Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Informations

Centrafrique: Nouveau massacre de ressortissants tchadiens par les pro Bozizé


Alwihda Info | Par - 25 Décembre 2013 modifié le 25 Décembre 2013 - 07:28

Ce nouveau massacre intervient quelques heures après l'appel de l'ancien président centrafricain à tuer les ressortissants tchadiens. Dans un communiqué de presse du FROCCA parvenu à Alwihda, le mouvement de Bozizé affirme soutenir les Anti-Balaka dans ce qu'il appelle la lutte de libération .


Les anti-Balakas soutenus par l'ancien général François Bozizé ont lancé une attaque avec de roquette à Gobongo sur un véhicule transportant des ressortissants tchadiens composés de femmes, de vieillards et des enfants, en fuite vers Ndele. L'attaque a fait environ 47 morts et plusieurs blessés. Le camion a été pulvérisé alors qu'un deuxième camion aurait été touché par plusieurs balles faisant septs morts et une dizaine de blessés. Interrogé par la presse, le colonel Narkoyo, ancien porte-parole militaire de la Séléka a reconnu le fait. Ce nouveau massacre intervient quelques heures après l'appel de l'ancien président centrafricain à tuer les ressortissants tchadiens. Dans un communiqué de presse du FROCCA parvenu à Alwihda, le mouvement de Bozizé affirme soutenir les Anti-Balaka dans ce qu'il appelle la lutte de libération . "Nous ne pouvons accepter d’être réduits à des orduriers pantins à la solde du premier venu ... nous apportons notre total soutien à la lutte de libération de notre pays des djandjaouis, islamistes tchadiens, soudanais et autres mercenaires mis à la disposition du FARE et de la séléka pour mettre à néant notre Constitution et la volonté du peuple exprimée lors des dernières élections", affirme le Président déchu François Bozizé, aujourd'hui en exil en France. Le nombre de tchadiens massacrés par les forces Anti-Balaka appartenant au général Bozizé dépasse les 1000. En reconnaissant clairement son implication dans les massacres des ressortissants tchadiens, et en lançant des appels au meurtre, le général Bozizé doit désormais s'assumer. Il doit se préparer à répondre devant les instances juridictionnelles internationales. Le Tchad qui est intervenu en Centrafrique dans le cadre de la MISCA et à la demande des pays africains et de l'ONU, est victime d'une campagne de dénigrement orchestrée par des forces médiatiques. Pour apaiser la situation, le Tchad a décidé de retirer ses forces et a annoncé l'établissement d'un pont aérien sur l' aéroport international de Bangui M'Poko pour le rapatriement de ses ressortissants.

Mahamat Ramadane
Journaliste-reporter Alwihda Info. Tél : +(235) 63 38 40 18 En savoir plus sur cet auteur

EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements