Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Abong Mbang : de présumés trafiquants aux arrêts


Alwihda Info | Par - 4 Août 2015 modifié le 4 Août 2015 - 12:55

Trois présumés trafiquants d'espèces fauniques ont été arrêtés le 23 juillet 2015 à Abong Mbang, une ville de la région de l’Est du Cameroun, avec plus de 2 kg d'or illicite pour une valeur avoisinant 30 millions de francs CFA.


Les deux kilogrammes d'or saisis.
Les deux kilogrammes d'or saisis.
Alors qu’ils tentaient de vendre de l’or, trois hommes ont été ciblés pour leur activité antérieure présumée illégale, concernant un vaste réseau de trafic d'ivoire. Ils avaient fait l'objet d'une enquête, à la suite de l'arrestation de deux trafiquants d'ivoire basé à Yaoundé qui essayaient de commercialiser deux défenses d'ivoire sculptées et 27 pièces d'ivoire sculptées. Les enquêtes préliminaires ont montré que les deux individus arrêtés un mois avant, avaient des connexions douteuses et se sont présentés comme des vendeurs d’objets d'art. Quand ils ont été conduits au commissariat de police après leur arrestation, à l'ouverture de la procédure légale, l’on a découvert qu'ils faisaient simplement partie d'un grand réseau de trafiquants d'ivoire couvrant tous les foyers de trafic dans le pays.
Opérations « coup de poing »
Une Ong spécialisée dans l'application des lois de la faune - The Last Great Ape Organisation (Laga), a fourni une assistance technique pendant les opérations, et a également apporté un appui aux agents des Forêts et de la Faune, ayant pour mission d'arrêter les trois suspects. Mais au lieu de l’ivoire, un paquet assez étrange a été retrouvé en la possession des trois individus, avec une quantité impressionnante d’or. L’un des trois suspects, était parti de Messamena, ville voisine d’Abong Mbang, avec de l'or soigneusement enveloppé dans un sachet en plastique, et dissimulée dans un petit sac à main. Il a voyagé dans la nuit pour éviter d'être démasqué dans les différents points de contrôle le long de la route. Les agents des Forêts et de la Faune de la délégation départementale du Haut-Nyong étaient visiblement déçus. Car ils avaient été commis pour les appréhender en possession de l'ivoire. En revanche, l'arrestation s’est avérée totalement différente. C’est la première fois que le trafic des produits fauniques est directement lié à celui de l'or. De nombreux écologistes se plaignent de l'exploitation minière artisanale dans les parcs nationaux qui constitue une menace pour la survie des espèces sauvages. Des opérations « coup de poing » contre le trafic des produits fauniques ont dans le passé également révélé d'autres cas de criminalité impliquant d'autres crimes, tels que : le trafic de la drogue et celui des ossements humains. Les parcs nationaux envahis
En septembre 2012, cinq personnes avaient été arrêtées à une barrière de contrôle à Djoum, dans la région du Sud, avec des crânes humains frais et de la viande d'éléphant lorsqu'ils les acheminaient à Yaoundé. Le trafic des produits fauniques et celui de la drogue, en particulier de la marijuana, sont fréquents et ont été observés à plusieurs reprises dans le passé. Mais cette nouvelle découverte ouvre un nouveau champ d'enquêtes pour la criminalité faunique. Cela est un problème préoccupant pour les écologistes parce que les orpailleurs ont une fâcheuse tendance à envahir les parcs nationaux. Le département du Haut-Nyong est réputé pour le trafic des produits de la faune. Ainsi, plusieurs opérations de répression ont été menées au fil des ans et concernant des trafiquants d'ivoire en particulier. Ils opèrent tout autour d’Abong Mbang, dans les villes comme Lomié et Ngoyla, localités situées à proximité de la réserve du Dja qui abrite des éléphants.
Abraham NDJANA MODO



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements