Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SPORTS

Cameroun:Tombi A Roko ouvre le feu sur le Chef de l'État


Alwihda Info | Par - 12 Août 2017 modifié le 12 Août 2017 - 20:27

Le président de la Fecafoot discrédite le choix du chef de l’Etat à travers une campagne de lynchage médiatique contre Prime Potomac et son PDG Ben Modo.


Tombi à Roko contre l'accord  de marché du président Paul biya
Tombi à Roko contre l'accord de marché du président Paul biya
C’est une stratégie de double jeu bien huilée. Cultiver l’image d’un patriote sur la place publique et dans l’ombre, discréditer le sommet de l’Etat. Ainsi, l’opinion publique comme les hautes autorités sont loin de douter de l’engagement patriotique de Tombi A Roko pour l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun. Le président de la fédération camerounaise de football (Fecafoot) en a montré une illusion à travers son communiqué contre le président de la CAF, Ahmad Ahmad, coupable de déclarations hallucinatoires qui traduisaient sa volonté de retirer l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun. S’il a profité de l’effet Ahmad Ahmad pour faire bonne figure, Tombi A Roko est le même qui est à la manœuvre derrière la virulente campagne médiatique enclenchée contre PRIME POTOMAC et son PDG, Ben Modo depuis trois jours. Le président de la République a décidé d’attribuer le marché de construction d’un hôtel et la réhabilitation de quatre terrains d’entrainement et d’un hôtel à Garoua à l’entreprise américaine. Ce qui n’est pas du goût de ses pourfendeurs qui, aussitôt la lettre d’attribution transmise aux différentes administrations impliquées dans les préparatifs de la prochaine CAN, ainsi qu’à Ben Modo, ont divulgué des copies dans les réseaux sociaux et autres portails électroniques. Des tonnes d’articles et de commentaires tendancieux sont produits pour discréditer PRIME POTOMAC. Les autorités camerounaises ne sont pas en reste. Notamment le ministre, secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, accusé d’avoir attribué le marché à « son ami ». Des tonnes de contrevérités sont véhiculées autant pour manipuler l’opinion publique que pour discréditer l’entreprise américaine auprès de ses partenaires. Ce n’est pas innocent si le soutien du gouvernement américain à PRIME POTOMAC est déclaré infondé, et les financements de Exim Bank USA décrétés mensonger. Dans ce flot de contrevérités et d’allégations mensongères, des éléments tangibles dévoilent la main de Tombi A Roko. Les allusions récurrentes au conflit entre PRIME POTOMAC et la Fecafoot dans lesquelles la fédération et son président se taillent un rôle irréprochable confortent cette thèse. Des éléments pourtant flagrants tels que l’incapacité de la Fecafoot à mettre à disposition la garantie bancaire exigée par PRIME POTOMAC pour apporter le financement sont occultés. Par exemple il n’est pas fait cas du refus par Ben Modo de valider de fausses pièces justificatives d’un paiement frauduleux pour couvrir un détournement de plus de 300 millions de FCFA perpétré par Tombi A Roko par le truchement d’une société écran gérée par son petit frère du nom de Kolobo Ismaël. Rendu à la Fecafoot en début de semaine pour réclamer ses paiements, le récit de la réunion qui s’en est suivie entre Ben Modo et les collaborateurs de Tombi A Roko notamment le secrétaire général Blaise Moussa, Etienne Tamo et Blaise Mbida, tel que rapporté par Boris Bertolt dans l’un de ses articles lui a manifestement été dicté depuis la maison de Tsinga. Nul ne sait quand et jusqu’où s’étendra la contestation ainsi ouverte par Tombio A Roko contre le choix de Paul Biya pour l’entreprise américaine. Le chef de l’Etat, à longueur d’articles et de sorties enflammées, est jeté à la vindicte par une armée de pourfendeurs déchaînés. L’intention vicieuse du président de la Fécafoot de laisser croire que Paul Biya a perdu sa lucidité pour pouvoir gouverner le pays et opérer de bons choix pour le Cameroun ne fait l’ombre d’aucun doute. Surtout que, à son entourage, Tombi A Roko dit avoir averti le président de la République et ne cache pas son courroux de n’avoir pas été écouté. A en croire nos sources à la Fecafoot, lorsqu’il est alerté sur une éventuelle attribution d’un marché à l’entreprise américaine pour la CAN, Tombi A Roko a adressé des correspondances au président de la République l’invitant à renoncer à sa décision. Une démarche qui s’est soldée par un échec eu égard à la qualité de l’offre de PRIME POTOMAC renforcée par le soutien du gouvernement américain. Le président de la Fecafoot serait-il en train de faire payer à Paul Biya le prix de son entêtement ? Nous n’en sommes pas éloignés.


Ismael Lawal
Correspondant d'Alwihda Info à Yaoundé, Cameroun. +237 695884015 En savoir plus sur cet auteur