Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : une nouvelle société pour transporter l’électricité


Alwihda Info | Par - 11 Octobre 2015 modifié le 12 Octobre 2015 - 12:12

Un décret présidentiel signé le 9 septembre 2015, porte création de la Société nationale de transport de l’électricité (Sonatrel). Elle sera essentiellement chargée de gérer le réseau entre le producteur et le distributeur de l’énergie électrique au Cameroun.


Cameroun : une nouvelle société pour transporter l’électricité
Le secteur névralgique de l’énergie électrique est désormais appelé à avoir le meilleur réseau possible. Un espoir se pointe à l’horizon et permet de l’affirmer avec conviction, à la suite de la création de la Société nationale de transport de l’électricité. En effet, cette nouvelle structure se situe à mi-chemin entre le segment de la production et celui de la distribution.
Ainsi donc, la Sonatrel dont le rôle est de transporter l’énergie électrique, et de gérer le réseau de transport de cette denrée si vitale pour l’économie nationale, s’inscrit dans le sillage des actions prévues dans l’amélioration de l’offre d’énergie électrique au Cameroun.
Selon le décret présidentiel portant création de cette société à capitaux publics, il est question, entre autres, d’intensifier le réseau, en assurant la maintenance des équipements, la maitrise d’ouvrage, la réalisation pour le compte de l’Etat, des programmes d’interconnexion électriques nationaux et transnationaux, tout en veillant à l’application des normes de sécurité en vigueur. Placée sous la tutelle technique du ministère en charge des questions d’électricité, la Sonatrel va bénéficier des contrats de concession, de transport et de gestion du réseau de transport d’électricité, le tout assorti d’un cahier de charges correspondant et signé par l’Etat à son profit.
En définitive, l’arrivée de la société nationale de transport de l’électricité pourrait apporter plus de lumière dans un secteur fait jusqu’ici de zones d’ombre. Et surtout, elle permettra l’accès du plus grand nombre, à l’électricité dont le déficit cause chaque année au Cameroun, un manque à gagner qui se chiffre à des centaines de milliards de FCFA, avec au moins 40% de perte de l’énergie transportée. Ce qui est énorme pour une économie nationale à la recherche des performances et de l’émergence. En toute évidence, la création de la Sonatrel, dont le capital social est de 10 milliards de FCFA, supprime certaines missions dévolues jusque-là à l’opérateur du secteur de l’électricité Eneo. Et du coup, une visibilité se pointe à l’horizon quant au transport de l’énergie électrique attendue par les barrages actuellement en construction au Cameroun, tels que Memve’ele (211 MW), Lom Pangar (30 MW) et Mekin (15 MW).


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements