Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POLITIQUE

Centrafrique : Mémorandum des conseillers nationaux musulmans


Alwihda Info | Par Kolostre ABDOULAYE DJONGO - 6 Avril 2015 modifié le 6 Avril 2015 - 22:16


MEMORANDUM


MEMORANDUM
NOUS CONSEILLERS NATIONAUX DE LA COMMUNAUTE MUSULMANE ET RESSORTISSANTS DES PREFECTURES DE LA VAKAGA, DE LA BAMINGUI-BANGORAN, LA HAUTE KOTTO, LA OUAKA ET LA VILLE DE BANGUI.
ATTACHES A NOTRE DEVISE NATIONALE QUI EST UNITE-DIGNITE-TRAVAIL
CONSIDERANT LES PRINCIPES FONDAMENTAUX DES DROITS HUMAINS CONSACRES DANS LES DIFFERENTS TRAITES ET ACCORDS INTERNATIONAUX DUMENTS RATIFIES PAR NOTRE PAYS
CONSIDERANT LES BASES FONDAMENTALES DE LA SOCIETE TELLES QUE DEFINIES DANS LA CHARTE CONSTITUTIONNELLE DE TRANSITION
CONSIDERANT LE CARACTERE SACRE ET INVIOLABLE DE LA PERSONNE HUMAINE
CONSIDERANT LA CRISE PROFONDE AYANT ENGENDRE UN CONFLIT POLITICO-CONFESSIONELLLE OUVERT,
CONSIDERANT LA SITUATION PRECAIRE DE LA COMMUNAUTE MUSULMANE DE CENTRAFRIQUE CONTRAINTE A L’EXIL, OU ISOLEE DANS LES ENCLAVES
CONSIDERANT L’INJUSTICE SOCIALE, L’EXCLUSION ET LA MARGINALISATION CARACTERISEE PAR LA SOUS REPRESENTATION DE LA COMMUNAUTE MUSULMANE DANS LA VIE POLITIQUE, PRATIQUEE DANS L’ADMINISTRATION FONDEE SUR LES NOMS MUSULMANS DANS L’OBTENTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS.
CONSIDERANT LA HAINE ET L’ISLAMOPHOBIE ERIGEE EN ARME DE LUTTE POLITIQUE DANS LES EGLISES CHRETIENNES EN CENTARAFRIQUE.
CONSIDERANT LES DESTRUCTIONS ET L’ACCAPAREMENT DES IMMEUBLES ET PROPRIETES FONCIERES DE LA COMMUNAUTEE MUSULMANE CONTRAINTE A L’EXIL OU ISOLEE DANS LES ENCLAVES.
CONSIDERANT LA CONVERSION PAR LA FORCE DES MUSULMANS AU CHRISTIANIME LE CHANGEMENT DES NOMS ET LA STIGMATISATION DES ENFANTS, ELEVES ETUDIANTS.
CONSIDERANT LA CONVOCATION PRECIPITEE DU CONSEIL NATIONAL DE LA TRANSITION POUR L’EXAMEN DE L’AVANT PROPOSITION DE LA NOUVELLE CONSTITUTION.
RECOMMANDONS
LA PACIFICATION DES ZONES DE CONFLITS, L’APPUIS AU RETOUR DES EXILES, DEPLACES INTERNES DES ENCLAVES OU REFUGIES,
LA PRISE EN COMPTE DANS LA NOUVELLE CONSTITUTION DES SOLUTIONS POLITIQUES ET INSTITUTIONNELLES AUX INJUSTICES ET EXCLUSIONS AFIN DE CONSOLIDER L’UNITE ET LA CONCORDE NATIONALE PAR :
- REPARTITION DES FONCTIONS DE RESPONSABILITES POLITIQUES, INSTITUTIONELLES ET ADMINISTRATIVES EN TENANT COMPTE DE LA MINORITE RELIGIEUSE MUSULMANE PERSECUTEE.
- L’INTERDICTION DE CUMUL DE FONCTIONS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, DU PREMIER MINISTRE, DU PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE PAR UNE REGION, UN PARTI POLITIQUE, OU PAR DES PERSONNALITES APPARTENANT AU MEME GROUPE RELIGIEUX.
- LA NOMINATION AUX POSTES DE RESPONSABILITES EN TENANT COMPTE DES REGIONS.

LA CONDAMNATION A DES SANCTIONS ADMINISTRATIVES OU PENALES DES AUTEURS ET COMPLICES DE DISCRIMINATION ET STIGMATISATION AU REGARD DES NOMS MUSULMANS.
L’EGAL ACCES ET TRAITEMENT EQUITABLE DANS LES ADMINISTRATIONS, LES ETABLISSEMENTS PUBLICS ET DANS LES ENTREPRISES PRIVEES.
L’AFFIRMATION DE LA LAICITE DE L’ETAT PAR LE RESPECT EQUITABLE DES FETES RELIGIEUSES CHRETIENNES ET MUSULMANES, DES LIEUX DE CULTES ET SEPULTURES.
LE RESPECT DU DROIT DE PROPRIETE PAR LA RESTITUTION SANS CONDITION DES IMMEUBLES ET PROPRIETES FONCIERES AUX AYANTS DROIT.
LE RESPECT DE LA LIBERTE DE CULTE, D’OPINION, DE LA DIGNITE HUMAINE ET DES NOMS MUSULMANS DANS LA SOCIETE.
LE SURSIS DE L’EXAMEN DE L’AVANT PROPOSITION DE LA CONSTITUTION DANS LA PERSPECTIVE DE PRENDRE EN COMPTE LES RESOLUTIONS DU FORUM DE BANGUI ET DONNER UNE CHANCE REELLE A LA REFONDATION DE L’UNITE NATIONALE.
DEPLORONS LES ACTES DE VIOLENCES ET D’ASSASSINATS PERPETRES SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERITOIRE NATIONALE.
RECLAMONS JUSTICE ET REPARATION DES VICTIMES.
RECLAMONS LE RETABLISSEMENT IMMEDIAT SANS DELAIS DES SALAIRES DES FONCTIONNAIRES CIVILS ET MILITAIRES DE LA COMMUNAUTEE MUSULMANE ET CHRETIENNE N’AYANT PAS PRIS SERVICE POUR RAISON DE SECURITE. VICTIMES CHRETIENES ET MUSULMANES.
ADRESSONS NOS CONDOLEANCES LES PLUS EMUES A TOUS LES PARENTS DES
DENONCONS L’INSTRUMENTALISATION EXCESSIVE DU CARCATERE RELIGIEUX DE LA CRISE EN RCA QUI EST LAIC ET INDIVISIBLE.
DENONCONS LA NEGLIGENCE PAR LE GOUVERNEMENT DES REVENDICATIONS A L’ ORIGINE DES MOUVEMENTS REBELS, SUR LA QUESTION DE L’EXCLUSION DE L’INJUSTICE SOCIALE DANS L’ADMINISTRATION CENTRAFRICAINE.
APPELONS LES COMMUNAUTES CHRETIENNE ET MUSULMANE A LA COHESION NATIONALE ET A LA COHABITATION PACIFIQUE
APPELONS L’ATTENTION DE LA MISSION SANGARIS SUR LE PRINCIPE DE LA NEUTRALITE ET D’UN DESARMEMENT SANS COMPLAISANCE EN RESPECTANT SCRUPULEUSEMENT L’ESPRIT ET


LA LETTRE DES RESOLUTIONS DU CONSEIL DE SECURITE DES NATIONS-UNIES AFIN DE PRESERVER L’UNITE NATIONALE.
APPELLONS L’ATTENTION DE LA COMMUNAUTE NATIONALE ET INTERNATIONALE SUR LES RISQUES QUI POURAIENTT INTERVENIR APRES LA NON PRISE EN COMPTE DES CAUSES DES CONFLITS RECURRENTS ET DU CONTENU DU PRESENT MEMORANDUM.
APPELLONS LA COMMUNAUTEE NATIONALE ET INTERNATIONALE A S’INVESTIR A TROUVER UNE SOLUTION APPROPRIEE A L’EXCLAVAGISME SEXUELLE DES FEMMES PEUHLES ET A APPORTER DES SOLUTIONS IDOINES POUR LEUR RELOCALISATION DANS LES ZONES QUI LEURS SONT FAVORABLES POUR APPAISER LE CLIMAT SOCIAL DELETAIRE ENTRE LES COMMUNAUTES.


FAIT A BANGUI LE 23 FEVRIER 2015

ONT SIGNE:

KOLOSTRE ABDOULAYE OUMAR ZACKARIA ABDRAHAMAN

OUMAR GARBA MAHAMAT ZAKARIA

NAHORDJI DJAZEM JOSEPH DJOUMA JOSEPHAT

MOUKADAS NOUR DJAMANE MARCEL

YOUSSOUF HILAIRE MODAT FIDEL

ROUDOUAN MOUSSA DJARAS ABDALLAH DJABALAT

ZARA THOM GOBI LOUIS ALBERT

MAHAMAT SAID ABDOULAYE ABDOULAYE TIDJANI

KODAMI BARAMA IDRISS MALOUM

OUANGRAMALET BERNARD ABAKAR KALTIMI

HAMIDOU ABOUKAR OUMAR GONI BOUKAR

ABDEL AZIZ AHMAT MOUSSA GREBAYE

ABDELKADER GUIMIR




AMPLIATIONS :
- SE MADAME LE CHEF DE L’ETAT DE LA TRANSITION ;
- MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION
- MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE CHEF DU GOUVERNEMENT DE TRANSITION;
- S E MONSIEUR L’AMBASSADEUR DE FRANCE ;
- S E MONSIEUR L’AMBASSADEUR DES ETATS UNIS D’AMERIQUE
- S E MONSIEUR L’AMBASSADEUR DU CONGO
- S E monsieur L’AMBASSADEUR DU TCHAD
- S E MONSIEUR L’AMBASSADEUR DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
- S E MONSIEUR L’AMBASSADEUR DE LA GUINEE EQUATORIALE
- S E MONSIEUR L’AMBASSADEUR DE LA RPUBLIQUE DU CAMEROUN
- S E MONSIEUR L’AMBASSADEUR DU SOUDAN
- S E MONSIEUR LE MEDIATEUR INTERNATIONAL DE LA CRISE CENTRAFRICANE ;
- S.E MONSIEUR LE RESPRESENTANT SPECIAL DU SECRETAIRE GENERAL DES NATIONS- UNIES ;
- S E MONSIEUR LE PRESIDENT EN EXERCIE DE LA CEEAC
- S.E MONSIEUR LE REPRESENTANT DE L’UNION AFRICAINE ;
- S.E MONSIEUR LE REPRESENTANR DE L’UNION EUROPENNE ;
- S E MONSIEUR LE REPRESENTANT DU SECRETAIRE GENERAL DE LA CEEAC
- S E MONSIEUR LE REPRESENTANT DU MEDIATEUR INTERNATIONAL DE LA CRISE CENTRAFRICANE
-S E LE REPRESNTANT SPECIAL DU MEDIATEUR INETERNATIONAL
- MONSIEUR L’ARCHEVEQUE DE BANGUI ;
- MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE ISLAMIQUE CENTRAFRICAINE ;
- MONSIEUR L’IMAM DE LA MOSQUEE CENTRALE ;
- MONSIEUR LE REVEREND PASTEUR DES EGLISES EVANGELIQUE
 



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 30 Novembre 2015 - 14:55 Cameroun :Députés et Sénateurs sous pression

Lundi 21 Mars 2016 - 17:13 Cameroun : La société civile menace