Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Burkina Faso: D'une dictature militaire à une autre


Alwihda Info | Par - 2 Novembre 2014 modifié le 2 Novembre 2014 - 08:58

De ce qui s'est passé au Burkina on retiendra deux choses importantes


En effet, la jeunesse du pays des hommes intègres a démontré, sans aucune ambiguïté- au Monde et particulièrement aux pays africains, surtout francophones, qu'il est encore possible de s'opposer pacifiquement à une force dictatoriale malgré sa puissance de feu. Les dictateurs, candidats à la présidence à vie, qui se maquillent en républicains sont très faibles face à la rue. Mais il faut retenir une chose: les dictateurs sont aussi les plus stupides du monde. Malgré la ruse qu'ils utilisent pour se maintenir au pouvoir, ils ne prévoient pas de se désabonner -un jour, de leur fauteuil présidentiel, et ils ne se préparent pas à une telle éventualité. Ils sont souvent pris de cours par une insurrection populaire, au départ bénigne, comme celles de Libye, Tunisie, Égypte, Syrie, Yémen, Burkina Faso.. Ils sont souvent maintenus dans un black out total de la réalité du pays qu'ils dirigent. Un black out voulu et entretenu par un entourage corrompu, farceur, menteur... qui les endorme, en leur miroitant une popularité furtive qui n'existe que dans leur illusion. Ces dictateurs qui nous gouvernent croient à mort à une popularité inexistante jusqu'au jour où tout bascule vers l'inconnu. A chacune d'insurrection, on constate que nos faux républicains se réveillent tard voire trop tard. Même réveillés, Ils persistent et signent que ceux qui se réclament de l'opposition sont des irresponsables non représentatifs du peuple; ceux qui manifestent dans les rues ne sont que des "enfants" comme l'a dit Compaoré; "des rats", comme l'a indiqué le fameux colonel Mouammar Gadhafi. Dans une lettre diffamatoire à Alwihda, la semaine dernière, le porte parole du ministère de la défense de Djibouti a qualifié ses opposants de FRUD de "bandits et des coupeurs de routes" à la solde de l'Érythrée!!!!!! Revenons à la situation toute fraîche de Burkina Faso. Que peut on retenir de cette expérience?

A la première analyse, on constate deux importants aspects:

1/ Que l'armée refuse de tirer sur les manifestants, c'est une première en Afrique francophone. Cette attitude montre que l'armée en Afrique n'est plus seule des années soixante et que cette époque est peut être révolue. C'est une attitude encourageante et elle est de nature à renforcer les attentes légales de la jeunesse africaine qui aspire à la paix, à la démocratie et au développement, qui opte désormais pour le renversement des "président à vie" par d'insurrection populaire. La jeunesse africaine victime de dictature doit rappeler, tous les jours, à nos armées, cet exemple historique. C'est une leçon que nos armées africaines doivent retenir.

2/ La société civile en Afrique est l'otage des partis politiques fragiles non organisés. On constate que même après avoir manœuvré ensemble pour le départ d'un dictateur, les deux parties finissent par charmer l'armée et attendent que leur sort soit décidé par elle. Or, il fallait s'entendre dès le départ sur un leader capable de diriger la transition. A défaut de leader, et vue qu'une partie traite discrètement avec l'armée, les deux parties perdent le contrôle de la situation et se retrouvent une fois encore entre les mains de l'armée.

Enfin, ce qui s'est passé au Burkina Faso doit servir de leçon d'abord aux dictateurs qui doivent se préparer à céder pacifiquement le pouvoir, ensuite à la jeunesse qui doit éviter de jouer à l'improvisation.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements