Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

CONDAMNATION POUR CRIMES DE GUERRE: COMMENT BAHAR Y ECHAPPE ?


Alwihda Info | Par G.L - 3 Novembre 2014 modifié le 3 Novembre 2014 - 15:45

La liste de départ
A la fin du mois de septembre, nous apprenions que le Parquet de Bangui enquêtait sur les agissements de personnalités suspectées d’avoir commis des crimes de guerre et crimes contre l’humanité durant la crise centrafricaine. Leurs noms figuraient, apprenait-on, sur une liste détenue par les autorités judiciaires de Bangui.


Se méfier de ses anciens alliés.

Une seconde liste, plus longue
Plus récemment, nous apprenons de source sûre qu’une liste complémentaire contenant plus de quarante noms vient compléter la première liste.
Ces deux listes contiendraient-elles les noms de tous ceux qui ont commis des exactions ? Le compte n’y est pas, il manque encore au moins un nom, celui de Mahamat Bahar. Joseph Zoundeiko, lui, n’était pas visé par la première enquête mais apparait bien sur la seconde liste.
Que s’est-il passé pour que le nom de Zoundeiko apparaisse en cours d’enquête ? Il a été tout simplement dénoncé.

Se méfier de ses anciens alliés.
Bahar croit se sauver des juridictions en dénonçant ses anciens alliés. C’est ainsi qu’il aurait produit un témoignage à charge contre son ancien camarade d’exactions, Zoundeiko, afin d’échapper à la sentence.

Une justice impartiale
Alors qu’a fait la Cour Spéciale de Bangui ? A-t-elle fait preuve de clémence envers le dénonciateur ? A l’heure qu’il est, la rédaction de TRAIT D’UNION salue l’impartialité du Tribunal de Bangui et attend avec impatience les premiers procès. Mais nous espérons que TOUS les criminels seront déférés devant la Cour et que ceux qui dénoncent leurs anciens alliés n’échapperont pas à leur destin.
G .L


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements