Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba-Panza veut relancer un forum de Bangui en plein cafouillage


Alwihda Info | Par Eve Malonga - 30 Décembre 2014 modifié le 30 Décembre 2014 - 06:51


Eve Malonga

BANGUI (LNC) — C’est samedi dernier que la présidente par intérim Catherine Samba-Panza recevait des “forces vives” de la Nation, ayant accepté son invitation de débattre avec elle sur les problématique du dialogue national prévu pour fin janvier prochain.
Car il y’avait urgence à recadrage, tant cet hypothétique Forum prenait tout benoîtement le chemin de l’échec, comme ses précédents de ces 20 dernières années.

Afin de tenter de plaire à tout le monde, la présidente a supprimé de son contenu, son pourtant volet le plus important : “le processus de désarmement”, rendant d’ores et déjà caduque tout débat ultérieur concernant le DDR.
De source de la Primature, elle a cédé sur une forte pression des Séléka.

Pour Samba-Panza, cette rencontre « est justifiée par la nécessité pour le gouvernement et tous les dirigeants de la Transition de donner un signal fort au processus de dialogue et de réconciliation nationale, en réfléchissant aux orientations pertinentes qui peuvent le guider afin d’éviter des dérapages éventuels. Sur la base du principe de précaution, il nous faut anticiper les obstacles à la réussite du forum national de Bangui, en abordant en amont tous les sujets qui sont susceptibles de constituer des blocages ».

Ainsi, en matière de suppression d’obstacles, tout ce qui risquerait de fâcher, c’est-à-dire l’essentiel est supprimé.
D’ajouter :
« Le forum national ne sera pas l’occasion de distribuer des primes à l’impunité à travers une amnistie générale en faveur des bourreaux du peuple Centrafricain. La justice nationale fera son travail avec l’appui de la composante judiciaire de la MINUSCA et de la justice internationale pour juger et condamner les auteurs des délits afin de donner aux victimes les raisons de pardonner ».

Cependant, pour un cacique du MLPC,

“Elle dit une chose et fait autre chose. Elle cherche un consensus qui aboutira dans le vide.”

Entre temps, un autre forum tente de se mettre en place au Kenya à Naïrobi, en une sorte de contre-mesure.
Michel Djotodia et François Bozizé y seraient conviés, tout comme Nourredine Adam, le stratège militaire de la Séléka.
Le sujet fut évoqué samedi au palais de la Renaissance.
Mais étonnamment, les autorités de la transition disent tout ignorer du qui du quoi de cette rencontre en terre kényane.
Pourtant, Joachim Kokaté, conseiller en charge du Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) à la Primature y serait déjà rendu.
Difficile donc de faire croire à l’opinion que les autorités n’en savaient rien.
Un flou que samedi, Martin Ziguélé, le président du Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) n’a pas pu s’empêcher de soulever, en parlant de “rencontre en catimini.”

En final, des relances “verbales” de la présidente, sans avoir la main sur quoi que ce soit.

© Décembre 2014 LNC - LA NOUVELLE CENTRAFRIQUE


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements