Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Centrafrique : Bangui, violents clashs au PK5, que s'est-il vraiment passé ?


Alwihda Info | Par Albert Mahamat FALL - 1 Novembre 2016 modifié le 1 Novembre 2016 - 08:52

BANGUI (LNC) — De manière assez singulière, de très violents combats ont opposé deux camps de la même communauté musulmane du PK-5. Une affaire qui en moins de 24 heures alimente déjà toutes rumeurs corbeau de "Radio-trottoir-Bangui" sur les tenants et les aboutissants, allant même jusqu'à des théories du complot.


Albert Mahamat FALL

L'étrange silence du gouvernement, en dépit du lourd bilan des morts pose questions à beaucoup, évoquant "un coup monté" une "instrumentalisation d'individus manipulés pour mettre le feu".

Encore dans la même veine, Gendarmerie/BALAKA même combat, auraient tiré les ficelles sur ordre gouvernemental, afin de décapiter une fois pour toutes les groupes d'auto-défense en faisant assassiner leurs meneurs, accusés de semer des troubles à répétition.
Même sur le récit des faits, les descriptions divergent.
Néanmoins, une certitude, 12 personnes tuées, dont 2 taxis-moto, un imam, 24 blessés graves, dont deux encore entre la vie et la mort.
Aux environs de 17h (heure locale) des détonations d'armes lourdes et de petits calibres sont entendues proche du restaurant "Beau Séjour" où un mariage se déroule.
Près de deux heures durant, combat à la Kalachnikov, à l'armement lourd et aux lance roquettes.

Des affrontements opposant la milice de l'ex-Séléka ISSA KAPI dit "50/50" à un autre groupe d'autodéfense mené également par un autre ex-Séléka surnommé "FORCE".

Mohamed FADOUL, le "Président" du comité d'Auto Défense du KM5 - hostile au camp de "50/50" de raconter sa version :

" [..] Les autodéfenses dU PK5 ont pu mettre hors d'état de nuire le chef bandit ISSA KAPI alias 50/50, ABDOUL DANDA, et MOUSSA ABDEL, l'assassin du commandant Mombeka. Du côté des autodéfenses 2 éléments ont succombé à leurs blessures, [..] Nous sommes déterminés à ramener la paix au KM5 et à chercher la voix de la réconciliation et le vivre ensemble "

UNE HISTOIRE DE RACKET

La rivalité entre les deux groupes se déclarant tous les deux "d'auto-défense du KAM5" serait très simplement alimentée par un trafic mafieux des deux côtés, consistant à racketter les commerçants musulmans du PK5 contraints de leur verser des taxes régulières à la bonne manière des truands italiens aux USA. Et d'une... Et de deux, l'assassinat du commandant Marcel Mombeka le 4 octobre dernier n'a pas non plus arrangé la fraternité.

Mohamed FADOUL de toujours accuser le binôme "ABDOUL DANDA - MOUSSA ABDEL" du groupe de "50/50", d'être les assassins du militaire.
Mais il n'a jamais avoué le ou les noms du ou des commanditaires.
Certains y voient la main occulte de hauts gradés FACA en collusion avec des meneurs ANTI-BALAKA afin de mettre en place un "contrat" sur la tête du Commandant, de manière à relancer les tensions entre les communautés.

Depuis, les deux groupes sont devenus irréconciliables. Avec même pour chacun, depuis la mort de MOMBEKA, des secteurs déterminés, et où l'autre ne peut se rendre, au risque de se faire tirer dessus.

Ce serait en franchissant en voiture une "zone interdite" avec ses copains, qu'Abdoul Danda aurait éveillé l'animosité de l’autre camp, qui alerté, déclenchera les tueries.

UNE HISTOIRE DE COMPLOT ?

La théorie du complot est étayée par la page du "Collectif des Musulmans de Centrafrique" (CMC), donnant comme "manipulateur des tueries", le nom d'un certain Colonel DAZOUMI YALO surnommé " DAZ".

Le dit colonel, un haoussa comme Abdoul DANDA, aurait tout simplement poussé les deux groupes à s'entretuer en excitant leur animosité.
Et le CMC de conclure de manière interrogative : " Est-ce que le Colonel DAZ est-il un agent double travaillant en sous-marin sous les ordres de certains membres du gouvernement, ou de la Minusca qui aimeraient la neutralisation des autodéfenses du PK5 ?
En tout cas c'est une opération qui ressemble à l'adage disant " Diviser pour mieux régner ", l'avenir nous le dira."

Une autre histoire parle d'un coup préparé de longue date, et qui devait avoir lieu après le départ du "sorcier blanc" Jean Yves LE DRIAN. Mais le coup aurait commencé trop tôt, au moment même de l'arrivée du "sorcier blanc" à Bangui. Bilan paraît-il d'un échange secret, en messages codés, entre les commanditaires tirant les ficelles en dessous.

Dans tous les cas, seule certitude, le groupe de "50/50" est décapité : Leurs chefs et sous chefs, ISSA KAPI aka "50/50", ABDEL AHMAT, ABDOUL DANDA, et MOUSSA ABDEL, morts !

© Octobre 2016 – LAMINE MEDIA