Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : le Corps de la Paix quitte le Grand Nord


Alwihda Info | Par - 6 Août 2015 modifié le 6 Août 2015 - 14:56

Cette décision a été prise en raison de l’insécurité engendrée par les exactions de la secte Boko Haram. Pourtant, nombre de ses activités répondent aux besoins spécifiques de cette partie du pays.


Cameroun : le Corps de la Paix quitte le Grand Nord
Alors que le Corps de la Paix aménageait depuis l’année dernière, dans ses nouveaux bureaux à Yaoundé sur les hauteurs du Mont Fébé, la situation sécuritaire que vivent les populations du Grand Nord du Cameroun a émoussé ses ardeurs à poursuivre sereinement ses missions sur le terrain. Face à cette situation, des volontaires ont même été déplacés. Pourtant, nombre de leurs activités avaient été conçues pour répondre effectivement aux besoins spécifiques du sahel. C’était sans compter avec les illuminés d’Aboubakar Shekau. En effet, en raison de l’insécurité grandissante née des exactions de la secte islamiste Boko Haram, l’Extrême Nord est devenue la seule région du Cameroun qui ne compte plus de volontaires du Corps de la Paix, selon le rapport 2014. Alors que son antenne de Garoua vient d’être purement et simplement fermée. Contrairement à la région du Nord-Ouest par exemple qui comptait le plus grand contingent avec 56 personnes qui œuvrent dans l’agrobusiness, l’éducation, la santé et le développement des jeunes. « Nous partageons avec tous les Camerounais l’espoir que très bientôt, le calme reviendra dans le Grand Nord afin d’y poursuivre notre travail », tempère Mark Ortic, directeur national pour le Cameroun de cette organisme qui opère au Cameroun depuis 53 ans.
Une nouvelle cuvée de volontaires
En dépit de cela, les volontaires américains poursuivent leur œuvre au Cameroun. C’est ainsi qu’à compter de l’année scolaire à venir, le Corps de la Paix met à la disposition des écoles, lycées et collèges du Cameroun, 21 enseignants qualifiés dont douze d’anglais et neuf de sciences. Cette nouvelle cuvée a d’ailleurs prêté serment à Yaoundé le 5 août 2015. C’était devant le chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis, Matthew Smith et du ministre camerounais des Enseignements secondaires, Louis Bapes Bapes. Ces vaillants « soldats du développement » vont travailler aux côtés de leurs homologues pour améliorer le niveau d’anglais des enseignants francophones et promouvoir la pratique d’une approche pédagogique axée sur les élèves et qui tient compte de la spécificité des sexes. Ils contribueront ainsi, aussi bien à l’amélioration des résultats scolaires, qu’au renforcement des compétences des élèves en leadership, une notion au pays de l’oncle Sam. Il faut rappeler que sur le plan global, le Corps de la Paix vise trois objectifs : aider les populations des pays en développement à faire face à leurs besoins en ressources humaines qualifiées ; promouvoir une meilleure compréhension des Américains par les populations servies ; promouvoir une meilleure compréhension de ces peuples par les Américains.
Abraham NDJANA MODO


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements