Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Centrafrique : Si le M2R devait accéder au pouvoir ...


- 20 Janvier 2014 modifié le 20 Janvier 2014 - 09:03


KONGBO Elmar-Marcia
KONGBO Elmar-Marcia
Si le M2R devrait accéder au pouvoir, se référant au 10 Décembre 2012 date à laquelle les hordes de la Séléka ont déferlé tel un tsunami sur la République Centrafricaine, dévastant tout sur leur passage par des tueries sans pitié, des viols, des pillages, des profanations de lieux de culte, des destructions systématiques des infrastructures administratives, des villages ; le M2R s’adresserait au peuple centrafricain en ces termes:
 
Il est de tradition qu’après une catastrophe naturelle telle le tsunami ou le tremblement de terre pour ne citer que ces exemples, les populations victimes taisent tout clivage et s’unissent dans un élan de solidarité humaine pour triompher du malheur.
 
Les destructions, les violences de tout genre ainsi que les atrocités infligées sans pitié à toutes les populations et à l’administration de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national par les rebelles de la Séléka et autres milices armées sont assimilables à une catastrophe naturelle et par conséquent incitent à l’union nationale autour d’un seul idéal en l’occurrence la renaissance et la refondation de la république centrafricaine.
 
Les partis politiques doivent suspendre leurs activités partisanes sur une période de trois ans, pour neutraliser les rivalités stériles, promouvoir la réconciliation nationale, le mieux vivre ensemble et favoriser l’émergence d’une nouvelle citoyenneté et d’un militantisme de nouveau genre.
 
Il est urgent que les centrafricaines et les centrafricains dans un élan patriotique fassent preuve d’ingéniosité en s’inscrivant sur une plate-forme unitaire où ils mettront à contribution toutes leurs expertises, leurs expériences multi-sectorielles et pluridisciplinaires.
 
Les membres de cette plate-forme commune seront les artisans de la renaissance et de la refondation de la république centrafricaine.
 
Ces artisans nationaux veilleront à faire dégager de cette plate-forme une synergie formidable pour réduire tous les déficits dont la cohésion nationale a souffert. Le mouvement pour la renaissance et la refondation de la république centrafricaine s’inscrit dans cette dynamique rénovatrice et innovatrice.
 
La participation à cette plate-forme unique est un engagement patriotique et requiert l’abnégation !
 
Durant les secousses sismiques provoquées par la coalition rebelle Séléka, bon nombre de centrafricains ont pris d’assaut les blogs et autres supports médiatiques pour publier des analyses, partager des opinions, diffuser des communiqués en tout genre. Le moment est venu pour qu’ils se retrouvent sur une plate forme unique et offrent à la République Centrafricaine le code de réussite dont elle a besoin.
 
Il s’agira pour une période de transition et de trêve nationale convenue ensemble dans le cadre d’une concertation nationale méticuleusement organisée de :
 
  • Faire émerger une équipe avec un leadership ayant une solide expérience technique et politique, une probité morale pour conduire une gestion efficace du pays
  • Réaffirmer la forme républicaine et laïque de la République Centrafricaine dans une nouvelle Constitution adaptée au contexte de ce début de 21ème siècle.
  • Éduquer, informer et communiquer avec les populations; élever le sens civique ; former à la bonne compréhension, à l’adhésion active et au plein exercice des devoirs, des droits et libertés du citoyen.
  • Promouvoir nos valeurs traditionnelles, d’une part de solidarité, d’honnêteté, de justice, de travail, de respect de soi et de l’autre, de bravoure, de patriotisme et de fierté, différentes de l’orgueil et de la vanité.
  • Former au choix de la bonne méthode de travail, à la recherche de la qualité des résultats.
  • Éduquer aux principes d’obligation de rendre compte de ses actes et du respect du bien public. Un Code d’éthique sera adopté à cet effet.
  • Fonder toute acquisition, toute promotion sociale et professionnelle sur le mérite et la compétence.
  • Mobiliser les forces vives autour d’un programme concerté de relance du pays dans tous les secteurs. Fournir les moyens et apporter l’encadrement technique. La RCA doit disposer de tous les corps de métiers, pour rendre ses régions autonomes et attrayantes.
  • Promouvoir la régionalisation effective de l’administration et des activités de développement afin de rapprocher les communautés des théâtres de mise en œuvre du centre du pouvoir et de la prise de décision.
 
L’inventaire exhaustif des potentialités de chacune des régions est l’activité prioritaire qui permettra de définir le domaine de développement spécifique à chacune de ces régions, et convenir du plan et des mécanismes susceptibles de contribuer à la relance rapide et durable de l’économie.
 
Un accent particulier sera mis de principe et partout sur la relance de l’agriculture et l’élevage en visant deux objectifs : réaliser l’autosuffisance alimentaire sur l’ensemble du territoire national au bout de trois ans d’application du programme et financer les infrastructures de base (routes, écoles et structures sanitaires). Des centres de formation d’agents d’agriculture et d’élevage seront ré ouverts pour la formation des moniteurs d’agriculture et d’élevage avec pour mission d’encadrer les paysans des villages organisés en comité de développement.
 
Compte tenu du volume important des ressources à mobiliser pour financer l’ensemble du programme de la relance, il serait plus sage de procéder par étape en commençant par une application pilote sur quatre régions à choisir à l’Est, à l’Ouest, au Nord et au Sud par exemple.
 
Avec cette approche sera offerte l’opportunité de tester des projets de réformes institutionnelles ; la police et la gendarmerie pourraient être fondues en un seul corps relevant de l’autorité de chaque région et déployé en ville, sur les routes et en zone rurale.
 
L’armée restera la seule force nationale avec des missions précises à exécuter sans interférence.
 
Le fonctionnement de la Cour des Comptes sur la gestion de ces régions serait certainement à ajuster, la fiscalité également à réaménager…
 
Le développement de l’agriculture et de l’élevage et bien évidemment du réseau énergétique pour la transformation de ces produits fera l’avenir de notre pays ! C’est le socle et la colonne vertébrale de l’économie à construire. Il est temps de sortir des errements avec des choix politiques consolidés et une vision permettant de fixer des objectifs autour desquels les communautés nationales seront mobilisées pour améliorer leurs conditions de vie et assurer le développement du pays.
 
Il est temps de changer de cap. Vive la République !

KONGBO Elmar-Marcia
Commissaire Commandant de l’armée de terre
Fait à Bangui le 19 janvier 2014


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements