Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Centrafrique : "Au nom de la paix", Madame la ministre des Affaires Etrangères


Alwihda Info | Par Simon Koitoua - 4 Décembre 2013 modifié le 4 Décembre 2013 - 12:01


A Bangui, des manifestants réclamaient l'ouverture de négociations entre le pouvoir et la Séléka, samedi 5 janvier. REUTERS/Luc Gnago
A Bangui, des manifestants réclamaient l'ouverture de négociations entre le pouvoir et la Séléka, samedi 5 janvier. REUTERS/Luc Gnago
LETTRE OUVERTE A MADAME LA MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DE LA RÉPUBLIQUE SELEKA BANGA BOTTY

OBJET : La liberté du peuple Centrafricain

Madame Banga Botty,

La coalition seleka force d’occupation en Centrafrique et y compris ceux qui ont participé à la constitution de cette association des bandits de grand et association islamiste de répondre de leurs actes tôt ou tard devant une juridique nationale et ou internationale pour complicité. A la diaspora Centrafrique de s’unir laissant de cote les débats stériles et vides de sens Djotodia ,Tiangaye Oumarou ,Nourradim Adama l’usurpateur de la nationalité Centrafricaine , Ziguele Mahamat et sans oublier le pourvoyeur en ressource humaine et matérielle militaire Déby doivent répondre de leurs actes un jour devant l'histoire». Non seulement nous sommes très choqués mais pire encore, à quand la libération du peuple Centrafricain et nous nous réjouissons de l’intervention de l’armée Française qui permettra de décimer les forces du diable la seleka et DEHORS DJOTODIA .Le mal est la force du diable cette association des criminelles dénommé seleka , la neutralisation de la seleka est égal à celle de SANGUINAIRE Djotodia. Le poltron Djotodia chef d’association des voyous doit partir au nom de la paix en Centrafrique.

Madame la Ministre de la seleka, l'histoire de Centrafrique retient déjà certains noms dont vous êtes partie intégrante, celui de criminel Djotodia, Gaza bêtise, Binoua Ousmane, Gina AISSATOU et ses sbires qui doivent rendre compte au peuple pour le tort qui lui a été causé. Le monde entier connaît les vrais ennemis du peuple Centrafricain FARE 2011. Votre rôle aujourd'hui est celui de défendre ces voyous l'opinion nationale et internationale connait votre responsabilité et celle des uns et des autres dans cette tragédie Centrafricaine, c'est donc une chose mauvaise, au contraire ce n’est pas à encourager. Faites ce travail dans l'objectivité car le peuple ne pardonnera pas ceux qui déformeront son histoire. Mais se mettre au côté d'un seul homme contre tout un peuple serait aussi un crime impardonnable.

Que reprochez- vous au juste à la diaspora Centrafricaine ? Est-ce sa lutte pour libérer la Centrafrique des mains de ses oppresseurs? Ou sa position de ne pas cautionner les crimes du général des voyous Djotodia sur le sol de nos aïeux ?

Simon koitoua.
Simon koitoua.
Toutes les organisations de défense des droits de l'homme s'accordent à donner une mauvaise note à NOTRE PAYS la RCA en matière de respect des droits humains. Reconnaissez-vous Madame la Ministre de la seleka que, depuis les 8 mois, le peuple Centrafricain souffre d'une oppression qu'on ne retrouve nulle part ailleurs. Le règne de vampire Djotodia a été marqué que de médiocrité, d'irresponsabilité, d'inculture, du cynisme, de l'imprévoyance, de violence, de la division et de la haine. Les dégâts causés à la nation sont très importants. Depuis plus de 8 mois, Djotodia sacrifie l'avenir de toute une nation, mais il n'a pas encore rendu compte au peuple. L'arme politique de Djotodia est la violence. Les sauvageries les plus immondes ont été commises en Centrafrique. La seule manière d'échapper à la colère du peuple opprimé, est de reconnaître que le mal a été commis et de démissionner. N’oubliez pas que Djotodia a rendu la Centrafrique malade sur le plan socio-économique et éducatif. Ceci par un système politique aberrant. L'époque où tous les Centrafricains sont obligés de" regarder dans la même direction" est révolue. Le groupe d'individus, prêt à sacrifier la nation au profit de leurs intérêts personnels ne se soucie guerre de ce que sont devenus l'éducation, la formation de leurs enfants. Ces individus ont privé leurs enfants des biens économiques en remplissant leurs compte en banque à l'étranger, des biens sociaux tel que la santé, l'éducation, la culture de même que les loisirs et les sports.

Djotodia est responsable de ses actes, et pour cela, il va répondre devant le peuple, nous luttons pour la liberté d'opinion, d'expression et pour la fin d’oppression du peuple Centrafricain, Djotodia doit partir.

Simon Koitoua