Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique: La nécessité d'une 3ème Transition


Alwihda Info | Par FPRC - 27 Août 2015 modifié le 27 Août 2015 - 11:15


Conférence de presse entre les responsables de SÉLÉKA et des Antis-Balaka juste après la signature de l’accord de Paix à Nairobi (Kenya) pour la 3ème transition en Centrafrique
Conférence de presse entre les responsables de SÉLÉKA et des Antis-Balaka juste après la signature de l’accord de Paix à Nairobi (Kenya) pour la 3ème transition en Centrafrique
La République Centrafricaine (RCA) a connu ces dix dernières années, des régimes dont la gestion a précipité l’effondrement de l’État et la marginalisation des populations. Les séquelles des dictatures sanguinaires qui ont caractérisé les pouvoirs successifs sont encore très présentes pour que nous puissions tous ignorer les ravages d’une telle gestion autocratique. Notre engagement tient d’une réalité douloureuse et profonde qui continue de nourrir notre ambition : se donner des moyens pour agir là où ça compte pour la Centrafrique.

Si le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) -LES EX-SELEKA avaient pris les armes, c’était principalement pour répondre aux préoccupations de la société qui ne demandaient rien que le changement et la justice sociale. Nous avons mis fin aux régimes tortionnaires et l’histoire est encore fraiche dans notre mémoire collective.

Aujourd’hui, nous venons rafraichir la mémoire de tous les acteurs de la crise centrafricaine que notre casernement n’est ni une faiblesse, ni un renoncement. Nous avons une vision et une ambition pour notre pays la République Centrafricaine et continuerons à combattre toute forme d’exclusion, de marginalisation, de dictature naissante.

Nous savons que l’antagonisme entre les EX-SELEKA et les ANTIS BALAKA avait créé une fracture sociale dont les conséquences éloignaient les uns les autres d’un processus réel de construction d’une nation démocratique, libre, solidaire et offrant les opportunités d’épanouissement et de développement à chaque centrafricaine et centrafricain.

Au regard des incidents et d’actes d’incivismes ayant causés des pertes en vies humaines et des destructions d’infrastructures de base, les EX-SELEKA étant une composante de la société centrafricaine, ne pouvaient nullement

hypothéquer le processus de reconstruction de notre pays, moins encore, instaurer un régime ou des formes de gouvernance qu’ils décrient. De ce fait, nous restons constants et logiques dans notre combat.

Les accords signés à Nairobi entre les ANTIS-BALAKA et les EX-SELEKA (réf. photo ci-dessous) est la suite logique d’une politique d’ouverture, de reconnaissance mutuelle et de coexistence pacifique. Les termes et l’esprit de ces accords ont été négociés entre protagonistes et en présence des acteurs nationaux et internationaux. À ce titre, ils sont des acteurs et témoins de l’engagement pris par les uns vis-à-vis des autres pour:

1. Créer des conditions réelles d’une gestion consensuelle de l’État

2. Contribuer à la mise en place des institutions de transition et savoir s’en servir

3. Mobiliser les intelligences et les ressources pour l’atteinte des objectifs affichés

4. Susciter une meilleure prise en charge des attentes des uns vis-à-vis des autres

5. Bâtir un cadre de référence et veiller à son application

6. Traduire en acte, les accords signés

7. Consentir et agir pour le retour réel de la Paix sur le territoire national

8. Promouvoir les acquis d’une Paix négociée et chèrement acquise.

9. Permettre le retour assisté sur le territoire national de tous les réfugiés centrafricains

10. Faciliter l’enrôlement et la participation de chaque citoyen centrafricain à l’exercice de sa citoyenneté, de ses droits et devoirs envers son pays

11. Agir pour des élections apaisées, crédibles et ouvertes

12. Rassurer les protagonistes de la fiabilité et de la viabilité du processus en cours

13. Contribuer de manière significative au processus de Réconciliation Nationale

14. Mettre un terme à la campagne de diabolisation et de suspicion

15. Travailler la main dans la main pour bâtir une nation ouverte à toutes et à tous

16. Faire des protagonistes, des témoins privilégiés, acteurs et agents du changement souhaité,

17. Sécuriser nos frontières et faciliter la libre circulation des biens et des personnes.

De tout ce qui précède, les accords de Nairobi, demeurent le seul cadre défini par les protagonistes de la crise Centrafricaine d’une part et les partenaires internationaux, d’autre part, pour mieux atteindre les objectifs affichés par les uns et les autres, pour la démocratisation et le retour d’une Paix Durable tant souhaitée par la majorité silencieuse en République Centrafricaine.

À toutes celles et tous ceux qui veulent le pouvoir pour le pouvoir, il convient de leur rappeler que l’engagement pris par les EX-SELEKA devant les acteurs internes et externes ne restera pas lettre-morte. Pour nous la nécessité d’une 3ème Transition s’impose par elle-même. Nous y travaillons déjà depuis que nos troupes et les politiques qui les accompagnent ont pris seuls la résolution de faire taire les armes.

Aux politiciens d’hier, le temps de reniement des signatures appartient désormais au passé. Nous EX-SELEKA, agissons aujourd’hui pour préserver les acquis et les avancées dans la recherche de la Paix par les protagonistes d’hier qui ont décidé de devenir partenaires pour la reconstruction de la République Centrafrique. La société civile est aussi un partenaire majeur dans ce processus et les accords de Nairobi en témoignent.

La 3ème Transition ne sera pas l’occasion tant rêvée de partage de pouvoir, mais bien au contraire, la période ultime pour tourner enfin la page sombre de l’histoire de la Centrafrique. Nous, les EX-SELEKA sommes en action aujourd’hui pour mieux bâtir demain ensemble. Nous avons négocié la Paix, mais notre engagement envers la Centrafrique ne se négociera pas. Nous en appelons à l’application des ACCORDS DE NAIROBI, parce qu’il y va de l’intérêt supérieur de notre nation.

Un bon projet de société commence toujours par l’élimination de la pauvreté, qui passe absolument par l’investissement dans l’éducation, la santé, la Sécurité et les services sociaux. Or tous ses éléments sont possibles que si et seulement si la Sécurité du peuple est assurée sur l’étendue du territoire national.

Tant que les problèmes cruciaux et fondamentaux à la crise centrafricaine, en particulier la Sécurité, le retour assisté de tous les réfugiés sans exception et la Réconciliation entre le peuple centrafricain ne sont pas réglés, les élections du 18 octobre prochain programmées à la malienne ne seront qu’une bombe à retardement pour la RCA.

D’ailleurs il est permis de se demander sur quelle base, cette date du 18 octobre a été retenue?

GRIMARI (RCA)
Coordination Politique FPRC- EX-SELEKA



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements