Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

C. Oumar Seydi endosse de nouvelles responsabilités en tant que Directeur régional d'IFC pour l'Afrique subsaharienne


- 13 Juillet 2017 modifié le 13 Juillet 2017 - 16:26

« L'Afrique est une priorité pour IFC, et le leadership d'Oumar nous aidera à jouer un rôle de plus en plus important pour mobiliser l'investissement privé sur le continent », a déclaré Philippe Le Houérou, Président Directeur Général de IFC. « Notre objectif est de travailler avec le secteur privé et les gouvernements pour créer des marchés à travers l'Afrique - y compris dans les contextes fragiles - et de créer davantage d'opportunités et d’emplois ».


C. Oumar Seydi endosse de nouvelles responsabilités en tant que Directeur régional d'IFC pour l'Afrique subsaharienne. Crédits photo : Sources
C. Oumar Seydi endosse de nouvelles responsabilités en tant que Directeur régional d'IFC pour l'Afrique subsaharienne. Crédits photo : Sources
Johannesburg, Afrique du Sud, le 13 juillet 2017- La Société Financière Internationale (IFC), un membre du Groupe de la Banque mondiale, a annoncé aujourd'hui que Cheikh Oumar Seydi assumait depuis le 1er juillet la fonction de Directeur régional de IFCIFCpour l'ensemble de la région Afrique subsaharienne, élargissant ainsi ses responsabilités au sein des instances de direction de l’institution. Afin de renforcer le leadership au niveau de la région, IFCIFC crée deux postes de Directeurs adjoints pour assister M. Seydi dans la mise en œuvre de la stratégie de IFCIFC en Afrique, qui est au cœur de la stratégie globale de l’institution. Sous la responsabilité du Directeur Régional, l’un des Directeurs adjoints sera basé à Dakar et couvrira l'Afrique de l'ouest et centrale alors que le second couvrira l'Afrique de l'est et australe à partir de Nairobi. Les nominations des Directeurs adjoints sont attendues prochainement.

« L'Afrique est une priorité pour IFC, et le leadership d'Oumar nous aidera à jouer un rôle de plus en plus important pour mobiliser l'investissement privé sur le continent », a déclaré Philippe Le Houérou, Président Directeur Général de IFC. « Notre objectif est de travailler avec le secteur privé et les gouvernements pour créer des marchés à travers l'Afrique - y compris dans les contextes fragiles - et de créer davantage d'opportunités et d’emplois ». 

La stratégie à long terme de IFC, intitulée IFC 3.0, est basée sur deux piliers : la création de marchés et la mobilisation de capitaux privés. Elle vise à rendre les interventions de IFCIFC plus stratégiques, plus efficaces et plus performantes et incarne la nouvelle donne en matière de financement du développement, qui place le secteur privé au cœur du développement, non seulement pour mobiliser plus des capitaux, mais aussi pour stimuler l'innovation et réduire les coûts. 

IFC se donne des priorités en Afrique : réduire le déficit en infrastructures, développer les industries productives –notamment en rendant le secteur agroalimentaire plus productif et en renforçant les filières porteuses - soutenir la mise en place d’initiatives commerciales inclusives, notamment grâce aux nouvelles technologies, aux médias et aux télécommunications, et enfin promouvoir l'accès au financement par le biais des institutions financières. IFC met en œuvre ses priorités et accroît son impact grâce à des projets et des programmes qui développent les marchés des capitaux, encouragent l'autonomisation des femmes, atténuent les effets du changement climatique, améliorent le climat d'investissement et renforcent les partenariats. 

« IFC est solidement ancrée en Afrique et a l'opportunité d'accroître son impact en s’assurant que l'investissement privé joue un rôle beaucoup plus important dans le développement du continent », a déclaré M. Seydi, « IFC œuvrera au sein du Groupe de la Banque mondiale et avec d'autres partenaires afin de fournir aux investisseurs privés les produits et les services dont ils ont besoin pour atténuer les risques associés à certains projets. IFC cherche à accroître son impact en appuyant également les réformes favorables au secteur privé au sens large, de même que celles qui sont mesurées par le rapport Doing Business du Groupe de la Banque mondiale ».

IFC a investi près de 19 milliards de dollars à travers le monde au cours de l'exercice 2016, dont huit milliards environ mobilisés auprès d'investisseurs tiers. En Afrique subsaharienne, IFC a alloué 2,4 milliards de dollars en nouveaux investissements à long terme et mobilisations et 1,5 milliard de dollars en placements à court terme. IFC a également facilité 700 millions de dollars de mobilisations supplémentaires dans la région pour le compte de la l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA), une autre institution du Groupe de la Banque mondiale dont l'objectif est de favoriser l'investissement direct étranger en fournissant des garanties contre les risques politiques ainsi que des mesures d’accompagnement aux investisseurs. IFC prévoit une forte croissance en Afrique. 

C. Oumar Seydi a occupé divers postes au sein de IFC. Il a notamment été son Directeur des ressources humaines pendant plus de quatre ans. Il a également occupé le poste de Directeur pour la sous-région Afrique centrale, en charge des opérations d'investissement et des services conseil de IFC au Cameroun, en République centrafricaine, au Congo, au Tchad, en République Démocratique du Congo, en Guinée équatoriale et au Gabon. 

M. Seydi a rejoint IFC en 1997 en tant que Responsable des investissements spécialisé dans le secteur des produits chimiques, au sein d’un service dédié au pétrole, au gaz, aux industries minières et à l'agroalimentaire. Auparavant, il occupait un poste de direction chez Ernst & Young à New York, où il fournissait des services de conseil en restructuration, en réorganisation, en financement d'entreprise et en évaluation commerciale. Plus tôt dans sa carrière, il a passé cinq ans à l'USAID et a travaillé dans le secteur bancaire et l’audit au Sénégal et en Belgique.  

C. Oumar Seydi est titulaire d’un MBA de la Harvard Business School.