Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Cameroun:Comment la Fipcam planifie la mort d’un journaliste


Alwihda Info | Par - 29 Septembre 2016 modifié le 29 Septembre 2016 - 12:50

Le Pont de solidarité et de sécurité entre les employés et les riverains des chantiers fipcam(PONSECU) refuse d’être mêlé à l’assassinat programmé du journaliste d’investigation Nestor NGA ETOGA qui enquête actuellement à la FIPCAM. Extrait d’une note confidentielle parvenue à notre rédaction.


Réunion de stratégie
Réunion de stratégie
« …Celui qui a réussi à subordonner toutes les autorités de la ville de Mfou ne se cache plus pour émettre des menaces et les mettre en pratique. Après avoir promis la mort à OUTOUNOU Lucien, le directeur général, MULLER Stéphane a tenté de l’assassiner avec un véhicule banalisé. Après avoir promis de tuer 3 anciens employés,il a entrepris de verser de l’argent et d’offrir des augmentations de salaires  à leurs proches pour qu’ils l’aide à localiser leurs résidences respectives. Après avoir promis la mort au riverain contestataire, président de la jeunesse chrétienne de NkolNguet  le nommé ATANGANA Thomas Emmanuel a été retrouvé mort le 20 septembre 2016 au matin à proximité de son domicile à côté de la chapelle saint yves de NkolNguet, visiblement assassiné et déposé au bord de la route à environ 100 mètres de la société FIPCAM. Les riverains soupçonnent MULLER Stéphane d’en être l’auteur.
Le PONSECU alerte donc la communauté internationale  et le réseau international des journalistes et particulièrement le journaliste Nestor NGA ETOGA de prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires à la protection de sa vie.
                                                 
Il se passe qu’un employé de la direction générale de la FIPCAM a écouté une conversation entre MULLER Stéphane et ZONGANG Judith dans laquelle le directeur général de la FIPCAM dit : « ça fait déjà 2 mois que j’ai donné l’argent pour le cas du petit journaliste Nestor. S’ils n’arrivent pas à le faire taire et à retirer les preuves, j’appelle certains de mes amis gendarmes et policiers, on lui monte un dossier et on l’envoie en prison comme ça on le fait abattre là-bas .Dame ZONGANG Judith a répondu, patron je suis en contact permanent avec nos gars, ça va se faire bientôt».
 
Plusieurs personnes sont mises en contribution pour abattre le journaliste en question. L’exécution n’ayant pas encore pu se faire, MULLER Stéphane multiplie la corruption auprès de ses sbires pour précipiter le sinistre plan.
Sinon comment comprendre que l’adjudant-chef, Bertin YOMBEU en service à la légion de gendarmerie du centre au lac, qui doit rester neutre se fasse construire une maison aux frais de la FIPCAM qui est déjà à l’étape de la pose des ouvertures portes et fenêtres. Le commissaire de la sécurité publique ENGOLO se fait construire un snack-bar en face de la poste  à Mfou, les travaux sont supervisés de main de maitre par MULLER Stéphane et ZOGO André. Il y a aussi un commissaire spécial qui a reçu un don de camion de lambris padouk.
Le PONSECU est disposé à témoigner pour prouver les manœuvres mortelles organisées par MULLER Stéphane et ZONGANG Judith contre toute personne qui s’hasarde à dénoncer les fraudes de la société FIPCAM.Ces manœuvres n’occupent pas seulement le cas de ce journaliste cible des tueurs à gage corrompus.
 
Il y a aussi leurs manœuvres pour produire un faux rapport suite à l’enquête prescrite par les services de la présidence de la république au sujet des actes frauduleux et malhonnêtes  de MULLER Stéphane et certains autres employés complices. Mais cette enquête qui se déroule à la compagnie de gendarmerie de Mfou connait  des incongruités, le service public est subitement devenu payant dans cette unité d’enquête, l’enquêteur EYA Bienvenue exige des populations plaignantes de NkolNguet de lui verser 10 000fcfa par tête pour les frais de saisie et d’impression des procès-verbaux d’audition. Les témoins qui accablent MULLER Stéphane se succèdent mais l’enquêteur les a trainé pendant deux semaines avant de les entendre au point ou les plaignants ont saisi le commandant de compagnie pour l’avertir qu’ils iront se plaindre à la haute hiérarchie s’ils ne sont pas auditionnés. Pendant les auditions, quand l’enquêteur a vu que les preuves s’amoncellent contre son ami et protégé MULLER Stéphane, il s’est transformé en donneur de conseils aux plaignants et aux témoins à charge en leurs disant : « pourquoi vous aimez les problèmes comme ça,vous ne pouvez pas appeler MULLER Stéphane pour qu’il vous donne un peu d’argent et vous abandonnez ce dossier. Vous savez MULLER Stéphane est généreux et il pourrait l’être avec vous si vous vous soumettez à lui».
Un collège de personnalités s’active à manœuvrer pour biaiser les rapports d’enquêtes, une réunion s’est tenu le 23 septembre dernier, vendredi tard en soirée à la FIPCAM regroupant : le nouveau préfet de Mfou (déjà inscrit sur la même lignée mensongère que l’ancien préfet ‘MBEMI NYAKNGA Victor’ qui avait fait un rapport honteux et mensonger contre les plaignants), le commandant de compagnie de la gendarmerie de Mfou,le maire de Mfou ‘BELINGA’,le commissaire spécial, l’enquêteur EYA Bienvenue, l’adjudant-chef ‘Bertin YOMBEU’. Des indiscrétions racontent qu’ils ont décidé unanimement de blanchir  le fraudeur et présumé assassin MULLER Stéphane dans les rapports d’enquêtes qui seront faits à Mfou et à Yaoundé.
Les plaignants et les employés relèvent que les numéros de téléphone suivants :698 70 05 40,694 02 69 58,697 76 17 98,691 660 615 ;695 76 63 86,679 75 62 51 leurs font des menaces pour qu’ils abandonnent les dénonciations contre MULLER Stéphane et FIPCAM... »
 
 
 

Ismael Lawal
Correspondant d'Alwihda Info à Yaoundé, Cameroun. +237 695884015 En savoir plus sur cet auteur

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements