Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POLITIQUE

CENTRAFRIQUE : Droits de l’Homme, un traitement à deux vitesses des proches de l'ancien président Bozize


Alwihda Info | Par SEREFEISSET MARTIN - 29 Mai 2013 modifié le 29 Mai 2013 - 18:18


François Bozizé.
François Bozizé.

Les refugiés centrafricains version BOZIZE/DJOTODJA

Depuis le changement de régime du 24 mars 2013, qui a porté au pouvoir Monsieur Michel DJOTODJIA à la tête de la Centrafrique un pays connu pour des soubresauts interminables la situation des réfugiés centrafricains selon plusieurs sources est alarmante.

A défaut d'un état des lieux exhaustif, la question des Droits l'homme reste tout de même préoccupante compte tenu de la complexité du cas unique centrafricain. Avec plus de 30 000 Centrafricains qui ont fui vers la RDC depuis que la Seleka a pris le pouvoir, le gouvernement de Kinshasa malgré ses problèmes internes liés à la rébellion de M23, a accepté d'ouvrir ses frontières pour accueillir les compatriotes centrafricains dont la plupart sont réputés très proches de l'ancien Président BOZIZE. Pour beaucoup d'entre eux le Congo démocratique était la destination raccourcie pour échapper à la traque des éléments de la Seleka, voire à la mort.

Si certains ont réussi sans grande difficulté à quitter le sol congolais pour regagner le Cameroun où réside temporairement le Président Bozize ou vers d'autres destinations.

Des informations de sources dignes de foi font état de ce que certains réfugiés reçoivent des traitements différents et on soupçonne des relais d'informations de l'ancien Président Bozize dans cette manipulation sur fond de vengeance. La piste NDOUTINGAI, l'ancien bien aimé ; tout puissant et super ministre d'État tombé en disgrâce avec son maître Bozizé serait à l'origine de cette malheureuse conspiration. Notamment le cas du commandant Martin OUANTIE, neveu et ex Directeur Général de la Sécurité Présidentielle de l’ancien Président François BOZIZE, mais surtout frère ainé du sulfureux Sylvain NDOUNTIGAI dont la famille domiciliée à Nantes (Loire Atlantique) reste à ce jour sans nouvelle de lui depuis les derniers événements.

Si M Antonio Guterres, Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, s'est rendu le vendredi 12 avril 2013 en République démocratique du Congo où il avait visité un nouveau camp du HCR à Zongo, tout près de Bangui, sur la rive congolaise de la rivière Oubangui, il n’en demeure pas moins que son appel pour le respect de la convention de Genève soit entendu. Au delà du cas de Monsieur OUANTIE MARTIN, c'est la question globale des Réfugiés et Déplacés centrafricains qui se posent actuellement.

WAIT AND SEE.
SEREFEISSET MARTIN



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 30 Novembre 2015 - 14:55 Cameroun :Députés et Sénateurs sous pression

Lundi 21 Mars 2016 - 17:13 Cameroun : La société civile menace