Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Camair-Co : Ernest Dikoum, nouveau Dg


Alwihda Info | Par - 23 Août 2016 modifié le 23 Août 2016 - 10:24

La compagnie nationale de transport aérien du Cameroun qui traverse une zone de turbulence dans son exploitation, vient de se voir doter d’un nouveau management à sa tête.


Ernest Dikoum, le nouveau directeur général de la Camair-Co.
Ernest Dikoum, le nouveau directeur général de la Camair-Co.
Nommé par un décret présidentiel le 22 août 2016, Ernest Dikoum est le 6ème directeur général de la Camair-Co en une décennie. Cette compagnie aérienne qui entend faire briller davantage son étoile ternie, entame aujourd’hui un énième nouvel envol mettant à l’épreuve un nouvel équipage dans son management, le ministre délégué aux Transports, Mefire Oumarou étant son président du conseil d’administration. Ces décisions sont intervenues en marge du conseil d’administration extraordinaire très attendu de la compagnie aérienne tenu le même jour à Yaoundé.
Dans la foulée, les nouveaux responsables ont été installés par le ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o. Ils remplacent à leurs postes, l’ancien ministre Edouard Akame Mfoumou (ex-Pca) et Jean Paul Nana Sandjo (ex-Dg) qui aura passé deux ans à la tête de la direction générale.
Plan de relance
Le nouveau Pca Mefire Oumarou est un homme bien connu des milieux du transport, alors que le nouveau Dg, âgé de 49 ans, était jusqu’à sa nomination, directeur régional de la compagnie « Emirates » pour l’Afrique australe, avec résidence à Harare. Il a par ailleurs été directeur régional de la même compagnie pour le Sénégal et la Guinée.
Ces promotions interviennent alors que la Camait-Co passe des moments particulièrement difficiles. A cet effet, un audit a été réalisé par Boeing Consulting, suivi d’un plan de relance validé par le président de la République. Il est assorti de l’acquisition de 14 aéronefs et d’une enveloppe de 327 milliards de Fcfa devant être injectés en cinq années. L’on se rappelle que Paul Nana Sandjo, qui vient d’être limogé, avait hérité d’une compagnie moribonde, avec au moins 30 milliards de FCFA de dette et avec à peine trois aéronefs pour son exploitation. Bien plus, à côté des effectifs pléthoriques se sont ajoutées des arriérés de salaires.
Avec ces changements constants, l’on est en droit de se demander si le problème de la compagnie n’est pas systémique et non celui des dirigeants. En attendant, il est urgent de renforcer la gouvernance comme le prévoit le plan de redressement de Boeing.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements