Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Centrafrique : Tiangaye VS Djotodia du sable dans le couscous


Alwihda Info | Par V.M - 18 Mai 2013 modifié le 18 Mai 2013 - 20:29


Centrafrique : Tiangaye VS Djotodia du sable dans le couscous
V.M

"Amis pour la vie" comme on l'entendait dans une chanson du dessin animé 'Le Roi Lion' ? Certainement pas.
Contraints de cohabiter ensemble malgré eux, fondamentalement ils ne s'apprécient pas.

La situation fait que les voilà embarqués dans un mariage forcé de raison.
Ils ne se sont même jamais appréciés déjà dans le passé.
Pour l'un, Michel Djotodia : Tiangaye est un 'hurluberlu', pour l'autre, Nicolas Tiangaye : Djotodia est un 'psychopathe'.
Les noms d'oiseaux fusent.

Et depuis quelques jours, c'est à qui fera le mieux pour être reconnu à l'international.
Nicolas Tiangaye jouissant d'une crédibilité bien assise en Occident, a choisi le chemin de l'ONU et hier en escale à Paris pour bien se faire connaître et trouver des appuis.
A Ban Ki-Moon le Sécrétaire général de l'ONU, le premier ministre centrafricain ne s'est pas gêné pour dire tout le mal qu'il pensait de la Séléka, qu'il rend responsable de tous les malheurs actuels en Centrafrique.
Et comme il était hier à Paris, il a dû réitérer le même discours.

Michel Djotodia lui, se sachant encore 'non grata' en Occident, joue la carte régionale.
Et lui aussi occupe le terrain, pour ne pas laisser seul Tiangaye sous les feux de la rampe.
A N'Djamena, avec le président Deby, c'était 'opération on s'aime toujours'. Ce qui n'a pas empêché Deby de lui redire de calmer les troupes. Ca donne une très mauvaise image.
Mais du Tchad, Djotodia en revient avec la garantie d'un envoi supplémentaire de 200 soldats tchadiens en RCA pour aider à la sécurisation du pays.
A Libreville, il était en terrain conquis, ami d'Ali Bongo, ce dernier le reçut avec tout le faste d'un chef d'Etat.
Et Bongo lui a promis aussi plus de soldats pour la FOMAC, mais aussi de l'argent.
C'est dans le même objectif qu'il est actuellement en Guinée équatoriale.
La visite au Cameroun que certains imprudemment annonçaient est reportée. Seul un accord de principe fut agréé, mais en suspension tant que Bozizé traînerait encore ses guêtres à Yaoundé.

En résumé, cette étrange situation de conflit à la tête de la Centrafrique met en avant d'anciens réflexes régionalistes.
Nicolas Tiangaye qui plaît tant aux occidentaux ne fait pas l'unanimité au sein du collège de la CEEAC. Jugé sans épaisseur, utopiste et pas politique.
Idriss déby le battait froid récemment lors d'une rencontre, et Sassou N'Guesso de même. Quant à Ali Bongo, il ne lui parle même pas.
En revanche, Michel Djotodia est jugé plus crédible politiquement.
Et le seul interlocuteur capable de ramener la paix en RCA.
C'est un madré de la diplomatie et de la politique.
Et surtout, c'est lui la tête de pont. Le négliger serait prendre le risque de relancer les saccages des Séléka dans le pays.
Puis au moins, "avec Djotodia, on peut régler les choses à l'africaine, entre nous, sans les blancs, on peut se comprendre."
Ils n'ont aucune confiance à Tiangaye.

Et comme nous le disait dernièrement un diplomate à N'Djamena : "Pas de politique générale de Nicolas Tiangaye, sur quoi se baser pour aider la RCA ?".

A espérer que l'hydre à deux têtes gérant la Centrafrique parviendra à s'entendre, et surtout à mutuellement communiquer.

© Mai 2013 La Nouvelle Centrafrique


EDITORIAL | COMMUNIQUE | Informations | AFRIQUE | SCOOP | Spécial Mali | Santé | INTERVIEW | SPORTS | REACTION | MEDIAS | REPORTAGE | RELIGIONS | SERVICES | INSOLITE | ANALYSE | ARCHIVES | SCIENCE | LIVRE | Evènements