Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : trois tonnes d'écailles de pangolins brûlées


Alwihda Info | Par - 23 Février 2017 modifié le 23 Février 2017 - 15:16

Cette première destruction publique des écailles de pangolins en Afrique s’est tenue à la veille de la Journée mondiale du Pangolin célébrée le 18 février.



Le 17 février 2017, le ministère des Forêts et de la Faune a incinéré plus de trois tonnes d'écailles de pangolins qui ont été saisies au cours des différentes opérations visant l'application effective de la loi faunique durant ces dernières années. La cérémonie au cours de laquelle les écailles ont été incinérées, s’est déroulée à l’esplanade de la délégation régionale des Forêts et de la Faune du de la région du Centre à Yaoundé. Elle était présidée par le ministre des Forêts et de la Faune, Ngolle Philip Ngwesse, qui a mis le feu aux écailles de pangolins, en présence des membres du corps diplomatique et des services de surveillance du Département américain de la Faune et des Pêches.
C'est la première destruction publique des écailles de pangolins en Afrique qui s’est tenue la veille de la Journée mondiale du Pangolin qui est célébrée le 18 février 2017. La destruction des écailles fait partie de la stratégie du gouvernement visant à intensifier la lutte contre le trafic de pangolins, en envoyant un message fort de tolérance zéro contre le trafic. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie, le gouvernement a mené au fil des ans, de nombreuses opérations contre les trafiquants de pangolin. Le mois dernier, 5,4 tonnes d'écailles de pangolins ont été saisies à Douala et deux ressortissants chinois avaient été arrêtés lors d'une opération qui avait bénéficié de l’assistance technique de l’Ong « The Last Great Ape » (Laga).
En décembre dernier, plus de 650 kg d'écailles de pangolin prêts à être illégalement exportées avaient été saisies à l'aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. A l’occasion, quatre personnes, y compris des responsables de l'aéroport, avaient été arrêtées. Avec ces mesures, le gouvernement espère freiner le trafic du pangolin dans le pays. Plus de 20 000 kg d'écailles de pangolins provenant de la sous-région Afrique centrale, ont été saisies au cours des cinq dernières années et des mesures fermes des gouvernements de la région sont nécessaires pour inverser la tendance actuelle. Ces mesures ont été saluées par la communauté internationale et une déclaration publiée par le US Fish and Wildlife Service (Usfws) peu de temps après que les écailles aient été brûlées à Yaoundé révèle que : « Le gouvernement du Cameroun a soutenu le reclassement de tous les pangolins à l'Annexe I à la 17e Conférence des Parties (CoP17) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Depuis le 2 janvier 2017, les listes interdisant le commerce de toutes les huit espèces de pangolin sont entrées en vigueur ». Trois des huit espèces de pangolins vivent au Cameroun et sont fortement trafiquées. Cela explique pourquoi les mesures mises en place par le gouvernement du Cameroun sont très appréciées.
La déclaration dispose que : « Depuis la CoP17 de la CITES, le Cameroun a fait preuve de leadership et d'engagement pour inverser le déclin des pangolins. De récentes confiscations de pangolins par le Ministère camerounais des Forêts et de la Faune soulignent que cette protection est ardemment mise en œuvre ". Les pangolins sont considérés comme des mammifères les plus trafiqués dans le monde et la demande croissante des écailles, en Chine et dans d'autres pays asiatiques, a vu les prix augmenter fortement causant de graves menaces pour ces animaux car ils ne sont plus seulement abattus pour leur viande, mais désormais pour leurs écailles.