Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POLITIQUE

CRISE CENTRAFRICAINE : CONFUSION TOTALE et BLOCAGE INSTITUTIONNEL


Alwihda Info | Par kodegue guy simplice - 2 Février 2013 modifié le 2 Février 2013 - 12:43

COMMUNIQUE DE PRESSE RELATIF A L 'APPLICATION DES ACCORDS DE LIBREVILLE
LE MOUVEMENT DE LIBÉRATION DÉMOCRATIQUE PREND POSITION


blocage institutionnel en centrafrique,la coalition Seleka emboîte le pas au MLD dans la dénonciation des accords de Libreville,Bozizé et son camp joue à la pirouette

MOUVEMENT DE LIBERATION DEMOCRATIQUE

COMMUNIQUE DE PRESSE RELATIF A L 'APPLICATION DES ACCORDS
DE PAIX DE LIBREVILLE DU 11 JANVIER 2013



Deux semaines en tout et pour tout que le Nouveau Premier de Transition ,Monsieur Nicolas TIANGAYE a pris officiellement ses fonctions et s'est attelé à la lourde et délicate mission de former son gouvernement.

Alors que la Nation entière croyait que la guerre était derrière elle ,et espérait voir à ses côtés les hommes et les femmes d'une moralité insoupçonnable dans le gouvernement afin de mettre en application les accords de Libreville pour une sortie progressive de la crise centrafricaine,le Mouvement de Libération Démocratique ( M .L . D) constate avec amertume que le camp du Président Bozize ne veut pas de la paix et pour cause :

1. Toute la communauté nationale et internationale étaient indignées du spectacle à la de la République ayant précédé la nomination du Premier Ministre ,Maître Nicolas TIANGAYE,signe a avant coureur des blocages à venir,

2. Des interprétations juridiques subjectives et tendancieuses de la part de certains faux intellectuels de l'université de Bangui, candidats à la Cour Constitutionnelle ou à d'autres postes de responsabilité

3. La volonté du Président de la République ,Monsieur François BOZIZE,de placer ses partisans aux ministères dits de souveraineté à savoir :

l'administration du territoire et la sécurité intérieure ,étant entendu que les résultats des élections de 2011 étaient sujets à caution (cf le rapport des observateurs indépendants de l'Union Européenne) avec 1200 bureaux de vote et de dépouillements non pris en compte et défavorable au candidat de l'époque, Monsieur François BOZIZE YANGOUVOUDA

le désarmement, les mines,l'énergie et la réinsertion quant on connait les causes de la rébellion SELEKA
la coopération internationale ,les finances et les affaires étrangères pour ne citer que ces cas ,avec la mal gouvernance qui a caractérisé l'État centrafricain ces dix dernières années,

Après un tel drame les plus atroces et la déliquescence de l'État,Le Président de la République,Monsieur François Bozize ne doit pas ignorer les accords de Libreville et il en est de même pour toutes les forces vives de la Nation.

C'est pourquoi nous lui lançons à lui, Monsieur François BOZIZE,Président de la République, un ultime et vibrant appel de choisir le camp de la paix et de ne pas chercher à dresser un rempart aux actions du Premier Ministre, Maître Nicolas TIANGAYE. Le Gouvernement de Transition est une étape, pas suffisante certes, mais nécessaire pour la paix,

C'est vraiment dommage que les centrafricains n'arrivent pas eux mêmes à résoudre les différends qui les opposent. Et à chaque fois ce sont d'autres Chefs d'États des pays Amis et Frères,qui sont appeler au chevet de notre Nation dont les métastases risquent de contaminer les leurs,

Aussi, à la communauté internationale ,qui ne cesse d'aider les centrafricains qui souffrent et qui manquent de tout ,de prendre au sérieux la situation actuelle de la Centrafrique, car demain ce sera trop tard,

Très humblement,la France, la sœur ainée de la Centrafrique, sans oublier tous les autres pays et partenaires internationaux sont invités ,plus que jamais, à soutenir les efforts de la CEEAC dans ce processus qui s'annonce délicat et périlleux.

Fait à PARIS LE 01 02 2013
GUY SIMPLICE KODEGUE
Membre Fondateur du MLD ,Rapporteur Général
MICHEL DOROKOUMA
PRESIDENT FEDERAL
SY LVAIN PATASSE
VICE PRESIDENT FEDERAL
FEDERATION ,FRANCE, EUROPE, AMERIQUE, ASIE, OCEANIE

mldfranceurope@ymail.com



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 30 Novembre 2015 - 14:55 Cameroun :Députés et Sénateurs sous pression

Lundi 21 Mars 2016 - 17:13 Cameroun : La société civile menace