Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Centrafrique : Le KNK alerte sur l'insécurité et les troubles


Alwihda Info | Par Bertin BEA - 10 Mai 2017 modifié le 10 Mai 2017 - 20:47


Le second tour du scrutin présidentiel Français vient d’être remporté par Monsieur Emmanuel MACRON, le candidat du Mouvement « En Marche ! » avec un score de 66,06°/° des suffrages.

Ainsi, ce dernier présidera aux destinées de la France pour les cinq années à venir.

Le Président-Fondateur, Son Excellence François BOZIZE YANGOUVONDA, le Bureau Politique ainsi que les organes connexes de notre formation politique adressent leurs vives et chaleureuses félicitations au plus jeune Président de l’histoire de la Vème République.

Notre formation politique fonde l’espoir que l’élection de Monsieur MACRON puisse contribuer à jeter les bases d’un nouveau type de coopération entre la France et le continent Africain.

Dans le cas spécifique de la République Centrafricaine, notre Pays traverse une crise multidimensionnelle depuis plus de trois ans en dépit de l’important dispositif des forces onusiennes et du retour à l’ordre constitutionnel à la suite des élections générales de 2016.

Sur le terrain, l’insécurité métastase tant à Bangui que dans l’arrière-pays notamment, dans le Nord-Ouest et à l’Est où sévissent les groupes armés.

Dans le souci d’endiguer cette insécurité, les autorités Centrafricaines viennent d’ouvrir un nouveau round de négociations avec les groupes armés depuis le mois dernier.

Dans la même période, Monsieur Nouredine ADAM, responsable du FPRC, vient de procéder à la restructuration de son mouvement et à des nominations de responsables dans des postes de Gendarmerie et de police ainsi que ceux chargés de la collecte des taxes dans les zones sous son contrôle. Cette option, faut-il le rappeler, s’inscrit dans la droite ligne du projet insensé de partition de la République Centrafricaine.

Sans préjuger du résultat des discussions en cours sur le programme DDRR, le KNK réitère son indéfectible attachement aux vertus d’un dialogue politique le plus large et inclusif possible comme la meilleure voie de sortie de crise.

Pour le Bureau Politique,

Honorable Bertin BEA,
Secrétaire Général du KNK,
Parlementaire Panafricain,
Ancien Ministre.