Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POLITIQUE

Centrafrique : Le gouvernement largement désavoué de l'étranger


Alwihda Info | Par kodegue guy simplice - 2 Avril 2013 modifié le 2 Avril 2013 - 20:20

LES CENTRAFRICAINS DE L'ETRANGER REJETTE LE GOUVERNEMENT TIANGAYE 2 EN PRELUDE AU SOMMET DE DJAMENA ET REITERE L'EXIGENCE DE LA CONVOCATION DE LA CONFERENCE NATIONALE SOUVERAINE


LES CENTRAFRICAINS DE L'ETRANGER DENONCENT LA CADUCITE DES ACCORDS DE LIBREVILLE

Centrafrique : Le gouvernement largement désavoué de l'étranger
DIASPORA CENTRAFRICAINE Communique de presse N°2 Gouvernement TIANGAYE 2

Suite à la publication du premier Gouvernement du Président auto proclamé Michel Am Droko DJOTODJIA,la Diaspora centrafricaine tient à faire les mises aux points suivantes :

1. Alors que la RCA traverse une grave crise multiforme, les nouvelles autorités ne trouvent mieux à faire que de procéder à des remerciements à l'effort de guerre en leur sein, ce qui est aux antipodes des profondes aspirations actuelles du peuple centrafricain qui n’a besoin d'un tel gouvernement qui est de surcroit pléthorique.
2. suite aux premières intentions du Président de légiférer par ordonnance en concertation avec Maître Nicolas TIANGAYE bafouant ainsi les principes élémentaires de la démocratie.
3. Ce gouvernement à fort relent régionaliste et tribaliste n'est pas le fruit d'un véritable consensus national. Il ne reflète aucunement l'équilibre régional et géopolitique indispensable à la cohésion nationale, lequel équilibre constituait le point d'achoppement entre SELEKA et le président déchu.
4. La présence dans ce gouvernement des personnalités de nationalité étrangère, est sujette à caution de même que son ossature qui étrangement présente les mêmes similitudes que celles du Président déchu
En conséquence la Diaspora centrafricaine:


· réitère avec force et détermination la convocation urgente de la conférence nationale souveraine sans laquelle aucune issue durable ne sera trouvée à la crise que traverse la RCA,
· relève que la résolution de la crise centrafricaine n'est exclusivement réservée aux participants cooptés pour les accords de Libreville et une nouvelle démarche dans cette direction est suicidaire,
· considère la caducité des accords de Libreville exception faite cependant des dispositions interdisant aux acteurs de la transition de prendre part aux prochaines élections
· se félicite que la communauté internationale s'aligne derrière ses prises de positions et l'exhorte à s'impliquer pleinement pour la convocation urgente de la conférence nationale souveraine
· déclare qu'en prenant acte du changement intervenu le 24 mars 2013 reste vigilante jusqu'au rétablissement d'un processus démocratique préalable à un retour à l'ordre constitutionnel rapide
Une fois de plus les centrafricains de l'étranger, lancent un appel solennel aux Chefs d'États de la CEEAC, à l'Union Africaine, aux Nations Unies et particulièrement son Secrétaire Général, à la France, aux Etats Unies D'Amérique d'accompagner le peuple centrafricain pour l'amorce d'une sortie de crise durable.

Fait à Paris le 01 avril 2013 Pour le Comité Ad hoc de la Diaspora LE PRESIDENT Guy Simplice KODEGUE



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 30 Novembre 2015 - 14:55 Cameroun :Députés et Sénateurs sous pression

Lundi 21 Mars 2016 - 17:13 Cameroun : La société civile menace