui parla alors elle sourit et me dit: ". Elle est inquiète quand elle rentre à la maison et retourner à l'école si elle n'aurait pas fini ses devoirs car son professeur va se fâcher. "
 
J'ai vu et entendu beaucoup de choses terribles en RCA, mais pourtant cette phrase apparemment innocente de cette fillette de 12 ans m'a frappé durement.
 
J'ai roulé pour passer à son école qui est sur mon chemin. Elle a été complètement détruite. Les soldats de l'UA à l'extérieur me disent que certains des enseignants et des étudiants ont été tués.
 
Si cette petite fille parvient à jamais de rentrer à la maison, comment est-ce qu'elle pourra retourner à l'école?
 
Article de Al Jazeera du: 9 août 2014 19:08
 
Publiée par Haru Mutasa qui est une correspondante basée en Afrique du Sud pour Al Jazeera en anglais.
 
Cet article a été traduit en français par GMC


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements