Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Centrafrique : Déclaration du KNK relative aux pourparlers de Brazzaville


Alwihda Info | Par KNK - 10 Juillet 2014 modifié le 10 Juillet 2014 - 22:39


Le Parti Kwa Na Kwa (KNK) a constamment affirmé son attachement au Dialogue Politique Inclusif comme voie de sortie de la crise politique, sécuritaire et humanitaire que traverse la République Centrafricaine depuis plus d’un an.
 
A cet effet, le KNK a toujours exhorté son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo et Médiateur de la crise centrafricaine, à s’impliquer pleinement et urgemment dans la résolution de cette crise susceptible de se propager dans les autres Etats de la sous – région d’Afrique Centrale ainsi que ceux du Golf de Guinée et de conduire, à terme, à leur déstabilisation.
 
Dans le communiqué sanctionnant la concertation de MALABO du 27 Juin 2014, en marge de la 23e session des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA), les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC ont demandé au Secrétaire Général des Nations Unies, à la Commission de l’Union Africaine et au Secrétaire Général de la CEEAC la mise en place urgente, avec l’appui des facilitateurs, d’une médiation internationale sous la conduite du Président Médiateur de la CEEAC, son Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, afin d’aider les Centrafricains à reprendre, en terrain neutre, le chemin du dialogue en vue de se doter d’un nouveau cadre politique de gestion consensuelle de la Transition.
 
Ces Chefs d’Etat ont par ailleurs exprimé le vœu de voir l’ensemble des acteurs centrafricains à faire partie de la solution de la crise et contribuer à la réussite de la Transition, et ce, sans préjudice de la présentation de leurs candidatures aux prochaines échéances électorales avec comme corollaire la modification de certaines dispositions restrictives de la Charte Constitutionnelle de Transition.
 
Le KNK adresse, à nouveau, sa vive reconnaissance à l’ensemble des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC ainsi qu’à la Commission de l’Union Africaine (UA) qui, dans leur quête inlassable d’une solution politique durable à la crise centrafricaine, sont encore au chevet de notre pays, la RCA, à travers leur concours multiforme.
Le KNK accorde du prix à la sage décision prise par les Chefs d’Etats et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats Afrique Centrale (CEEAC) et espère que les Autorités de la Transition ainsi que les leaders aussi bien politiques qu’associatifs centrafricains prendront enfin la mesure de l’impérieuse nécessité de travailler dans la dynamique de ce nouvel agenda en vue de l’apaisement, de la réconciliation nationale et d’éviter toutes manœuvres tendant à bloquer le processus de dialogue structuré en trois (3) étapes essentielles, à savoir :
 
1) Le lancement des pourparlers de Brazzaville en vue de la signature d’un accord de cessez – le – feu dont les travaux sont prévus du 21 au 23 juillet 2014 ;
 
2) La réconciliation à la base dans les 16 préfectures à travers des consultations populaires en territoire centrafricain;
 
3) L’organisation de Forum National et de Reconstruction Nationale à organiser sur le sol centrafricain.
 
Le KNK est convaincu que c’est seulement en amorçant ce processus des pourparlers de Brazzaville (République du Congo) et la signature d’un accord de cessez – le – feu entre les groupes armés que prendront fin les exactions commises sur les populations civiles comme vient de l’exprimer très clairement le Ministre français de la Défense Jean – Yves Le DRIAN lors de sa visite en Centrafrique les 8 et 9 Juillet 2014.
 
C’est face à la position exprimée du 09 Juillet 2014 par la cinquantaine des partis et associations politiques et de la Plate forme des confessions religieuses jugeant inopportun le déplacement de Brazzaville que le KNK a refusé de signer la déclaration commune initiée par cette nouvelle Plate forme à la suite des discussions organisées à la Faculté de Théologie Evangélique de Bangui (FATEB).
 
Le KNK exhorte la population centrafricaine toute entière ainsi que tous ses militantes et militants à ne pas céder aux intoxications des vendeurs d’illusions, de rester vigilants et d’adhérer à la voie de sortie de crise indiquée par la communauté Internationale en général et la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC) en particulier disposées, plus que jamais, à contribuer à la stabilisation de la situation en République Centrafricaine.
 
Enfin, le Bureau Politique du KNK saisit cette occasion pour condamner les tueries et barbaries causées à la Cathédrale Saint Joseph de Bambari (Préfecture de la Ouaka – Centre Est) par des éléments de la SELEKA en date du 08 Juillet 2014 et présente ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées.
 
Fait à Bangui, le 10 Juillet 2014
 
Pour le Bureau Politique,
Le Secrétaire General P.I
 
Bertin BEA


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements