Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : L'imam de Bangui désavoué et renvoyé par les fidèles


- 6 Mars 2014 modifié le 6 Mars 2014 - 19:52


NOTE DE DESAVOUMENT

L'imam de Bangui. Crédit photo : Sources
L'imam de Bangui. Crédit photo : Sources

-Considérant que la plate-forme du dialogue interreligieux est un cadre de concertation promotion des valeurs de paix et de la cohésion sociale à travers un dialogue permanent entre les communautés religieuse ;

-Considérant que dans le contexte de la République centrafricaine, le cadre tripartite est constitué d’un représentant de l’église catholique, d’un représentant protestante et d’un représentant des musulmans ;

-Considérant que l’iman OMAR KOBINE a usé de son influence au sein de son association dénommée Communauté Islamique Centrafricaine (CICA) pour se faire compter au sein de cette plate-forme en qualité de représentant de la communauté musulman

-Considérant l’usurpation de titre de l’Iman OUMAR KOBINE se présentant comme plusieurs fois comme Imam de la Mosquée Centrale de Bangui et Président de Conseil Islamique.

-Considérant que l’association dénommée Communauté Islamique Centrafricaine (CICA) n’est qu’une entité islamique parmi tant d’autre au titre de loi N° 61.233 du 27 Mai 1961 règlementant les associations en république centrafricaine et donc non représentation de toute la communauté musulmane de Centrafrique.

-Considérant que la dynamique d’un dialogue religieux véritable exige une grande implication des leaders religieux et de tous les acteurs communautaires concernés.

-Considérant que depuis son intégration dans cette plate-forme, l’Imam OMAR KOBINE s’est affranchi du droit légitime des musulmans dont il ne consulte jamais ni ne leur rend compte ni ne fréquente et surtout prend des engagement personnels qui ne reflètent pas les aspiration légitime de cette communauté ;

-Considérant qu’en défit des horreurs dont les musulmans ont été particulièrement victime au cour de ce conflit, l’Imam OMAR KOBINE n’a rien fait au sein de cette plate-forme pour faire cesser ces violences contre ses coreligionnaire ;

-Considérant que malgré la tournure génocidaire qu’a pris le conflit dès le premier jour des attaques de Bohong, Bossangoa et Bouar, l’Imam OMAR KOBINE a continué à nier cette évidence en faisant croire à l’opinion publique nationale et internationale qu’il n’en était rien.

-Considérant le sentiment d’humeur de plus en plus explosif au sein de la communauté musulmane contre ce personnage dont elle désavoue fortement la légitimité au sein de cette plate-forme dont elle réclame a corps et à cri la démission ;

Fort de ce qui précède et dans le souci de pervers un cadre de dialogue plus dynamique entre les différentes confessions religieuses de notre pays fonde sur un dialogue franc et un discutions religieux plus apaise pour la cohésion sociale et la consolidation de la paix, nous Imams et Présidents des Association Islamique signataire du présent mémorandum.

-Exprimons notre désaveu à l’ égard de l’Imam OMAR KOBINE en sa qualité de représentant des musulmans au sein de cette plate-forme tripartite de dialogue interreligieux.

-Désignons Monsieur WALIDOU MODIBO Bachir, Imam adjoint de la Mosquée centrale de Bangui en qualité du représentant légitime de la communauté musulman de Centrafrique au sein de la plate-forme tripartite du dialogue interreligieux ;

Fait à Bangui,



EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements