Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : Nicolas Tiangaye entre le marteau et l'enclume


Alwihda Info | Par Fanny Minao N'diaye - 11 Avril 2013 modifié le 11 Avril 2013 - 19:22


Centrafrique : Nicolas Tiangaye entre le marteau et l'enclume
Fanny Minao N'Diaye

Il est rentré à Bangui ce matin de Paris, en ayant reçu sur la tête le coup de marteau de Bamako.
Comprendre une résolution des membres de l'OIF, l'Organisation internationale de la francophonie, datant de 2000 et prise à Bamako, interdisant les prises de pouvoir par la force (1).
Et à peine le pied posé sur le sol national qu'il se prend en pleine face l'enclume.
Résumant le bilan de Paris, à savoir suspension de la Centrafrique de l'OIF jusqu'au 28 Juin prochain, et sous conditions de normalisation de la démocratie; il ne put éviter le feu des questions de la presse sur les urgences du moment.
Et fidèle à ses bonnes habitudes, il a botté en touche.
Notamment sur LA QUESTION cruciale préoccupant les centrafricains : LES SALAIRES C'EST POUR QUAND ?

Réponse : "Vous savez je suis allé à Paris pour discuter des questions de la francophonie, je viens d'arriver, je ne peux pas répondre à cette question."

FERMEZ LE BAN !

© Avril 2013 LNC

(1) La Déclaration de Bamako :
http://democratie.francophonie.org/article.php3?id_article=249


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements