Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Cameroun : Droit de réponse d'ex-employés du personnel de la société FIPCAM


Alwihda Info | Par mille patriotes - 20 Mars 2016 modifié le 20 Mars 2016 - 08:52

Droit de réponse à la publication du 05 février 2016 à 12 :26 sur le site internet Alwihda Info, intitulée, Actes citoyens : Réalisations sociales de la Société FIPCAM dans la Mefou et Afamba au Cameroun.


La vérité en face


Yaoundé, le 19 mars 2016

La Communauté riveraine autochtone de Nkol-Nguet
Et
Les Ex-délégués du personnel de la société FIPCAM
S /C B.P : 35362 Yaoundé-Cameroun


Monsieur,
La soi-disant Cellule de Communication FIPCAM a publié certaines informations mensongères le 05 février 2016 à 12 :26 sur le site internet Alwihda Info, intitulée, Actes citoyens : Réalisations sociales de la Société FIPCAM dans la Mefou et Afamba au Cameroun. concernant les faits ci-après :

Les bonnes relations sociales avec les employés ???
S’il y a des bonnes relations entre FIPCAM et les employés, la direction de la société aurait –elle organisé 2 plannings de paie des salaires à la fin du mois de février 2016. Entre le 05 et le 07 mars les employés supporters du directeur MULLER Stéphane ont reçu leurs salaires par contre, ceux des employés qui refusent de soutenir MULLER Stéphane face à ses attitudes de défiance contre les institutions de la république, taxés d’opposants ont reçu leurs salaires le 12 mars 2016(source interne confirmée à ETOUNOU Lucien).
Les employés avaient été forcés de travailler les jours fériés chômés, exemple : la fête nationale de la jeunesse du 11 février 2010. Suite à leurs entêtements à vouloir voir respecter le code du travail, une campagne de licenciement des délégués du personnel, ex-délégués et candidats à la délégation avait été engagée indifféremment des dates, contre, notamment : NOAH Jean Joseph Martial (année 2010), ETOUNOU Lucien (année 2011), BEYEME Etienne (année 2011), BELINGA Jean Marc (année2011), MBOM Alex (année 2012), EBOLO Gilbert (année 2013), METOUL Emerend (année 2014), POLA Ernest (année 2015, en plein exercice de ses fonctions sans autorisation du ministère du travail).Et malgré l’injonction du ministère du travail à voir certains délégués reprendre leur poste de travail, le directeur général MULLER Stéphane a refusé de respecter cette instruction ministérielle. Par la suite, MULLER Stéphane a été arrêté et jeté en cellule au secrétariat d’état à la défense /gendarmerie nationale. Si c’est cela avoir les bonnes relations sociales avec les employés, vous en avez de bien bizarres.
MULLER a fait l’objet d’une interdiction de sortie du territoire camerounais et recherche d’individu suite à une plainte pour corruption, faux et usage de faux, trafic d’influence, portée contre lui par un délégué du personnel, l’affaire est en justice.
MULLER fait l’objet de plainte pour avoir forcer certains employés à faire des faux documents officiels contre les intérêts de l’Etat du Cameroun.
MULLER fait l’objet de plainte pour menaces, diffamation, esclavagisme, promesse de licenciement, insulte contre notre pays le Cameroun et propos outrageux contre le président de la république.

Les bonnes relations sociales avec les riverains ???
Il n’y a pas de bonnes relations sociales entre la société FIPCAM et les riverains. Dans son chantier à l’Est du Cameroun, les populations et les employés avaient bloqué le chantier en confisquant les engins par ce qu’ils réclamaient le paiement de la prime de production impayée par FIPCAM.
Des grèves virulentes conjointement faits par les employés et les riverains du site de l’usine FIPCAM de Nkolnguet ont fréquemment défrayé la chronique dans les radios du pays FM94.
Depuis l’an 2010 les conflits entre FIPCAM et les riverains se sont accélérés au point ou le chef du gouvernement camerounais a prescrit une enquête depuis décembre 2015.cette enquête est en cours.
Le directeur général MULLER Stéphane fait l’objet d’une enquête au secrétariat d’état à la défense /gendarmerie nationale pour tentative d’assassinat sur la personne du riverain ETOUNOU Lucien.
FIPCAM fait l’objet d’une enquête de certaines institutions gouvernementales camerounaises pour escroquerie foncière de 23 hectares de terrain appartenant à la communauté riveraine de Nkolnguet et obtention frauduleuse de la mutation du titre foncier de la communauté riveraine.
FIPCAM est accusée de refus de réaliser un audit environnemental et social conformément aux prescriptions du décret du premier ministre N°2013/0172/PM du 14/02/2013.
MULLER Stéphane a fait l’objet d’un mécontentement collectif pour avoir fait dégringoler de force, avec violence et déchirer le drapeau vert-rouge-jaune de la république du Cameroun fixé au siège officiel de la chefferie de 3éme degré de Nkolnguet à MFOU contre les protestations des notables de la chefferie et de toute la communauté.une plainte a été déposé à cet effet.
Dans la semaine du 28 février 2016, la colère des riverains du chantier d’exploitation jouxtant la localité de DJOUM à la frontière vers le CONGO s’est fait exprimé après un accident de travail qui a fait plusieurs mort tous en service à la société FIPCAM parmi lesquels des musulmans et des chrétiens .
Certains employés témoignent qu’ils travaillent dans des conditions de pression insupportable alliant l’esclavage et le racisme donc négligence de la vie des noirs qui serait la cause des accidents.
Le chauffeur du camion grumier donc les billes de bois avaient écrasé la tête d’un employé a démissionné récemment après qu’il lui avait été demandé de témoigner mensongèrement que l’employé mort avait des écouteurs aux oreilles, c’est pour cela qu’il a été écrasé. Le but est de ne pas indemniser la victime.

De façon volontaire, des réalisations et appuis sociaux sont faits ???
Les réalisations sociales ne sont pas volontaires c’est une obligation qu’impose le gouvernement aux grandes entreprises à travers un cahier de charges encore élégamment appelés conventions de contributions sociales qui doit être signé entre l’entreprise et la communauté riveraine. Depuis sa création en l’an 2001,FIPCAM refuse de signer le cahier de charge. Cette affaire est entre les mains des services du chef du gouvernement.
Depuis sa création en l’an 2001, aucune réalisation sociale viable n’a été effectuée par FIPCAM. Malgré les demandes des riverains à savoir : *un puits d’eau potable à chacune des 5 familles lui ayant cédé le terrain, *12 tonnes de bois de chauffage par mois à chacune des 5 familles lui ayant cédé le terrain, *recrutement de 99 jeunes riverains, *fournir de la même ligne d’électricité qui alimente son usine de transformation aux résidences principales des 5 familles lui ayant cédé le terrain, *souscrire une police d’assurance maladie et décès aux 5 chefs de familles lui ayant cédé le terrain, *respecter les rites et coutumes de la communauté riveraine, *aménager les tombes des dépouilles exhumées des ancêtres de la communauté riveraine, *construire un terrain de football (une aire de jeu) à la communauté villageoise riveraine, *cofinancer la création d’un champ communautaire de palmiers à huile, *cofinancer la création d’un champ communautaire de 10 hectares d’arbres fruitiers, *cofinancer la création d’un champ communautaire de 6 hectares de bananiers-plantains, *fournir un cercueil à chaque décès d’un membre de la communauté riveraine, *fournir les soins médicaux aux 5 chefs de famille du village de Nkol-nguet lui ayant cédé le terrain, *construire une unité de santé et une école maternelle et primaire sur le site du village de Nkol-nguet.

Paiement régulier de la RFA et autres taxes fiscales ???
Concernant vos dires sur le paiement régulier des taxes fiscales. Comment pouvez-vous avancer une telle galéjade. En un mois de coupe, FIPCAM a fait l’objet d’une accusation d’exploitation frauduleuse du bois estimée à 650.000.000 FCFA (six cent cinquante millions) par l’observateur indépendant aux infractions forestières REM agrée par le gouvernement camerounais et des ONG internationales. En plus FIPCAM a exploité illicitement du bois selon les notes N°001/CA/MINFOF/DPSU/BPC et N°041/CA/MINFOF/DRC/DDMAF du ministère des forêts.
Un autre mois de coupe, FIPCAM a frauduleusement exploité en grumes le Wengué 35,870m3, le Padouk rouge 223,050m3 à Meyos vers Ebolowa et a été frappée d’une amande en millions de 49.384.640 FCFA suivant le procès verbal de constatation d’infractions N°175/PVCI/MINEF/DPEFS/DDEFMV/SDF.
Dans un petit détail d’une distincte coupe dans certains chantiers, FIPCAM a pratiqué une exploitation au delà des volumes autorisés sur le certificat d’assiette annuelle de coupe(CAAC). C’est ainsi que FIPCAM a surexploité :
33 m3 d’acajou, non-autorisé sur le CAAC.
30 m3 de bubinga ,non-autorisé sur le CAAC
459 m3 de padouk, non-autorisé sur le CAAC
38 m3 de Tali, non-autorisé sur le CAAC
27 m3 de tiama, non-autorisé sur le CAAC
98 m3 de wengué, non-autorisé sur le CAAC
Il s’avère aussi que FIPCAM a exploité du Tali dans ses forêts mais n’a pas mentionné cela dans ses carnets de chantiers et aurait évacué du bois non enregistré sur DF10.exemple : bille N°1467780-11.
Certains feuillets du carnet de chantier DF10 sont surchargés et raturés.ces ratures résultent de la volonté de changer les noms des essences forestières préalablement inscrits sur les feuillets en question. Exemple : le cas du Iatandza (de moindre valeur) qui a remplacé de façon systématique le Doussié rouge (essence de plus grande valeur) dans le feuillet N° 0146778, mais ce remplacement n’a pas porté sur les lettres de voitures. Cette pratique illégale a un double impact sur la comptabilité forestière, elle permet de poursuivre l’exploitation d’une essence dont le quota en nombre de pied est déjà atteint et, de baisser le montant de la taxe d’abattage à payer aux impôts.
Cela s’appelle en d’autres termes le vol.
Toutes ces fraudes tendent à faire tomber l’économie du Cameroun.
Plusieurs autres fraudes et atteintes aux droits humains perpétrées par FIPCAM font l’objet des enquêtes de plusieurs institutions de l’Etat. Vu les enquêtes engagées, le droit de réserve qui nous est désormais imposé ne nous permet pas de vous fournir d’amples détails.

Appui à l’électrification rurale, cas du quartier Nkolnguet-Mfou ???
NKOLNGUET n’est pas un quartier mais un village. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est doté d’une chefferie traditionnelle de 3éme degré. Et dans ce village se retrouve des quartiers. Tout le village NKOLNGUET n’est pas électrifié, c’est uniquement la chefferie et ses maisons secondaires qui le sont. Mais l’électricité est coupée depuis la fin de l’année 2015 en guise de représailles aux différentes plaintes déposées contre FIPCAM et son directeur général MULLER Stéphane. C’est quand les dirigeants de FIPCAM sentent l’imminence d’une enquête sur le site de NKOLNGUET qu’ils relancent l’énergie électrique, une fois le contrôle fini, ils coupent à nouveau.

Don du bois de chauffage et de construction aux riverains ???
Aucun bois de chauffage et de construction n’a été donné aux riverains depuis près d’une année en guise de représailles aux différentes plaintes déposées conte FIPCAM et son directeur général MULLER Stéphane.

Par le canal de la commune de Mfou, Fipcam contribue à aménager les routes de Mfou ???
La surprise est grande de constater que FIPCAM fait étalage d’avoir versé de la terre cailloutée sur les routes à Mfou. Cela est surprenant quand tout le monde sait que depuis l’an 2001 la communauté riveraine de Nkolnguet réclame que FIPCAM qui occupe illégalement son terrain respecte toute la procédure d’achat d’un terrain dont est tirée sa terre cailloutée. En plus depuis 10 ans les riverains demandent à ce que les 30 mètres de piste d’entrée qui va de la route centrale à la résidence du notable AMOUGOU ELE Thomas en face de FIPCAM, soient aménagé, le directeur MULLER y oppose une fin de non recevoir.

Un souci de garder de bonnes relations sociales, les appuis que FIPCAM donne à l’égard des populations de Nkolnguet ???
FIPCAM s’illustre par les duperies à l’égard des populations de Nkolnguet. C’est ainsi qu’en l’an 2001, FIPCAM a entrepris des négociations avec la communauté riveraine pour l’achat de 23 hectares de terrain (230.000 m2) situés à moins de 2 mètres de la route centrale goudronnée de l’axe Yaoundé-Mfou pour construire leur entreprise. Le terrain a été taxé à 3.000 FCFA(trois mille) le mètre carré, après leurs supplications qu’ils sont dans leur première expérience d’affaire au Cameroun, le prix a été revu à la baisse à hauteur de 2.000 FCFA(deux mille) le mètre carré pour un total de 460.000.000 CFA(quatre cent soixante millions).FIPCAM supplia de nouveau et demanda que le terrain leur soit vendu à 160 FCFA (cent soixante) le mètre carré, en échange ils signeront un cahier de charge.
Non seulement que FIPCAM n’a pas signé de cahier de charge mais aussi aucun acte de vente n’a jamais été signé pourtant FIPCAM possède déjà une fausse mutation du titre foncier. Les dirigeants de FIPCAM ont pratiquement subtilisé ce terrain.

Aménagement et équipement du poste de contrôle mixte gendarmerie et police de Nkongoa, MEFOU ET AFAMBA ???
FIPCAM s’est illustrée en incitant l’employé TINA Timothée à corrompre les éléments de la gendarmerie nationale et de la police dans un poste de contrôle mixte heureusement pour le Cameroun ceux-ci ont refusé l’argent qui leurs était proposé.

Dialogue social permanent entre FIPCAM et l’ensemble de la communauté de Nkolnguet ???
Le dialogue social n’existe pas entre FIPCAM et l’ensemble de la communauté de Nkolnguet, au contraire le climat social est délétère. C’est ainsi que le responsable du service social de FIPCAM, dame JOUNDA TSUATA Judith Rolande fait l’objet d’une plainte pour menaces de mort et incitation à la corruption d’un riverain.

NB : Plusieurs preuves sont à la disposition du directeur de publication du site internet Alwihda Info, pour qu’il recoupe l’information et découvre la vérité. Alwihda ne doit pas être le diffuseur de certains mensonges de la Cellule de Communication d’un exploitant forestier convaincu de fraude contre l’Etat du Cameroun.

signés:
ETOUNOU Lucien
Porte parole
Notable à la chefferie
Ex-délégué du personnel à FIPCAM
Tel : 237-699 171 935

Le chef du village
Sa majesté BALLA BALLA
Officier du mérite camerounais
Ex-copropriétaire du site de la société FIPCAM

AMOUGOU ELE Jean
Notable à la chefferie
Ex-copropriétaire du site de la société FIPCAM

MBOM Alex
Notable d’honneur à la chefferie
Ex-délégué du personnel à FIPCAM
Tel: 237-694805262

BELINGA Jean Marc
Ex- délégué du personnel à FIPCAM
Tel: 237-674919878

BEYEME Etienne
Ex-délégué du personnel à FIPCAM
Tel: 237-699230593


 


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements