Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

CEEAC : Un nouveau programme pour dynamiser et améliorer durablement le climat des affaires


Alwihda Info | Par BizClim - 17 Décembre 2014 modifié le 17 Décembre 2014 - 20:10

Un nouveau Programme pour impulser une nouvelle dynamique, développer et améliorer durablement le climat des affaires dans l’espace CEEAC.


YAOUNDE, 15 décembre 2014 (BizClim) – Un panel d’experts issu des 10 Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) appuyé par leurs homologues de la Facilité ACP des Affaires (BizClim) s’est réuni dernièrement au Cameroun. La rencontre, qui s’est déroulée à l’hôtel Hilton de la capitale de ce pays de l’Afrique centrale, a regroupé les représentants des institutions multisectorielles impliquées dans la mise en œuvre des réformes pour améliorer le climat des affaires dans la région.

Au menu des travaux, certains points névralgiques tels l’approbation du rapport de la conférence de sensibilisation, l’état de mise en œuvre des recommandations de la session antérieure, l’examen des points de blocages relatifs à la mise en œuvre de certaines réformes. La réunion a surtout procédé à l’adoption, à l’unanimité, d’un projet devant permettre à la CEEAC et à ses Etats-membres de définir et d’adopter un Programme régional pour l’amélioration du climat des affaires en Afrique centrale, en abrégé PRACAAC. Son processus de formulation a nécessité un diagnostic du climat des affaires dans les 10 pays de la CEEAC.

Ce nouveau Programme reposera sur cinq composantes majeures : le renforcement de l’intégration régionale ; la facilitation du dialogue public-privé ; la promotion d’une administration moderne et connectée (eGovernement) ; l’amélioration de l’efficacité des systèmes judiciaires, et, enfin, une plus grande adéquation emploi/formation.

"Ce Programme s’inscrit dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires en vue d’augmenter l’attractivité de notre région où les principaux indicateurs de l’économie n’ont cessé de décliner, suite au ralentissement des investissements tant étrangers que nationaux", a indiqué Carlos Bonfin, Directeur des politiques macroéconomiques, commerce et industrie à la CEEAC.

Il a ajouté : "Le PRACAAC devra trouver des réponses aux questions suivantes : quelles mesures pour résorber cette diminution des investissements et créer une capacité d’attraction permanente d’une bonne partie des investissements directs étrangers ? Comment prendre en compte certains aspects de la problématique de l’attractivité de la sous-région ?".

Zounguere-Sokambi, Ambassadeur, Représentant permanent de la CEEAC auprès de l’Union Européenne (UE) a renchéri : "l’Afrique centrale doit s’imposer plus que jamais comme le relais de croissance de demain pour les entreprises". "Nous devons nous positionner comme environnement propice aux affaires, comme champ d’investissement, réceptacle organisé

pour les industries du nord et d’autres régions ainsi que pour des créations endogènes d’entreprises".

En effet, l’amélioration du climat des affaires en Afrique centrale préoccupe les Etats membres de la région et d’autres institutions multilatérales, à l’instar de la Banque africaine de développement (BAD), la Société financière internationale (SFI), l’Agence française de développement (AFD), et surtout leur partenaire traditionnel, l’Union Européenne. Toutes, elles ambitionnent de voir s’accroître dans la région les investissements privés. Elles veulent asseoir les bases d’un développement économique émergent à court terme.

Dans les récents rapports de 'Doing Business 2015' et de 'Transparency International', quelques rares pays de la région ont fait des bonds en matière d’amélioration du climat des affaires devant favoriser l’attractivité des investissements étrangers. Mais, ces maigres avancées n’ont pas convaincus certains participants.

"Le climat des affaires dans la CEEAC n’est pas favorable à l’épanouissement des investisseurs tant nationaux qu’internationaux", analyse Bertille Mapouata, directeur de la Coopération au ministère de l’Economie, des finances, du plan, du portefeuille public et de l’intégration du Congo. "Au sein de cette sous-région, il y a deux groupes de pays : ceux qui arrivent à susciter des investissements locaux et étrangers et ceux qui n’y parviennent pas", enchaîne-t-elle. "Pour attirer les investissements, il faut un cadre règlementaire, notamment dans le domaine des partenariats public-privé. Or, beaucoup de pays n’en ont pas. Ensuite se pose la question de la capacité du gouvernement à donner confiance aux investisseurs, afin que ceux-ci puissent espérer une rentabilité sans intervention de l’Etat ", tranche Mapouata.

Aussi, susciter des réformes fondamentales nécessaires à l’attrait des investissements multiformes sera-t-elle l’une des missions fondamentales du PRACAAC. Il sera validé dans les prochains mois, par la CEEAC lors du conseil des ministres, et sera définitivement adopté par la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement.

Pour de plus amples informations, consulter le site web http://www.ceeac-climatdesaffaires.org (FIN/ST/BizClim/Nov.2014).

NOTE À L'ATTENTION DES RÉDACTEURS

A propos de BizClim et la CEEAC:

La CEEAC, instituée par le traité de Libreville signé le 18 octobre 1983 comprend 10 Etats : Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, RD Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, Sao Tome & Principe et Tchad. Son but est la promotion et le renforcement d’une coopération harmonieuse et un développement dynamique, équilibré et auto-entretenu dans les domaines de l’activité économique et sociale, en particulier l'industrie, les transports et les communications, l'énergie, l'agriculture, les ressources naturelles, le commerce, les douanes, les questions monétaires et financières, les ressources humaines, le tourisme, l'enseignement, la culture, la science et la technologie et le mouvement des personnes en vue de réaliser l'autonomie collective et élever le niveau de vie des populations.

La Facilité Climat des Affaires ACP (BizClim) est une initiative conjointe ACP-UE financée par le 10ème FED. Elle vise à améliorer le climat des affaires et des investissements dans les régions d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. BizClim veut stimuler la réflexion dans les domaines pertinents tels que les partenariats publics-privés, la réforme et la privatisation des

entreprises publiques, la réduction de la pauvreté. Elle apporte un soutien aux gouvernements et les organisations du secteur privé, au travers de l'assistance technique et l'organisation de réunions de concertation et d'affaires, ainsi que la diffusion de l'information et l'échange des bonnes pratiques.

Contact :

Pour plus d'informations ou pour des demandes d'interviews, contacter :

M. Sylvestre TETCHIADA

E-mail : stetchiada@ceeac-climatdesaffaires.org Tél. : +237 77632660/ +32 49 31 87 736/ +32 47 57 80 550 www.ceeac-climatdesaffaires.org


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements