Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

CAMEROUN/FIPCAM:Lettre ouverte au président de la république contre la détention arbitraire du citoyen ABESSOLO Norbert.


Alwihda Info | Par Jean De Dieu NGUEMALEU - 3 Janvier 2017 modifié le 5 Janvier 2017 - 04:50

Libérez la vérité détenue à la prison centrale de Mfou.


Excellence Monsieur le président de la république Paul BIYA,un jeune camerounais purge depuis le 30/08/2016 une privation de liberté doublée de menaces et de tortures sous l'orchestration criminelle du directeur général de la FIPCAM,MULLER Stéphane.

En effet,le citoyen ABESSOLO Norbert,matricule 2076 sous contrat de travail à la société forestière FIPCAM a été victime d'un coup monté par son directeur général,qui malicieusement a fait sortir du magasin de la société des câbles de débardage par le truchement de deux employés-complices nommés ENGOUMOU Martial et EKWA Francis,qui sont allés les déposer sur sa cour, donc à proximité de la maison familiale,en son absence.
Quelques minutes après les dirigeants de la FIPCAM,la police de Mfou et une cohorte de photographes étaient là sous la coordination de MULLER Stéphane suite d'abord à une plainte orale expresse et manipulatrice et ensuite par une plainte écrite déposée par ce dernier contre ses compères ENGOUMOU Martial et EKWA Francis pour vol, qui ont tous été arrêtés et jetés en prison puis libérés quelques jours après sur demande étrange de la direction de la FIPCAM tel que apparemment planifié.
L'innocent ABESSOLO Norbert,lui,a été arrêté pour soupçon de complicité par ce que les câbles en question ont été retrouvés à proximité de sa maison.Mais alors, plusieurs curiosités se dégagent de ce dossier:
-Comment ABESSOLO Norbert qualifié de complice peut-il être détenu à la prison centrale de Mfou depuis le 30/08/2016 alors que les deux véritables voleurs montés sont libérés et remis à leur fonction dans l'entreprise sur demande de MULLER Stéphane.
-Conformément au déroulé des événements,il reste à espérer que la police et le parquet de Mfou se rendent compte que MULLER Stéphane est l'instigateur de ce manège et qu'ils ont été manipulés.
-Comment ABESSOLO Norbert peut-il être taxé de complice du vol alors que l'objet volé se trouve en ce moment même et depuis le lendemain du vol dans les magasins de la FIPCAM et non au greffe du tribunal de Mfou alors même qu'aucune audience n'a encore eu lieu.
-Pourquoi la police et le parquet de Mfou ne tiennent pas compte des déclarations de MULLER Stéphane tenues lors de l'arrestation du citoyen ABESSOLO Norbert à l'intérieur de la FIPCAM:""C'est moi le patron de la justice et de la police,comme tu vas là,c'est la prison directe et c'est moi qui décidera du jour de ta sortie"".
-Comment a t-on pu autoriser un huissier de justice envoyé par MULLER Stéphane d'aller forcer ABESSOLO Norbert à signer un papier lui suspendant son salaire et son contrat de travail pour motif:""détention préventive à la prison centrale de Mfou""
-Si ABESSOLO Norbert,qui était absent par ce qu'en vacances dans une autre ville au moment du vol,était complice de ce vol,pourquoi les câbles volés ont-ils été retrouvés sur sa cour,au bord de la route à quelques mètres de la FIPCAM et non pas à l'intérieur de la maison familiale.

En définitive,ABESSOLO Norbert est le bouc émissaire de par son statut de riverain,suite à la tension sociale qui existe entre MULLER Stéphane/FIPCAM et le village Nkolnguet à cause de l'expropriation foncière de 23 hectares de terre dont la communauté a été victime.
ABESSOLO Norbert n'est pas le seul à subir les frasques criminels de MULLER Stéphane.Tout riverain qui ose lui dire non subit le même sort.En quelques lignes,le notable ETOUNOU Lucien,cousin d'ABESSOLO Norbert a subit un enlèvement et une tentative d'assassinat,et AMOUGOU ELE Jean le tuteur/oncle d'ABESSOLO Norbert a été jeté à la prison centrale de Mfou par MULLER Stéphane, par ce qu'ils refusent de renoncer aux revendications pour la rétrocession de leurs terres.
Même l'épouse d'ABESSOLO Norbert fait l'objet fréquente des menaces,des intimidations et des insultes de l'employée de la FIPCAM,très proche de MULLER Stéphane nommée JOUNDA TSUATA Judith Rolande qui ne s'empêche pas de dire à l'épouse du détenu que si elle parle à la presse,elle est une femme morte.

ABESSOLO Norbert meurt en prison pour avoir refusé de combattre contre son village et de faire des publications incendiaires sur les sites d'informations ALWIHDA et FACEBOOK, instrumentalisées et coordonnées en sous main par MULLER Stéphane.

Le président de la république,Paul BIYA est prié d'ordonner la libération urgente du citoyen ABESSOLO Norbert qui voit son destin brisé pour excès d’honnêteté et de loyauté envers sa communauté, en même temps que les organisations de défense des droits de l'homme à l'échelle nationale et internationale sont invitées à se rendre d'urgence à la prison centrale de Mfou pour voir les conditions de détention parsemées de torture et de famine infligées au détenu ABESSOLO Norbert pour faire plaisir à l'autoproclamé vrai président de Mfou le nommé MULLER Stéphane.



Signataires

La Grande famille MENGOUMOU M'ABESSOLO
Les Populations de Mfou
Les Employés de la société FIPCAM
Le PONSECU (Pont de sécurité et de solidarité entre les employés et les riverains des chantiers FIPCAM)


Publication
Jean De Dieu NGUEMALEU
Journaliste d'investigation


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements