Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : Les forces révolutionnaires demandent le départ de Djotodia


Alwihda Info | Par Abdou Baya - 3 Mai 2013 modifié le 3 Mai 2013 - 12:51


Nelson Ndjadder, Président des FRD.
Nelson Ndjadder, Président des FRD.
Communiqué de presse des F.R.D

Peuple centrafricain,

Nous vous avons alerté à plusieurs reprises quant à l’incapacité de M. DJOTODIA à diriger notre pays. Après avoir démontré son incompétence à manager les troupes de la SELEKA, ainsi que ses alliés Tchadiens et Soudanais auteurs des exactions multiples observées dans le pays depuis sa prise de pouvoir, le Chef de l’Etat vient encore de témoigner de son irresponsabilité face à la situation économique désastreuse que nous traversons.

Les informations que nous avons reçu font état d’extorsion de fonds destinés aux impôts auprès de commerçants libanais, d’un montant de 700 millions de francs CFA. Des mêmes sources, il nous est rapporté des pressions exercées sur ces mêmes commerçants, leur imposant de meubler à leurs frais la résidence présidentielle du camp militaire « camp de roux », situé à côté du palais.

De plus, le Chef de l’Etat s’est permis d’utiliser les fonds destiné à la démobilisation, désarmement et au recasement des rebelles pour payer les fonctionnaires.

Dans un contexte d’insécurité grandissante justifié par le non respect des engagements de M. DJOTODIA vis-à-vis de ses alliées qui ont décidé de se rémunérer eux même dans les poches des civils, nous en voulons pour preuve la multitude de témoignages recueillis à la suite des agressions, attaques et pillage des commerces qui se déroulent en ce moment à Bangui et dans l’arrière pays. Nous trouvons cette décision inadaptée et contre productive pour le pays. Ce comportement du Président de la République nous prouve une fois de plus que sa priorité n’est pas la protection et la sécurisation du peuple et de ses biens, mais plutôt de calmer un éventuel soulèvement d’une partie de son électorat futur.

Par ailleurs, les Forces Révolutionnaires pour la Démocratie (F.R.D) dénoncent la cupidité et le voyeurisme qui caractérise l’actuel dirigeant de Bangui et réclament aux Chef de l’Etat des explications sur la destination empruntée par l’argent pris aux commerçants libanais. Nous voulons mettre en garde M. DJOTODIA et toute l’équipe gouvernementale quant à toute tentative de détournement des deniers publics, ainsi qu’à la démobilisation des opérateurs économiques suite au raquettage dont ils font l’objet.

Dans ce contexte de morosité économique et de tension sociale, nos dirigeants devraient tout faire pour attirer les investisseurs et protéger les opérateurs économiques présents, afin de redonner espoir à une population désœuvrée, qui ne peut retrouver la vie et l’épanouissement que par le travail que procurerait ces entrepreneurs aujourd’hui déstabilisés par les méthodes inappropriées et indélicates de ceux qui gouvernent.

Le Président DJOTODIA et ses ministres sont donc incorrects, incapables de s’imposer des règles élémentaires de bonne gouvernance et d’exemplarité ; et surtout il n’a pas de solutions à proposer pour le redressement économique de notre pays. Il est évident que nous avons à la tête du pays un homme qui n’a aucune intention de quitter le pouvoir une fois la transition terminée, et qui se prépare à s’imposer aux centrafricains par la force.

Nous invitons donc le peuple centrafricain, tous les partis politiques d’opposition, tous les mouvements politico-militaires, les représentants de la société civile, ainsi que toutes les forces vives de la nation et la communauté internationale, à se joindre à nous pour demander le départ inconditionnel et immédiat du pouvoir de M. DJOTODIA.

Le peuple centrafricain doit dorénavant regarder vers l’avenir, un avenir qui se conjuguera avec lui au premier plan des préoccupations de la direction du pays, car il aura le choix à travers des élections libres et transparentes de désigner ceux qui doivent le gouverner, et non de subir de dictat de personnalités imposées par la force et qui n’ont aucune considération de ses désirs.

Le défi que nous devons relever tous ensemble est de bâtir une Centrafrique forte économiquement, militairement, diplomatiquement et socialement stable. Une Centrafrique où il fait bon vivre, où les jeunes ont un avenir garanti, où les droits des femmes et de l’homme en général sont respectés. La Centrafrique de demain est une République exemplaire, où la cupidité des dirigeants sera rigoureusement sanctionnée, car les dirigeants d’une nation doivent servir le peuple et non se servir dans le peuple. Nous voulons une Centrafrique où le développement durable prendra tout son sens, car nous observons qu’aujourd’hui il n’y a pas de prospective dans les projets annoncés, l’improvisation est de mise dans nos administrations, les solutions proposées dans la plupart des cas sont tournées vers le court terme.

M. DJOTODIA et son équipe sont en train de démontrer aux yeux des centrafricains qu’ils ne peuvent pas rentrer dans une telle vision du redressement voire du développement de notre pays, raison pour laquelle vous voulons qu’ils cèdent la place à une équipe plus vigoureuse, plus dynamique, et surtout plus consciente des enjeux actuel d’une gestion transparente de l’argent public et d’une gouvernance correcte.

Les Forces Révolutionnaires pour la Démocratie (F.R.D) se posent donc en alternative crédible pour redonner à la Centrafrique ses lettres de noblesse en lui permettant de retrouver une place de choix dans le concert des nations en voie de développement dans un horizon très proche.

Que Dieu bénisse la Centrafrique
Fait à Paris le 02/05/2013
François Nelson NDJADDER
Président des Forces Révolutionnaires pour la Démocratie



Dans la même rubrique :
< >

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements