Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Informations

Boko-Haram : La presse régionale pessimiste sur le rôle des Forces tchadiennes ?


Alwihda Info | Par - 16 Février 2015 modifié le 18 Février 2015 - 07:35



Alors que le Tchad vient de renforcer son effectif militaire sur le terrain contre Boko-Haram, plusieurs sources médiatiques de la presse sous-régionale affichent un sort pessimiste sur l'action de l'armée tchadienne au Nigéria.
l'intervention qui a d'abord débutée par une progression vers le Nord du Cameroun a suscité de grands débats et une position unanime de satisfaction sur l'offensive tchadienne sur le sol voisin.
Néanmoins même si Fotokol préserve encore des résistants de Boko-Haram isolés et que la progression du duo militaire Tchad-Cameroun est active à l'extreme nord du Cameroun, les doutes sur les prochaines réussites offensives sur le sol nigérian sont d'actualités chez nos amis camerounais.
La presse hebdomadaire camerounaise et notamment le journal bi-hébdo, l'oeil du Sahel n'a pas manqué d'évoquer dans sa parution de ce lundi 16 février un titre assez révélateur : "Le Tchad va t'il s'enliser au Nigéria ?".
Ce titre soulève de nombreuses questions qui interpellent non seulement les capacités physiques et militaires de l'armée tchadienne à long terme mais qui interpellent aussi les capacités financières du gouvernement tchadien, alors que N'Djamena a décidé de renforcer ses hommes sur le front et principalement au Lac-Tchad et à Fotokol où un bataillon d'appui a été envoyé directement par voie terrestre la semaine dernière.
La crise pétrolière actuelle influence directement sur le sort de l'économie tchadienne mais aussi sur le sort budgétaire et les revenus qui sont quasiment divisés par deux ne permettraient sans doute pas au Gouvernement de soutenir financièrement à long terme la présence de l'armée sur les fronts extérieurs.
De nombreuses questions se sont posés quand à la stratégie militaire du Tchad, aussi qui ont donné place à des idées assez complotistes qui découleraient d'un certain média camerounais accusant le Tchad de "Cheval de Troie", qui tenterait par son intervention militaire actuelle d'ouvrir parallèlement la possibilité à l'armée française d'intervenir sur le sol camerounais sous la bannière traditionnelle d'un "soutien militaire" ce qui reste bien-sûr un ensemble "d'idées" très éloigné de l'ambition réelle de N'Djamena qui est de nettoyer la sous-région infesté de terroristes.
En outre la secte Boko-Haram a affirmé dans son communiqué qu'elle ne comptais pas jusqu'à l'intervention de l'armée tchadienne, mener la moindre attaque sur le sol tchadien. Cette révélation laisse sous-entendre l'existence d'une dilution de la force de la secte islamiste ou encore un "aveu de faiblesse". Mais la détermination de l'armée tchadienne est sans nul doute plus que imposante, alors que plusieurs soldats de l'armée tchadienne sont tombés durant ses multiples interventions, N'Djamena ne compte surement pas reculer même si Boko-Haram a aussi menacé de créer une guerre civile au Tchad et de mener des actes terroristes voir surement des attentats meurtriers sur le sol tchadien.
La zone du Lac-Tchad qui a fait récemment l'objet de plusieurs victimes par Boko-Haram, a été selon les responsables locaux militarisé.
Le Président Tchadien actuellement au Cameroun a reçu toutes les félicitations de son homologue camerounais Paul Biya pour le courage et la détermination de l'armée tchadienne. Le Chef de l'Etat tchadien a aussi déclaré dans son discours que "la guerre est comme le feu : lorsqu'elle se prolonge elle met en péril ceux qui l'ont provoquée" comme quoi le Tchad sous-entend très clairement que Boko-Haram et ses "soutiens" seront victimes de leurs propres actes.

Sadam Ahmat
Rédaction d'Alwihda Info. En savoir plus sur cet auteur

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements