Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : un trafiquant nigérian arrêté à Bertoua


Alwihda Info | Par - 24 Février 2016 modifié le 24 Février 2016 - 15:23

Ce dernier a été appréhendé pour détention et commercialisation illégales des pointes d'ivoire et des écailles de pangolins.


L’homme était connu des services de police judiciaire comme impliqué dans le trafic des espèces sauvages.
L’homme était connu des services de police judiciaire comme impliqué dans le trafic des espèces sauvages.
L’homme âgé de 43 ans a été appréhendé lors d'une opération menée par les agents de la délégation régionale des forêts et de la faune de l'Est en collaboration avec la gendarmerie. L’Ong « The Last Great Ape Organisation » (Laga) a fourni une assistance technique lors de l'opération.
Le trafiquant était à bord d'un taxi avec le colis douteux dissimulé dans un coffre lorsqu'il s'est arrêté. Azemte Mbemo Alain Patrice, le chef du service régional de la Faune de l'Est, est l'homme qui a dirigé l'opération. Il a affirmé que "le suspect avait loué un taxi et se dirigeait vers le lieu de la transaction avec un client quand il a été interpellé. Il a essayé de résister, mais a été rapidement maîtrisé par la gendarmerie qui nous a aidé et a aussitôt été conduit dans nos bureaux".
En sa possession, cinq sacs contenant 12 défenses d'ivoire et plus de 200 kg d'écailles de pangolins géants, espèces fauniques protégées conformément à la loi de 1994 de la faune. Selon Azemte Mbemo, l'homme est connu par les services de police judiciaire et est soupçonné d'avoir été impliqué dans le trafic des espèces sauvages depuis 2013. Né à Bertoua, il maîtrise très bien la région et se servait d'une boutique de vente de pièces automobiles comme couverture à ces activités illégales, alors que cette boutique avait rarement des pièces automobiles.
Des acheteurs chinois
Ses principaux clients sont des sujets de nationalité chinoise. Le trafiquant avait une liste de contacts de Chinois et des noms qui indiquent l'étendue de son entreprise. Selon des sources proches du dossier, il achetait les produits aux braconniers à l'Est, mais aussi au Congo et au Gabon, puis les revendait à des acheteurs chinois et nigérians pour exportation.
Les acheteurs venaient également de Yaoundé et de Douala s’approvisionner auprès de lui, non loin de Garoua Boulai où il conservait les produits. Le commerce illégal des écailles de pangolins est en passe de devenir un énorme problème pour les agents de la faune. Et dans le but de mettre un terme à cette situation, le ministre camerounais des Forêts et de la Faune, Ngole Philip Ngwese, avait signé une lettre circulaire en juin 2013 suspendant toute délivrance de permis autorisant la circulation des espèces de pangolins dans le pays.
Les partenaires internationaux fournissent des appuis au Cameroun pour lutter contre la criminalité faunique. Et l'une de ces initiatives est le Programme de bourses Mentor PoP de l'US Fish and Wildlife Service, qui vise à former des leaders de la conservation, ressortissants de trois pays d'Afrique centrale et du Vietnam, et de développer leur capacité de conservation de pangolins.
Ce sont des jeunes gens dévoués qui subissent actuellement à Yaoundé le programme de formation mentor, qui devrait les doter des compétences nécessaires dans la lutte contre les menaces telles que le trafic des écailles qui menacent la survie du pangolin. Le projet est coordonné par la Société zoologique de Londres dont une représentation se trouve à Yaoundé.


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements