Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : un nouveau système d'identification en vue


Alwihda Info | Par - 13 Août 2015 modifié le 13 Août 2015 - 17:49

Le patron de la police camerounaise a installé le 12 août 2015, un comité de douze membres, avec pour mission principale de mettre en place un système de délivrance de la carte nationale d’identité plus sécurisée et infalsifiable.


Martin Mbarga Nguelé
Martin Mbarga Nguelé
Il y a quelques jours, votre site vous faisait part du démantèlement d’un réseau de fausses cartes d’identité camerounaise au Nigeria. Bien plus, à la suite de nombreux cas observés ces dernières années, par l’octroi à des étrangers de la nationalité camerounaise, et eu égard au contexte actuel marqué par une insécurité grandissante, le délégué général à la Sûreté nationale du Cameroun, Martin Mbarga Nguele veut passer à la vitesse supérieure. En effet, il préside un comité de douze membres dont il est par ailleurs le président, chargé de la supervision des opérations, dans le but de mettre en place un nouveau système d'identification au Cameroun.
En installant ses collaborateurs du comité, Martin Mbarga Nguélé les a exhortés à s’atteler à travailler à la réalisation de cet objectif capital du gouvernement. « Notre état civil était devenu très perméable et en proie à toutes sortes de manipulations », a-t-il fustigé au passage. Ce qui veut dire qu’au niveau des mairies et de tous les centres d’état-civil disséminés à travers le pays, beaucoup de comportement doivent changer. Etant entendu que c’est l’acte de naissance qui est à la base de l’établissement d’une carte nationale d’identité. Ainsi, le nouveau système d'identification vise la modernisation de l’état civil en proie à une perméabilité et sujette aux tripatouillages.
Conditions d’acquisition
Le nouveau système prévoit l'attribution d’un numéro unique et définitif à chaque citoyen camerounais, dans le but de rendre la nationalité plus sécurisée. Des procédures efficaces doivent être établies par le comité de surveillance. Par ailleurs, il s’agira de préparer des textes et faire des propositions afin que le nouveau système génère des revenus lui permettant à brève échéance, d'autofinancer ses opérations. Le comité est composé de représentants des différentes administrations et structures de l'Etat en charge de la sécurisation du système de nationalité (Senac), du Centre national pour les technologies de l'information (Cenadi) et d’un représentant de la firme française Gemalto.
Les cartes actuellement en vigueur seront valables jusqu’à l’établissement des nouvelles, alors que le retrait des anciennes s’effectuera progressivement. A terme, le processus permettra alors d’attribuer le précieux document à une quinzaine de millions de Camerounais en âge d’en obtenir. Pour l’heure, le point culminant reste la détermination des conditions d’acquisition de la nouvelle carte. Les nouveaux critères restent donc très attendus par les populations.



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements