Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Centrafrique: Deux poids deux mesures ?


Alwihda Info | Par Zagoura Zephirin - 6 Novembre 2015 modifié le 6 Novembre 2015 - 20:57

Le fameux PK5 (Partie occupée par la communauté musulmane) c’est-à-dire l’axe rond-point 5ème arrondissement au rond-point 3ème arrondissement ne dépassant pas 3 km ou moins (du Nord au Sud) et l’axe Béa Rex au rond-point Eglise de Fatima ne dépassant 1,5 Km (de l’Est à l’Ouest), est une prison à ciel ouvert !


Centrafrique: Deux poids deux mesures ?
Les dernières déclarations de la présidente de la transition sur les récents évènements malheureux au PK5, la marche honteuse des membres du CNT réclamant le réarmement des FACA, sous-entendu le balayage de la communauté musulmane de PK5, les interventions incessantes des uns et des autres sur les radios nationales, sur internet et autre médias, le silence de la communauté internationale laissent la population de 3ème arrondissement plus précisément la petite communauté musulmane encerclée depuis plus d’un an dans une enclave et privée de tout ( Pas de médicaments, pas d’ hôpital fonctionnel ,sans nourriture, ni école ni cimetières etc.) sans voix. Pour rappel, ayant déjà une idée claire des positions des uns et des autres, les machinations, le mensonge dont elle est victime à chaque fois que l’on veut perturber la quiétude du pays ou créer des troubles pour un but politique, on passe toujours par le PK5, elle a souhaité quitter la capitale pour se rendre au Nord malheureusement, sur ordre de la Présidente de la Transition, elle a été empêchée. Pourquoi ? Personne au PK5 ne pourra répondre à cette question ! Mais voilà ! La petite communauté avait cru qu’en prenant une telle décision c’est-à-dire les empêcher de sortir, certainement sa sécurité et sa survie seront garanties par la Présidente de la Transition et la communauté internationale malheureusement aujourd’hui personne n’ose ouvrir la bouche sur le calvaire que vit cette communauté qui est harcelée tous les jours par les Anti-balaka et les FACA qui, chaque soir ou chaque matin montent sur des arbres soit à Castor, Bazanga, Fatima ou autre et font des tirs en direction de PK5 pour faire des victimes. Chers frères Anti-balaka, Ex FACA, FACA, médiats nationaux, autres frères chrétiens qui font encore de l’amalgame entre Seleka et la communauté musulmane de PK5, chers responsables des parties politiques, le PK5 n’est pas le Palais de la renaissance, le PK5 n’est pas la Radio, ni la Télévision, ni la Gendarmerie, ni le camp de roux. La Présidente de la Transition n’habite pas au PK5 ni a un bureau au PK5, elle ne sait même pas comment nous vivons ici, dans notre enclave. Aussi, ce n’est pas la communauté musulmane de PK5 qui a décidé que les Elections se fassent absolument avant le 30 Décembre 2015, personne de PK5 n’est responsable de quoi que ce soit à l’ANE, Nous ne sommes pas l’Ambassade de France, ni la France, ni la Sangaris, ni la Munisca encore moins les Nations Unies, nous ne sommes pas la cours constitutionnelle, ce n’est pas la communauté musulmane de PK5 qui a rédigé la constitution pour barrer la route à certains candidats, ce n’est pas la communauté musulmane qui rédigé ou signé les accords de Libreville, de Brazzaville ou les recommandations du Forum de Bangui, le PK 5 n’est pas Bambari, ni Kaga-bandoro, ni Bria. Ce n’est pas la communauté musulmane de PK5 qui a décidé de l’embargo sur les armes pour les FACA ni leur non-implication dans la sécurité du Pays alors pourquoi cet obstination ? Pourquoi s’il l’on veut faire une revendication politique, chercher des arguments sur l’insécurité en vue de demander le report des Elections, exiger une troisième transition ou autre revendication, on passe toujours par le P K5, la communauté musulmane ? Tuer des musulmans qui tentent de quitter la zone ou qui sont dans d’autre zones pour provoquer des réactions, des représailles aveugles que nous ne savons même pas comment elles sont menées mais l’on nous attribut seulement la responsabilité ? On ne sait même pas avec qui nous vivons aujourd’hui ni ceux qui rentrent parmi nous quand il y’a des problèmes. Chers frères, je sais que vous avez déjà oublié le PK 5, oui le bon vieux temps, le faite de ne pas vous y rendent par peur ! On vous comprend ! Il y’a trop de mensonge, je vais vous présenter la partie occupée par la fameuse communauté musulmane ! Le fameux PK5 (Partie occupée par la communauté musulmane) c’est-à-dire l’axe rond-point 5ème arrondissement au rond-point 3ème arrondissement ne dépassant pas 3 km ou moins (du Nord au Sud) et l’axe Béa Rex au rond-point Eglise de Fatima ne dépassant 1,5 Km (de l’Est à l’Ouest), est une prison à ciel ouvert ! Les femmes accouchent dans les quartiers et sur les nattes, la survie du nouveau-né dépend du pure hasard car aucun médicament digne de son nom ni un professionnel de santé, ni rien du tout ! Les malades, qu’ils soient enfants ou adultes sont soignés par des produits « Made in Nigeria » qui ont déjà fait leur temps dans les petites boutiques exposés à une température de plus 50°, les blessés sont soignés par de l’eau chaude et par la Prière ! Si vous avez la chance, vous survivez sinon…. ! Les morts sont enterrés dernière les maisons ou bien dans des zones abandonnées. Les profondeurs des trous ou des tombes ne dépassant pas 1,5 m. L’école n’existe pas ! Les deux écoles de la zone (Gbaya Dombia et Koudoukou) qui, par le passé avaient bénéficié de l’appui de l’UNICEF sont mortes car les responsables de ces deux écoles, certains enseignants sont de l’autre communauté et qui n’habitent pas dans la zone. Juste une petite rumeur suffit pour leur servir de prétexte à ne pas se rendre à leur lieu de travail et ceci pour une longue durée. Les quelques rares enfants qui tiennent encore le coup pour survivre dans la zone sont abandonnés et retournent chez leur parents, (enfin ! pour ceux qui ont encore la chance d’avoir des parents vivants), tout en leur signifiant que les maitres, leur Directeurs ne sont pas là ! Cet argument, de ne pas pouvoir se rendre au PK 5 à cause de la insécurité, est aussi utilisé par le personnel des petites structures de santé qu’on a essayé de mettre dans la zone sans médicaments, d’ailleurs et qui même dans les jours normales c’est-à-dire sans trouble, ferment leur portes à 11 heures voir même 9 heures et quittent la zone pour rentrer. Avoir de la nourriture pour survire dans la journée et faire survivre les enfants qui pleurent tout le temps est un véritable parcours de combattant. C’est grâce à ces dames qui viennent de Boeing, ces dames fortes ! Qui ont du cœur ! Qui traversent tous les obstacles des Anti-balaka ! Oui certaines avaient perdu même leur vie, on leur a même fait croire que ce sont les musulmans qui avaient tué leurs sœurs ! Malgré les menaces, les mensonges, les chantages etc. ! Ces braves dames, que la communauté musulmane ne les remerciera jamais assez, apportent au prix de leur vie, chaque matin des légumes. A cela, on ajoute les quelques produits qui viennent à compte goute à travers les escortes de Bambari et de Douala. Mais tout ça pour avoir, il faut de l’argent mais ceux qui n’en ont pas comment vont-ils faire ? La réponse est simple « Rien » Est-ce que la Président de la Transition, qui se dit maman de tous les centrafricains sans distinction de quoi que ce soit, s’est posée la question de savoir comment cette petite communauté, enclavée, survie ? Comment trouve-elle sa nourriture ? Comment fait-elle pour soigner ses malades, ses blessés ? Est-ce qu’il y’a encore des enfants au PK 5 ? Comment ces enfants sont-ils traités, comment vivent-ils ? Voilà autant des questions que devraient en principe préoccuper notre chère Présidente, première responsable de la vie de chaque Citoyen sauf si le musulman n’est pas reconnu comme citoyen centrafricain ! Les méme questions se posent à la communauté internationale, l’aide humanitaire dont-on parle tout le matin, midi et soir, le nombre de milliards reçu, les tonnes de nourritures qui viennent tous les jours ne sont-ils pas aussi destinés à la communauté musulmane de PK 5 ? Est-ce que le PK5 ne fait-il pas parti de la République Centrafricaine, de la capitale Bangui ? Aujourd’hui, il n’y a aucune présence d’aucune Agence de Système de Nations Unies dans la Zone même à travers un projet, aucune ONG digne de son nom, encore moins une structure de l’état dans la Zone. Tous les petits projets financés par la communauté internationale comme « THIMO », les initiatives pour la cohésion sociale etc dans le 3ème arrondissement se limitent seulement à Bazanga, Castor, Yakité, Fatima, Kina, Boeing, Ramandi etc mais la communauté musulmane ne se trouve pas à ces endroits même si c’est le 3ème arrondissement. Nous savons que le PK 5 est le lieu de tous les dangers, c’est là où les gens sont égorgés, vous trouverez des djihadistes, des islamistes etc., si vous y rendez rentrer immédiatement car on vous tirera dessus ! voilà les arguments que nos frères qui ont la chance dans leur vie de travailler dans ces structures donnent aux responsables qui sont à la tête des Agences UN ou ONG. S’il vous plait ! Même à Mogadiscio au Somalie, à Djalalabad en Afghanistan, à Tombouctou au Mali, à Mossoul en Irak ect, n’est-ce pas là où les vrais terroristes existent, les gens, les pauvres, les enfants, les vieillards, les femmes enceintes, les malades ne sont pas privés de l’assistance humanitaire et l’appui de leur Etat. Les Nations Unies ou les ONG sont toujours présentes dans ces zones. Pourquoi c’est diffèrent ici en Centrafrique ? Je pense que j’ai une tentative de réponse. Dans ces pays cités ci-dessus ça été possible parce que, les organisations nationales de droit l’Homme, la Société Civile, les nationaux qui travaillent dans les structures internationales, les médias nationaux etc, ont du cœur et ils sont neutres, donnent des bonnes informations sans distinction de quoi que ce soit à la communauté internationale, des informations honnêtes, fiables sans aucune transformation et c’est sur cette base là que les responsables agissent mais ici, dans mon cher Pays malheur à toi si tu es musulman car le méchant, c’est toi le musulman c’est-à-dire le Kota Bongo c’est-à-dire Grand boubou, oui comme aimerait le dire un ancien Président de la République !!! Le fautif c’est aussi le musulman ! Ce n’est pas maintenant, ça été toujours comme ça ! Pour avoir le cœur net, il suffit de voir combien de maison des Musulmans ont été rasées et dans combien de quartier ? Tous les quartiers de Bangui même les rares qui existent encore dans certains quartiers attendent seulement leur tour comme à Lakouanga, dans combien de ville et village ? Est-ce que l’on a noté même une petite réaction de la présidente, une marche du CNT, des réactions des médias nationaux ou de ceux qui pullulent les réseaux sociaux par des fausses images et faussent information dans le but d’inciter à la haine, à la violence et au rejet de la communauté musulmane ! Il suffit aussi de se rappeler du discours de la Présidente et les promesses faites par le Ministère de l’habitat d’aider les habitants de Castor, Bazanga, Yakité qui avaient perdu leur maison lors des derniers évènements malheureux, pourquoi n’a-t-on pas fait ces mêmes promesses aux musulmans de Miskine, de Boy Rabe, de Combattant, de Gobongo, de Fouh, de PK13, de PK12, de Seydou, de Kina, de Fatima, de Bimbo, de Cattin, de Sagbado, de Yassimandhi, de Boeing etc. et de ceux de tous les provinces qui ont aussi perdu leur maison et qui se trouvent aujourd’hui à la mosquée Centrale sans aide ni rien du tout ? D’autres n’ont pas d’autre choix que de quitter le pays. Je pense que nous déplorons tous ce qui est arrivé à nos parents et frères de Fatima, Kina, Cattin, Castor, Bazanga et Yakité qui ont perdu aussi leur maison et les êtres qui leur sont chers et chers à nous tous et personne n’est contre le faite que la Présidente ait voulu leur apporter secours mais seulement il faut traiter tout le monde de manière égale car on a pas un autre pays ni une autre Présidente. Chrétiens, musulman ou autre ce Pays appartient à nous tous ! Qu’on le veuille ou pas il nous appartient ! Et s’il y’a un Président ou une Présidente il est aussi à nous tous. S’il y’a des aides que tout le monde puisse en bénéficier. Le malheur, nous le partageons ensemble le bonheur nous le partageons aussi ensemble. Frustrer à chaque évènement une partie de la population surtout minoritaire n’est pas une bonne idée et n’aide pas au retour de la Paix et de la cohésion sociale, deux choses que nous recherchons tous avec l’aide de la communauté internationale. L’exclusion est un mal qu’il faut guérir vite et se vacciner contre ! Chers frères avant de terminer, je voudrais faire appel à notre conscience, à notre lucidité. Est ce que cette petite communauté telle que décrite ci-haut privée de tout et de tout, est-elle capable de faire seule tous ces dégâts dont-on lui donne toute la responsabilité ? Est-ce qu’il n’y a pas la main invisible de ceux qui voyagent comme des oiseaux d’un quartier en un autre sous prétexte de porter secours aux frères en danger et dont l’objectif est connu de tous et qui, souvent sont les premiers à appuyer sur le Bouton pour déclencher tous les malheureux évènements que nous avons connus ? Ces derniers n’ont-ils pas leur semblables qui seraient de l’autre côté et qui attentent prendre le relais ? Le rendez-vous est pris et ça commence car lorsque les balles commencent à siffler toi et moi là, nous sommes soit sous le lit ou bien en fuite donc on ne sait pas exactement qui est qui et qui a fait quoi ! On revient juste pour constater les dégâts et comme l’objectif est aussi celui de pousser à un grand soulèvement de la population donc tout est possible !! Que la Paix revienne dans notre cher et beau Pays. Zéphirin Ismail Zagoura


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements