Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Centrafrique : Position par rapport au Forum de Brazzaville


Alwihda Info | Par Léon Kidjimalé Grant - 12 Juillet 2014 modifié le 12 Juillet 2014 - 03:21


Par : Léon Kidjimalé Grant

Bonjour Chers Compatriotes,
 
J'avoue que les deux attitudes - d'aller ou non à Brazzaville le 21 au 23 juillet2014 prochain, me laissent perplexes. Les deux sont parfaitement défendables. Aussi, faut-il en laisser le choix et la liberté aux uns et aux autres. Ce n'est pas le fait que ce forum se déroule ou non à Bangui ou à Brazzaville qui est essentiel. Mais c'est ce qui sera décidé pour ou contre nos intérêts et notre souveraineté qui est à considérer.
 
Un frémissement s'est produit chez les responsables politiques, religieux et associatifs. Ils ont été capables de se réunir à Bangui, à la F.a.t.e.b. pour arrêter une ligne de conduite rendue publique. En revanche, les tenants du voyage à Brazzaville ont dû quitter la salle. L'unanimisme (ou l'unanimiste) n'a jamais été mon école ou ma tasse de thé. C'est la dualité qui est féconde.
 
 Aussi, je pense que les deux équipes ont un seul point en commun : les intérêts vitaux de la R.C.A. Le rejet des accords de N’Djamena et la caducité de celui de Libreville. Ceux qui y vont, porteront donc le message de ceux qui n'y vont pas. Voilà le tour de force. Message centré autour de nos intérêts vitaux et pour la défense de l'avenir des centrafricains.
 
Surtout que personne ne brade l'avenir du pays pour un plat de lentilles ( la tentation habituelle de certains pour les entretiens dits privés avec Monsieur Sassou-Nguesso pour, en réalité, quémander une somme d'argent va aussi être du voyage ou en est la cause!, de toute façon tout finira par se savoir...). Il faut aller à cette rencontre, qui , semble- t-il, accueillera aussi M. Djotodia et sa bande, pour affirmer très fortement que les critères de choix sur la base religieuse ou ethnique sont désormais terminés. Mais les régions et la compétence seules sont retenues pour sélectionner les femmes et les hommes, membres des équipes dirigeantes du pays.
 
Bref je défends l'idée suivante : deux équipes mais un seule message. Rien n'empêche ceux qui se rendront à Brazzaville de garder le contact avec l'aile dure restée à Bangui... Nous avons là aussi, une occasion de prouver notre maturité en fusionnant « les éléments contraires » !
 
LGK.