Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
COMMUNIQUE

Centrafrique : Pour une libération sans condition des journalistes incarcérés


- 22 Avril 2014 modifié le 22 Avril 2014 - 03:57


Marie-Reine Hassen, Présidente du MRC.
Marie-Reine Hassen, Présidente du MRC.
LE MOUVEMENT POUR LE RASSEMBLEMENT ET LE CHANGEMENT (MRC-Centrafrique)
 
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
 
Le Mouvement pour le Rassemblement et le Changement (MRC-Centrafrique) et sa Présidente Marie-Reine Hassen, déplorent les poursuites engagées contre les journalistes Régis Zouiri, Patrick Stéphane Akibata, et Ferdinand Samba. Les deux premiers, respectivement directeur de publication du journal le Palmarès et du journal Le Peuple, sont détenus depuis plusieurs jours à la maison d’arrêt de Bangui tandis que le troisième, du journal Le Démocrate, est actuellement en fuite et recherché. Les journalistes sont sujets d’un mandat d’arrêt pour « incitation à la haine et à la révolte », « injure publique » et « outrage au chef de l’Etat ».
 
En Centrafrique, une ordonnance, prise le 22 avril 2005 garantit la liberté d’expression et dépénalise le délit de presse depuis près de 10 ans.
 
L’une des principales missions des autorités de transition étant de rétablissement de l’Etat de droit, elles devraient garantir aux médias le droit de fonctionner en toute sécurité et en toute liberté.
 
Il serait même fortement souhaitable que les nouvelles autorités favorisent l’activité des médias en République Centrafricaine.
 
Le MRC Centrafrique et sa présidente Marie-Reine Hassen demandent la levée des mandats d’arrêt contre les trois journalistes et la libération de ceux qui sont incarcérés.
 
Marie-Reine Hassen,
Présidente
 
Le 21 avril 2014


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements